Etiquettes énergétiques : retour à l’échelle A à G confirmé

étiquette énergieLes eurodéputés ont adopté le 13 juin le projet de révision de l’étiquette énergétique apposée sur les appareils ménagers. Celui-ci ouvre la voie au retour à l’échelle allant de A à G, qui permettra au consommateur de choisir des produits qui réduisent sa consommation et sa facture énergétiques, sans risque de se tromper.

Ce projet de simplification de l’étiquetage énergétique était particulièrement attendu par les associations de consommateurs européennes qui dénonçaient le peu de clarté des « + » ajoutés après le « A » et sa propension à tromper le consommateur, habitué à considérer la classe A dans son ensemble comme économique. D’autant que d’un type de produit à un autre, les étiquettes ne reprenaient pas obligatoirement la même échelle. Il devenait de plus en plus difficile de s’y repérer. La Commission européenne a donc proposé de revenir au système initial étalonné de A à G et d’établir un mécanisme pour permettre le remaniement ultérieur des étiquettes existantes sans devoir créer de nouveaux labels.

Cette nouvelle étiquette suivra donc l’évolution des progrès technologiques, ce qui encouragera les fabricants à innover et à investir dans des produits plus économes. En effet, afin de suivre le rythme des progrès relatifs à l’efficacité énergétique, les étiquettes seront remaniées dès que 30 % des produits vendus sur le marché relèveront de la classe énergétique A ou que 50 % de ces produits relèveront des deux classes supérieures, soit A et B. Le fournisseur devra informer le consommateur en cas de mise à jour affectant l’efficacité énergétique du produit déjà acheté, selon le texte.

Les étiquettes seront apposées sur les produits au format papier avec une version en ligne, ainsi que des fiches d’information téléchargeables. De même, toute campagne de promotion d’un produit devra faire référence à sa classe d’efficacité énergétique ainsi qu’à l’ensemble des classes disponibles. Les consommateurs européens devraient également voir apparaître des campagnes d’information afin de mettre en évidence les nouvelles versions de ces étiquettes.

Les premières étiquettes nouvelle version apparaîtront en 2019 au plus tôt. La Commission européenne doit créer une base de données des produits avec une partie technique pour aider les autorités nationales à surveiller le respect des règles et un portail en ligne pour fournir au consommateur les informations complémentaires sur les produits, et élaborer les recommandations d’application de ce règlement.

Selon la Commission européenne à l’origine de cette proposition, ce nouveau système devrait permettre une économie d’énergie de 200 térawattheures (TWh), ce qui équivaut à la consommation annuelle des pays baltes. Selon Dario Tamburrano (Italie), rapporteur du projet, « Les citoyens disposeront d’un système d’information clair, intelligent et numérique. Grâce aux données ouvertes et accessibles, de nouveaux outils permettront aux citoyens de comparer les produits en fonction de leurs habitudes et donc d’acheter en tout connaissance de cause. J’attends de la Commission qu’elle tienne son engagement et qu’elle offre aux Européens un mécanisme de recours au-delà de la garantie de deux ans. »

Source : Parlement européen

Partager c'est aimer !

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

*

Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5