La Journée Gros Pulls s’étend et prend un nouveau tournant

opération gros pullOriginaire de Belgique où elle a maintenant lieu depuis une douzaine d’années, dans les établissements scolaires mais aussi dans les collectivités, la Journée Gros Pulls a pris un tournant depuis l’année dernière et est devenue le point de départ d’actions plus durables, se prolongeant sur tout le mois de février, voire au-delà. Elle s’est de plus largement internationalisée, relayée par des organisations comme Eco-Ecoles en France ou WWF au Canada.

C’est dans la sillage du protocole de Kyoto (signé en 1997, mais entré en vigueur le 16 février 2005) qui avait pour objet de réduire les rejets de gaz à effet de serre, que le projet Milieuzorg Op School (MOS) du Département Environnement, Nature et Énergie de l’Autorité flamande a organisé pour la première fois cette action. Depuis 2005 en effet, la Journée Gros pulls rappelle les accords de cet important traité au travers d’un certain nombre d’actions simples : porter un pull et baisser le chauffage (la première action entreprise, d’où son nom), mais aussi utiliser plus souvent la bicyclette, consommer des aliments produits localement, réduire la consommation d’électricité en mode veille, etc. Elle rapidement dépassé le cadre des seuls établissements scolaires pour s’inscrire aussi dans celui du travail et gagner les collectivités. Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

RTE : publication du Bilan électrique français 2016

RTE (Réseau de Transport d’Electricité) élabore et publie le bilan électrique de l’année écoulée, dressant, à partir des données arrêtées au 31 décembre, une vision globale du système électrique français. 2016 a été marquée par un recul de la production de 2,8 %, qui s’explique par l’arrêt de plusieurs réacteurs nucléaires pour maintenance ou contrôle. Grâce à une consommation stable, le solde des échanges reste toutefois positif, bien qu’en forte baisse.
bilan RTE
L’efficacité énergétique des équipements contribue cette année encore à la tendance à la stabilisation de la consommation observée depuis plusieurs années. Avec une consommation de 473 TWh, en hausse de 1,5 % mais stable pour la sixième année consécutive une fois corrigée des aléas climatiques, et une production totale de 531,3 TWh, le solde des échanges transfrontaliers se révèle donc encore positif (39,1 TWh), mais a enregistré une baisse de plus d’un tiers (-36,6 %). Au cours du dernier trimestre d’ailleurs, les importations de la France ont augmenté et atteint en décembre, pour la première fois depuis 2012, un solde légèrement importateur. Malgré l’arrêt de certains réacteurs en raison de contrôles demandés par l’Autorité de Sureté Nucléaire, le nucléaire a encore fourni 384 TWh, soit près de 73 % de la production. Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

CRE : 10ème rapport sur l’indépendance des réseaux

Rapport CRE, voiture logo ENEDISLa Commission de Régulation de l’Energie (CRE) vient de publier son dixième rapport sur l’indépendance des réseaux, un rapport de suivi, intitulé : Rapport des codes de bonne conduite et indépendance des réseaux d’électricité et de gaz naturel en 2015 et 2016. Elle y dresse le bilan des mesures prises par les gestionnaires de réseaux d’électricité et de gaz pour assurer leur indépendance vis-à-vis de leurs maisons-mères et relève des améliorations dans ce domaine.

En effet, dans les rapports précédents, la CRE pointait la trop grande proximité des noms (et logos) des gestionnaires de réseaux et de leurs maisons-mères, les fournisseurs historiques de gaz et d’électricité : GRDF et GDF pour le gaz naturel et ERDF et EDF pour l’électricité, proximité de nature à tromper les consommateurs. Depuis, pour l’électricité, c’est le gestionnaire de réseau qui a changé de nom, en devenant Enedis, le fournisseur et producteur conservant le nom EDF. Pour le gaz au contraire, le gestionnaire de réseau est resté GRDF, mais sa maison-mère a pris le nom d’Engie. Au regard de la confusion des marques, la CRE constate donc que l’utilisation de ces nouveaux noms ne porte plus à confusion avec les marques utilisées par les fournisseurs historiques. Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

Le projet de décret pour la 4ème période CEE en consultation publique

Le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer a mis en consultation publique, du 14 février au 6 mars, un projet de décret qui définit les objectifs de la quatrième période des Certificats d’Economie d’Energie (CEE), doublant pratiquement ceux de la troisième période (qui s’étend jusqu’au 31 décembre 2017) conformément à ce qui avait été annoncé dès le mois de novembre 2016. Il s’agit donc de mettre en œuvre dès maintenant la suite du dispositif en lui fixant un objectif d’obligation.

Évolution des obligations CEE depuis 2006 et prévisions jusqu'en 2020

Évolution des obligations CEE depuis 2006 et prévisions jusqu’en 2020

Créé en 2005, le dispositif des CEE constitue l’un des principaux instruments de la politique de maîtrise de la demande d’énergie. Il repose sur une obligation de réalisation d’économies d’énergie imposée aux vendeurs d’énergie (les « obligés »), les incitant à promouvoir activement l’efficacité énergétique auprès des consommateurs. L’objectif pluriannuel défini est réparti entre les opérateurs en fonction de leurs volumes de ventes : « En fin de période, ces obligés doivent justifier de l’accomplissement de leurs obligations par la détention d’un montant de CEE équivalent à ces obligations. » Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

L’indemnité kilométrique vélo, ou IKV, a un an !

IKV, indemnité kilométrique véloDepuis un an, soit depuis la publication du décret du 11 février 2016, les salariés utilisant un vélo pour se rendre sur leur lieu de travail peuvent bénéficier d’une indemnité kilométrique vélo (IKV), versée par leur employeur, à hauteur de 0,25 € par kilomètre parcouru. Pour promouvoir ce dispositif et aider les entreprises à l’adopter, un Observatoire de l’IKV a été mis en place par l’Ademe et le Club des villes et territoires cyclables. A l’occasion de cet anniversaire, l’observatoire permet de dresser un premier bilan.

L’observatoire permet donc de faire connaître le dispositif et d’aider les employeurs (entreprises, collectivités, associations, EPIC…) à le mettre en place, de valoriser les structures qui s’y engagent et d’établir un suivi de sa mise en œuvre. Pour rappel, l’expérimentation menée en 2014 avait permis de mettre en évidence une hausse de 50% de la part modale du vélo pour les déplacements domicile-travail dans les entreprises ayant participé à l’expérimentation. Le nombre de cyclistes avait été multiplié par deux. Une deuxième phase d’expérimentation, menée par l’Ademe, montre que l’effet de la mesure s’amplifie avec le temps. L’augmentation de la part modale vélo atteint 125 % au bout d’un an. Elle montre aussi que l’IKV bénéficie d’une perception très positive de la part de l’ensemble des salariés, qu’ils soient cyclistes ou non-cyclistes. Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

DGCCRF : Rénovation énergétique, la vigilance s’impose

Déjà l’UFC Que choisir avait dénoncé à la suite d’une enquête le « constat désastreux » du marché de la rénovation énergétique assurée par certains professionnels. Cette fois c’est la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCFR) qui tire la sonnette d’alarme et en dresse un tableau peu glorieux, selon les résultats d’une enquête effectuée en 2015 sur les pratiques des professionnels du secteur de la rénovation thermique.

isolation par l'extérieur« Devis incompréhensibles pour les consommateurs, crédits camouflés, labels de qualité mensongers » : sur 360 établissements (énergies renouvelables et rénovation thermique) vérifiés, la DGCCRF a constaté un taux d’anomalies de 57 % au cours de 1 443 actions de contrôle. Elle a au total dressé 87 avertissements, 66 injonctions et 81 procès-verbaux : « les contrôles ont révélé des pratiques commerciales déloyales et une méconnaissance de la règlementation relative aux ventes hors établissement chez un nombre important de professionnels. »

Le secteur de la rénovation thermique génère en effet de nombreuses plaintes des consommateurs : « les produits et services liés à la rénovation thermique des bâtiments ne sont pas des biens et services de consommation courante, aussi, les particuliers qui sont démarchés ont bien souvent une connaissance limitée en la matière. Une des difficultés réside dans l’appréciation de la pertinence des travaux réalisés à la suite des préconisations des commerciaux. » Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

Economie circulaire : l’Afep présente un livre blanc

livre blanc afepA l’occasion du colloque « L’économie circulaire : les entreprises s’engagent », l’Association française des entreprises privées (Afep) a présenté un livre blanc : 33 entreprises se mobilisent avec 100 engagements. Cet ouvrage compile des engagements volontaires pris par près d’un tiers des membres de l’association – et pas des moindres, puisque tous ont une stature mondiale – en faveur de l’économie circulaire.

Avant la finalisation de ces engagements, deux organisations, l’Ademe et WWF France, ont pu échanger avec les entreprises pour leur faire part des voies de progrès possibles et formuler leurs analyses. Ces engagements varient de l’action ponctuelle à une vision beaucoup plus large et intègrent des enjeux très différents : une vingtaine d’engagements concernent les politiques de lutte contre le changement climatique, une quinzaine des actions classiques de valorisation des déchets internes, une douzaine l’écoconception ou l’analyse de cycle de vie, quatre des actions de prévention des déchets, deux un changement de modèle d’affaires et enfin un plan de gestion des ressources. Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

Le coût des énergies renouvelables baisse en France

Etude Ademe sur le coût des énergies renouvelablesA l’occasion des Assises européennes de la transition énergétique, l’Ademe a publié une étude sur les Coûts des énergies renouvelables en France. Celle-ci montre que les coûts continuent de baisser rapidement et détaille les principaux paramètres régissant les coûts de production des différentes filières. Afin de publier des chiffres représentatifs, l’agence présente pour chacune des filières une plage de variation typique des coûts en fonction des paramètres les plus impactants : coût d’investissement, qualité de la ressource et perception du risque pour les investisseurs.

Selon l’étude, l’éolien, le photovoltaïque et le bois-énergie atteignent maintenant un niveau de coût compétitif avec les technologies conventionnelles. L’éolien terrestre est le plus compétitif (coût de production entre 57 € et 91 € le MWh), le photovoltaïque, celui qui présente un grand potentiel d’innovation (pour un coût estimé entre 74 € et 135 € le MWh) et le bois-énergie celui qui offre les coûts de revient les moins élevés pour les particuliers (entre 48 € et 103 € le MWh). Les énergies renouvelables présentent de plus un potentiel très important pour l’alimentation en chaleur des installations de grande taille, mais sont légèrement plus chères que le gaz, actuellement très bas. Lire la suite »

Article rédigé par Claudine

Je suis une légende ! J’ai fini, avec succès, l’expérimentation TBH.

Ça y est ! Je viens de finir l’expérimentation TBH. TBH, vous le savez sûrement, si vous lisez ce blog régulièrement, c’est le projet d’étude, piloté par Eco CO2, pour mesurer l’impact de l’affichage d’un tableau de bord énergétique sur la consommation électrique des foyers résidentiels français. Et bien, en tant qu’un des 3200 panélistes, me voilà arrivé au terme de cette année d’étude. Et je suis assez fier d’avoir obtenu la récompense suprême : le badge « Je suis une légende » !

Je suis une légende, j'ai atteint la fin de l'expérimentation TBH

Ce dernier succès permet de basculer dans le panel 8, de débloquer toutes les fonctions et d’accéder au rapport annuel. C’est très intéressant et je voulais, à travers ce post, vous faire part de quelques résultats sur mon cas personnel. Je précise que nous vivons à deux dans une maison en banlieue parisienne, chauffée au gaz mais avec un ballon électrique.
La première bonne nouvelle, nous avons fait 8,9% d’économies sur les douze mois d’études. Lire la suite »

Article rédigé par Jacques

La transition énergétique de l’Europe bien engagée selon la Commission

La Commission Européenne a récemment présenté son deuxième rapport sur l’état de l’union de l’énergie. Celui-ci montre que la modernisation de l’économie et la transition « vers une ère à faible intensité de carbone » est en cours de réalisation. Les objectifs globaux de 2020 en ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre, l’efficacité énergétique et la production d’énergies renouvelables, seront atteints, même si certains pays, ou certains secteurs restent à la traîne. Ce rapport, que la Commission a pris l’engagement de rendre annuel, examine les progrès accomplis depuis le premier, paru en novembre 2015. Il sert de suivi pour la mise en œuvre de cette « priorité absolue » que représente l’union de l’énergie.
Europe : union de l'énergie
L’Union Européenne, dans son ensemble, a continué à bien progresser dans la réalisation des objectifs relatifs au climat et à l’énergie. Elle a notamment atteint celui concernant la consommation finale d’énergie, ainsi que celui sur les émissions de gaz à effet de serre : le niveau de ses émissions était en 2015 inférieur de 22 % à celui de 1990. Pour le secteur des énergies renouvelables, l’Europe est en bonne voie : elles couvrent 16 % de la consommation finale brute d’énergie sur la base des données de 2014. De plus, l’Union dissocie bien sa croissance économique et ses émissions de gaz à effet de serre : tandis que le produit intérieur brut (PIB) global a augmenté de 50 %, les émissions globales ont quant à elles reculé de plus d’un cinquième. Lire la suite »

Article rédigé par Claudine
Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5