Etiquettable, une application pour s’alimenter sans polluer

etiquettableL’écologie est de plus en plus au cœur de notre manière de consommer. Mais entre produits locaux, produits bios, circuits courts et emballages entre autres, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver pour consommer durable. Des applications existent, mais n’apportent souvent des réponses que sur un des aspects. L’application Etiquettable s’est donné pour objectif de contribuer à une alimentation plus durable et cherche à regrouper les informations à la fois sur la cuisine, l’environnement et la nutrition que l’on ne peut trouver que dispersées.

Elle propose donc les fonctions de nombreuses autres en une seule : la liste des fruits et légumes de saison ainsi que les informations nutrition, les espèces de poissons menacées,, les recettes durables à partager et à noter, la géolocalisation des restaurants engagés, les astuces de cuisine durable ainsi que diverses informations. Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

Comment devenir écoresponsable au travail

En partenariat avec l’agence Qu’est-ce qu’on fait ?, l’ADEME publie l’infographie Ecoresponsable au travail. Celle-ci présente des comportements à adopter au bureau pour diminuer notre impact sur l’environnement. On y trouve, après le constat de ce que nos actions coûtent en termes d’émissions de gaz à effet de serre, de nombreuses astuces simples pour réduire nos émissions, déchets et consommation d’énergie.
pour des recherches web moins energivores
Selon Qu’est-ce qu’on fait ?, 46 % de la population active française travaille dans un bureau, c’est donc sur la journée-type d’un de ces employés que se concentre l’infographie, car nos habitudes impactent l’environnement et le train-train quotidien peut peser lourd en CO2. Alors, pour les inciter à changer de comportement, Ecoresponsable au travail  balaie la journée, du départ au travail le matin au retour à la maison le soir, pour pointer ce que chaque geste peut représenter et ce qui peut être fait pour économiser de l’énergie et réduire les émissions de gaz à effet de serre. Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

Le groupe Renault, futur acteur des réseaux intelligents

Renault et les smartgridsAfin de développer la mobilité électrique, le groupe Renault, leader sur ce secteur en Europe, annonce la création d’une filiale, Renault Energy Services, avec pour objectif de se positionner sur le secteur de l’énergie et des réseaux intelligents, élément de cette mobilité.

Cette filiale a pour vocation d’investir dans des projets autour des réseaux intelligents, en créant des liens privilégiés avec les différents acteurs de l’énergie. Elle se concentrera sur trois aspects des réseaux intelligents : le développement de projets de recharge intelligente, les interactions véhicule-réseau électrique et les projets de seconde vie des batteries. Le groupe Renault entend ainsi contribuer au développement de ces éléments, permettant une gestion plus efficace des réseaux. Connectés aux smart grids, les véhicules Renault pourront favoriser la disponibilité d’une énergie moins carbonée et moins chère. Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

Baromètre Qualitel/Ipsos : les Français ne sont pas égaux devant le logement

L’Association pour la qualité du logement, Qualitel, et l’Ipsos ont publié les résultats du premier baromètre sur la qualité de vie à la maison. Il permet de mesurer le niveau et les motifs de satisfaction/insatisfaction des Français et leurs principales attentes vis à vis de leur logement.
Les 5 plaies du logement, taux d'insatisfaction des français sur leur logement
Pour cette enquête d’envergure, appelée à se renouveler chaque année, 2 700 personnes ont été interrogées et ont répondu à 80 questions. L’étude bénéficiait d’une innovation méthodologique, le Qualiscore, permettant de noter sur 10 la qualité perçue du logement sur la base de 15 critères (confort thermique, acoustique, luminosité…). Le Qualiscore moyen obtenu (6,7/10) masque en fait d’importantes disparités selon les profils et les types de logement.

Quelles conditions pour être heureux ?

Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

Lampiris devient Total Spring en France

Lampiris devient Total SpringTotal, qui a acheté en 2016 le fournisseur d’énergie belge Lampiris, a envoyé le 5 octobre un texto annonçant aux abonnés : « Lampiris devient Total Spring. Qu’est-ce que ça change pour vous ? Absolument rien ! » Parallèlement, le groupe annonçait par communiqué de presse se lancer « à la conquête du marché français des particuliers avec du gaz naturel et de l’électricité verte 10 % moins chers. »

Après le rachat de Lampiris qui lui a apporté un premier portefeuille de clients particuliers, Total veut donc accélérer son développement sur le marché de la distribution du gaz et de l’électricité dans le secteur résidentiel avec le lancement de Total Spring, et compte donc s’appuyer sur son nom, certes plus connu ici que celui du fournisseur belge.

« Le marché des particuliers est ouvert à la concurrence depuis 10 ans, mais les Français n’en ont pas forcément vu le résultat sur leur facture. Aujourd’hui, Total lance une offre inédite dans le paysage concurrentiel français : une solution bon marché, sûre et simple. En 2011 nous avons réussi le pari avec notre réseau de stations Total Access, nous le faisons aujourd’hui avec Total Spring, l’offre de gaz naturel et d’électricité verte la plus compétitive du marché. Nous espérons pouvoir compter sur la confiance d’au moins 3 millions de Français » déclare dans le communiqué Patrick Pouyanné, Président-directeur général de Total.

Les objectifs sont ambitieux : concurrencer les fournisseurs historiques (EDF et Engie) et devenir le premier des fournisseurs alternatifs. « L’offre Total Spring veut répondre aux besoins des consommateurs français qui cherchent à réduire leur facture énergétique tout en ayant accès à un service client de qualité et à une énergie propre. Total Spring repose sur la qualité de service, la fiabilité de la marque Total et sur l’ambition du Groupe de se développer dans la production d’électricité à partir de gaz naturel et d’énergies renouvelables (solaire, éolien) » annonce le communiqué.

« Energie propre » ? Cela reste à voir : si Total cherche à se développer dans la production d’électricité à partir du gaz naturel, l’offre d’électricité « verte » n’aura peut-être qu’un temps. Actuellement, sur son site, le groupe promet : « Afin d’aller encore plus loin dans son engagement, l’électricité verte proposée avec Total Spring provient exclusivement d’installations hydrauliques situées en France afin de soutenir notre industrie. »

A signaler également une offre « Total Spring Mobilité Verte », destinée exclusivement aux propriétaires d’une voiture électrique, équipés d’un compteur Linky. Elle propose de bénéficier de 20 % sur le prix du kWh HT pendant les heures creuses (en général la nuit). Toutes les offres d’électricité proposées actuellement par Total Spring sont à prix fixe pendant un an alors que celles qui concerne le gaz sont soit à prix fixe, soit à prix indexé.

L’offre reste toutefois à surveiller : en effet, si Total Spring propose actuellement des tarifs d’électricité et de gaz 10 % moins chers que les tarifs réglementés, le site stipule bien qu’il s’agit d’une « offre de lancement » en précisant  « Votre gaz naturel et votre électricité verte à -10% (au lieu de -5%). »  Parallèlement, par contre, le fournisseur commence à renouveler les contrats Lampiris venus à terme, mais en ne proposant plus qu’une réduction de 5 % par rapport aux tarifs réglementés ! Apparemment si la marque souhaite s’attirer une clientèle, elle ne voit pas l’intérêt de soigner celle déjà acquise et qu’elle risque de perdre. Il se pourrait donc que les tarifs deviennent rapidement moins attractifs, et dans tous les cas, avant d’opter pour un fournisseur, il est toujours bon de consulter un comparateur, tel celui d’Energie-Info, le site d’information du Médiateur de l’énergie.

Pour gagner de nouveaux clients, Total s’appuie sur le déploiement d’une grande campagne pluri-médias depuis le 8 octobre.

Sources : Total, Total Spring, Fournisseur-énergie, Energie-Info

Article rédigé par Claudine

Watty présent à la Fête de la Science à Villeneuve-Loubet

Watty présent à la fête de la science à Villeneuve Loubet, Alexandra Lopez d'Eco CO2 anime une sessionLes 6 et 7 octobre, a eu lieu au Pôle culturel Escoffier de Villeneuve-Loubet la Fête de la Science, dont le thème était « la science au service du développement durable. » Eco CO2, qui déploie dans les écoles de la commune pour la troisième année consécutive son programme Watty™ à l’école, y était présent : Alexandra et Cécile, nos chargées de mission Ecocitoyenneté en région PACA, y ont donc installé leur stand et l’ont animé.

La première journée était dédiée aux scolaires et elles ont reçu à tour de rôle des groupes des écoles élémentaires de la commune, à qui elles ont proposé toute une série de jeux issus de notre programme. Les enfants, comme les enseignants d’ailleurs, étaient en terrain connu, puisque l’une et l’autre animent de nombreux ateliers au cours de l’année scolaire dans ces établissements. Ils étaient donc ravis de retrouver, lors de cette manifestation, Watty, notre personnage-mascotte, qu’ils connaissent bien désormais. Les animations ont ainsi bien fonctionné.

Cécile Vasseur, Eco CO2, chargée de mission citoyenneté, interviewée par France 3 sur Watty à l'écoleLa presse (France 3 Régions et Nice-Matin) y a aussi assisté et ont relayé l’intérêt que les enfants ont présenté pour le programme Watty™ à l’école, ainsi que leurs réactions : ils ont ainsi pu citer les gestes permettant d’économiser l’énergie qu’ils avaient retenus. Cécile a par ailleurs expliqué les réactions des parents qui, dès qu’ils oublient d’éteindre la lumière, entendent parler de Watty à la maison et se font rappeler à l’ordre par leurs enfants, même tout petits, puisque le programme est aussi déployé dans les écoles maternelles. Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

Australie : 3 000 km de course en voiture solaire

Le 8 octobre, a débuté en Australie une course automobile d’un genre particulier puisqu’elle est réservée aux véhicules propulsés à l’énergie solaire. L’objectif en est de promouvoir cette énergie et plus généralement de sensibiliser aux énergies renouvelables.
course de voitures solaires
Le Word Solar Challenge (défi solaire mondial), dont la première édition a vu le jour en 1987, a démarré de Darwin (Territoire du Nord) et doit traverser tout le cœur désertique du pays. Les participants devront rallier Adélaïde (Australie-Méridionale) quelque 3 000 kilomètres plus loin. Le règlement de la course autorise le stockage d’une petite quantité d’énergie, solaire et cinétique. Les véhicules expérimentaux ont été développés pour la plupart par des universités ou des entreprises privées. Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

Bouygues Télécom et WWF : opération recyclage des téléphones portables

Accompagné par WWF France, Bouygues Télécom se mobilise pour une sensibilisation au recyclage et au réemploi des téléphones portables usagés. Ils entraînent avec eux plusieurs partenaires (Suez, Samsung et Recommerce) pour organiser du 9 au 21 octobre une grande collecte nationale dans les boutiques.

recyclage téléphone cassé100 millions, c’est le nombre de téléphones portables, trop vieux, cassés ou simplement abandonnés qui dormiraient dans les tiroirs des Français : 72 % d’entre eux gardent en effet chez eux des mobiles hors d’usage ou remplacés par de plus modernes. Pourquoi ? En fait, 27% ne savent qu’en faire ou déclarent ne pas y réfléchir, 21% pensent à tort qu’ils ne valent rien, 16% méconnaissent les filières de recyclage ou ne savent pas à qui les confier. Pourtant, 80 % pensent que les recycler permettrait de limiter leur impact négatif sur l’environnement et 73 % que les composants peuvent être valorisés… Cherchez l’erreur ! Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

Europe : 112 milliards d’euros par an de subventions aux énergies fossiles

Selon un rapport du Réseau Action Climat Europe et d’Overseas Development International (Institut de développement d’Outre-mer), les pays européens dépensent quelque 112 milliards d’euros par an en subventions pour la production et la consommation d’énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon). Le secteur des transports en est le principal bénéficiaire, notamment en France via des avantages fiscaux pour le diesel.

Malgré l’engagement de l’Union Européenne d’arrêter de subventionner les énergies fossiles d’ici 2020 afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, les gouvernements européens continuent actuellement de financer ces secteurs polluants. Le rapport étudie les aides aux énergies fossiles versées entre 2014 et 2016 par 11 états membres : la République Tchèque, la France, l’Allemagne, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne, l’Espagne, la Suède et le Royaume-Uni.

Selon l’étude, l’Union Européenne consacre chaque année 4 milliards d’euros de subventions directes aux énergies fossiles via les investissements de banques européennes entre autres. Des états-membres soutiennent la production d’électricité par le charbon – l’Europe compte ainsi 300 centrales au charbon et 50 projets de construction sont en cours – à hauteur de 2 milliards. Or le charbon est une des énergies qui émet le plus de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. De plus, l’exploration pétrolière continue à être financée : la France et le Royaume-Uni ont dépensé 253 millions d’euros par an pour découvrir de nouveaux gisements entre 2014 et 2016. Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

Energie : les offres de marché progressent doucement mais sûrement

D’après l’Observatoire des marchés de l’énergie établi chaque trimestre par la CRE (Commission de Régulation de l’Energie), les clients du secteur résidentiel se tournent désormais à un rythme soutenu vers les offres de marché pour l’électricité, à un rythme plus ralenti pour le gaz naturel, mais dans ce dernier cas, elles représentent déjà plus de la moitié des contrats.

Les offres de marché de l’électricité dans le résidentiel ont en effet progressé de 6,7 % pendant le second trimestre 2017 : 5 207 000 sites sur les 32,1 millions ont abandonné les tarifs réglementés et se sont tournés, à la quasi-totalité, vers les fournisseurs alternatifs. Leur part approche désormais les 16 %. L’idée de laisser les tarifs réglementés commence donc à faire son chemin chez les abonnés de l’électricité et généralement au détriment d’EDF, peut-être grâce à des campagnes répétées d’associations telles que l’UFC Que Choisir pour des offres groupées. Lire la suite »

Article rédigé par Claudine
Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5