Alimentation et climat : un sondage et une charte de la Fondation GoodPlanet

sondage good planetDans le cadre de son programme La solution est dans l’assiette, la Fondation GoodPlanet a réalisé, en partenariat avec 60 Millions de Consommateurs et Mes Courses pour la Planète, un sondage sur l’alimentation et le climat auprès des Français et en révèle les résultats. Cela l’amène à présenter une charte citoyenne reprenant des constats et des recommandations.

Le sondage…

Et si les Français avaient la solution ? s’interroge GoodPlanet. Le sondage montre en effet que les trois quarts des Français font un lien entre alimentation et climat, mais ne classe pourtant la première qu’en quatrième poste (sur 4 proposés) de consommation ayant un impact sur le dérèglement climatique. S’ils connaissent les bonnes pratiques, les consommateurs n’en mesurent pas l’impact réel sur les émissions de gaz à effet de serre. Alors que l’alimentation représente le premier poste d’émission des foyers français (27 %) et que la viande à elle seule en représente presque la moitié, ils la placent en dernière position parmi 5 propositions, pour son impact sur le dérèglement climatique : privilégier les modes de production respectueux de l’environnement et limiter le gaspillage alimentaire sont les deux principes les plus efficaces, selon eux.

Et ses paradoxes

Par contre, pour 92 %, acheter des fruits et des légumes frais de saison et des produits avec peu d'emballage va de soi et est efficace pour réduire le dérèglement climatique. Mais ils n’en sont pas un paradoxe près, puisque plus d’un tiers des Français consomment régulièrement des tomates fraîches en hiver, et même les trois quarts lorsqu’il s’agit de consommation occasionnelle. De plus, si les résultats du sondage montrent une prise de conscience des consommateurs lors de leurs achats, les motivations financières passent cependant pour eux avant la saisonnalité, la provenance et l’aspect. Malgré cela, 69 % des Français estiment qu’adopter une alimentation durable est à privilégier, même si cela est plus coûteux. Enfin, pour près de la moitié des interrogés, ce sont les consommateurs eux-mêmes qui ont le plus de moyens de faire bouger les choses en matière d’alimentation durable.

Une charte citoyenne

D’autre part, GoodPlanet annonce la charte citoyenne, issue de la conférence Alimentation : comment concilier plaisir, santé et climat ?, qui en appelle à la responsabilité de chacun : ce sont les attentes et constats d’un panel de 16 citoyens reflétant en partie la diversité de la population française qui y sont compilées. Ils y expriment leur conscience d’une responsabilité commune pour impulser le changement de notre système alimentaire, et veulent faire évoluer les pratiques. Mais les autres acteurs doivent aussi prendre leur part de responsabilité, car ils estiment que la contribution de chaque partie prenante est une nécessité. Ils demandent la mise en place d’un étiquetage plus complet et le développement de nouvelles campagnes « choc » de sensibilisation sur le thème du gaspillage alimentaire.

A travers ces deux initiatives, la Fondation GoodPlanet affirme l’importance d’un agenda de solutions d’une part, et sa volonté de progresser vers une alimentation durable d’autre part. « Ces deux études sont inédites, alors que l’alimentation représente le premier poste d’émission de gaz à effet de serre des foyers français (27%). A partir de leurs enseignements, la Fondation GoodPlanet compte associer les acteurs de la filière alimentaire à des démarches de progrès pour une alimentation respectant à la fois les hommes et leur environnement » déclare Thierry Touchais, directeur général de la Fondation GoodPlanet.

Sources : Sondage Alimentation et Climat, GoodPlanet

Partager c'est aimer !

Étiquettes : , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5