DolceWeekend : une première offre « spéciale Linky »

vendredi, 5 juin 2015

GDF Suez-Dolce Vita vient de lancer une première offre tarifaire électricité spécialement destinée aux foyers équipés d’un compteur communicant Linky. Sur la base d’un contrat avec double tarification des kilowattheures (ou heures pleines/heures creuses), le fournisseur étend son offre de réduction sur le prix en heures creuses aux week-ends.

dolce week endL’offre, baptisée DolceWeekend, est une offre à prix de marché, indexés sur les tarifs réglementés, disponible uniquement en comptage heures pleines/heures creuses. Elle propose des heures creuses à horaire fixe, les mêmes partout en France : de 23 heures à 7 heures du matin en semaine et du vendredi soir 23 heures au lundi matin 7 heures. Elle garantit une réduction de 30 % en heures creuses par rapport au prix des heures pleines. Elle n’est actuellement accessible qu’au quelques milliers de foyers équipés d’un compteur communicant.

Les tarifs de cette offre s’alignent très exactement sur les tarifs réglementés et évolueront donc au même rythme qu’eux. Mais l’abonnement annuel est cependant beaucoup plus cher : pour une puissance de 6 KVA, il en coûtera 128,53 € TTC au lieu de 92,53 € , soit près de 30 % en plus. Etant donné les possibilités de ces nouveaux compteurs, on pourrait s’attendre à ce que le fournisseur accompagne son offre d’une facturation sur la base de la consommation réelle, ce qui serait la moindre des choses, mais non, rien de tel. La fiche descriptive de l’offre précise : « En l’absence d’index fourni à GDF SUEZ, ci-après le fournisseur, par le distributeur, le fournisseur estime l’index du compteur ou les consommations du client à partir notamment de l’historique de consommation s’il existe ou de toute information communiquée par le distributeur ou le client ».

On pourrait s’attendre également à des services inclus un peu plus conséquents que ceux proposés : juste l’Espace Client – espace privé permettant au client de gérer son(ses) contrat(s) – accessible à tous les clients du fournisseur, et une nouveau service : « Cap EcoConso » décrit par le fournisseur comme « un service pour suivre vos consommations et vous aider à réaliser des économies d’énergie (ce service nécessite un espace client et devra être activé par vos soins) ». GDF Suez Dolce Vita promet « Avec le service gratuit en ligne Cap EcoConso, vous pouvez réaliser jusqu’à 5% d’économies d’énergie.. Vous suivez l’évolution de vos consommations d’une année à l’autre et vous pouvez les comparer à celles de consommateurs qui ont un logement et des équipements similaires aux vôtres ».

Source : GDF-Suez DolceVita

 

Aidez-nous à partager l'actualité du développement durable !

Article rédigé par Claudine

e-quilibre, une nouveauté d’EDF au service des économies d’énergie

mardi, 7 avril 2015

EDF lance une nouvelle plateforme, e-quilibre, un service numérique entièrement gratuit – une fois n’est pas coutume – auquel chacun peut avoir accès à partir de son espace client, et qui permet d’analyser et de gérer sa consommation d’électricité et ses usages. Et donc d’orienter sa consommation, et parfois aussi sa facture (tout dépend des hausses de tarif), à la baisse.

e-quilibre par EDFL’avenir du monde de l’énergie s’inscrit, selon le fournisseur, dans l’ère numérique : le compteur communicant va enrichir la finesse des données énergétiques et permettra de mieux comprendre sa consommation, la maison connectée apportera à l’usager tout un confort d’usage (automatisation, simplification) dans son logement. Ce nouveau service vise aussi à simplifier le quotidien et d’autres expérimentations sont d’ores et déjà lancées par le groupe autour de la smart home « pour donner des leviers d’actions aux clients afin de piloter leur consommation d’énergie tout en améliorant le confort de la maison. »

e-quilibre propose différentes fonctionnalités permettant de mieux piloter son budget énergie : un suivi en euros et en kilowattheures avec un rythme annuel et mensuel, la comparaison avec des foyers similaires, l’estimation et la répartition de la consommation des différents équipements déclarés dans le profil de l’utilisateur, l’analyse heures pleines/heures creuses pour les abonnés à ce contrat. Ce service sera d’autant plus précis et personnalisé que les données de comptage seront fines, autrement dit, il n’attend plus que le compteur communicant pour être vraiment efficace. Cela correspond finalement au minimum qui était demandé pour accompagner Linky, mais ne remplace cependant pas un affichage en temps réel et encore moins un afficheur installé à domicile : on n’a pas toujours le nez sur sa tablette ou son ordinateur pour suivre sa consommation, et de toute façon, les indications sont mensuelles.

Selon nos informations, ce nouveau service est opéré par Edelia, la filiale smart-grid d’EDF. Les ambitions sont énormes, plusieurs millions de clients dès 2015 et 15 millions en 2017… (suite…)

Aidez-nous à partager l'actualité du développement durable !

Article rédigé par Claudine

Direct Energie lance « Tribu » pour Linky

vendredi, 13 décembre 2013

Direct Energie, fournisseur de gaz et d’électricité, s’adresse d’ores et déjà aux quelques foyers déjà équipés du compteur communiquant Linky, en lançant une première offre permettant de tirer partie des nouvelles fonctionnalités offertes par celui-ci. Cette offre, baptisée « Tribu », est la première destinée au grand public et se définit, selon le fournisseur comme « une offre « maison connectée » à l’avant-garde de son marché. »

« Tribu » permet en fait au client de suivre et de piloter la consommation d’électricité de son foyer en temps réel, depuis Internet, un smartphone ou une tablette. Des objets connectés inclus dans l’offre (box énergie, module compteur, détecteur de mouvement et prises intelligentes) sont dotés chacun de leur personnalité « au sein d’une Tribu résolument ludique, illustrant la volonté de Direct Energie de ré-enchanter le secteur. »

Tribu par Direct Energie

Cette offre ne vise donc que les abonnés déjà équipés de Linky par ERDF, lors de la phase expérimentale (actuellement 250 000 foyers, essentiellement en Indre et Loire et en région lyonnaise. Les services innovants proposés permettent, selon le fournisseur, aux clients de prendre la main sur leur consommation et « de devenir de véritables acteurs du foyer : énergie, protection, confort, pilotage. » (suite…)

Aidez-nous à partager l'actualité du développement durable !

Article rédigé par Claudine

150 000 compteurs Gazpar sur 24 communes pilotes

lundi, 25 novembre 2013

Gazpar by GrDFLe déploiement de Gazpar, le compteur de gaz communicant, est lancé et concernera, en 2016, 24 communes qui se verront équipées de 150 000 compteurs. Cette étape passée, la deuxième phase de l’opération débutera, et GrDF (Gaz Réseau Distribution France) déploiera ce nouveau compteur de2017 à 2022, chez ses 11 millions de clients.

Les 24 premières concernées se répartissent dans des régions représentatives du territoire : la Haute-Normandie, la Bretagne, l’Ile de France et la région Rhône-Alpes. Elles présentent, selon le distributeur de gaz, « une diversité géographique, économique et énergétique propice à cette phase-pilote. » Grâce à ce compteur, et à son réseau de communication avec le système d’information du distributeur, les clients pourront, selon GrDF, agir sur leur consommation, car ils bénéficieront d’un relevé quotidien. Cette solution technique présente deux avantages : l’amélioration de la qualité de facturation (sur consommation réelle et non plus sur consommation estimée) et le développement de la maîtrise de l’énergie.

Initié en 2009, ce projet de compteur de gaz communicant résulte « d’une co-construction, menée sous l’égide de la CRE [Commission de Régulation de l’Energie], avec les autorités concédantes,les fournisseurs et les associations de consommateurs. » Pour remplacer ses 11 millions de compteurs, le distributeur de gaz aura besoin de 6 ans, à un rythme de 10 000 compteurs par jour. Ceux-ci émettront 2 fois  dans la journée et devraient permettre d’économiser une semaine d’énergie. (suite…)

Aidez-nous à partager l'actualité du développement durable !

Article rédigé par Claudine

Compteurs Linky : les Français connaissent peu mais se montrent plutôt bienveillants

lundi, 18 février 2013

schéma LinkyLe Médiateur de l’énergie rend compte dans sa lettre du 11 février 2013 des résultats d’une enquête, menée avec l’Institut National de la Consommation (INC), sur la perception par les Français des compteurs évolués (Linky) afin de mieux comprendre les besoins et les attentes des consommateurs « pour assurer la réussite de ce projet d’intérêt  général, une des composantes essentielles de la transition énergétique. » Si les Français en semblent très mal informés, ils n’y sont cependant pas hostiles et espèrent qu’une meilleure connaissance de leur consommation d’électricité devrait leur permettre de faire des économies.

Le Médiateur rappelle d’abord que d’ici 2020 35 millions de compteurs électriques évolués devraient équiper les foyers français et que ce type de compteur sera « un outil d’efficacité, de sobriété et de compétitivité pour accompagner la transition énergétique. » Il doit en bref inciter les foyers à agir sur leur comportement en matière d’énergie et sur leur logement. Mais pour cela, les usagers doivent avoir facilement accès aux informations que ce compteur évolué peut leur fournir :

Dans l’optique du lancement par ERDF d’un appel d’offre pour la fabrication de 35 millions de compteurs, il est nécessaire d’acter dès à présent que chaque compteur sera installé avec un module de communication sans fil vers le logement du consommateur, ce qui le rendra réellement communicant. Cette proposition, émise dès 2011 par l’ADEME et le médiateur national de l’énergie, faisait débat à l’époque mais recueille aujourd’hui un quasi consensus. (suite…)

Aidez-nous à partager l'actualité du développement durable !

Article rédigé par Claudine

La FNCCR donne sa position sur les compteurs évolués communicants

mardi, 4 décembre 2012

logo FNCCRAlors que le ministère du développement durable vient de relancer la généralisation de Linky (voir notre article du 19/11), la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies (FNCCR) a rappelé, à l’occasion d’un comité de suivi du compteur communicant, sa position sur ce dernier et insiste sur la nécessité de suivre l’avis de la Commission Européenne sur un accès des consommateurs aux informations concernant leur consommation d’électricité, pratique et gratuit, affichage déporté par exemple.

Après avoir demandé la clarification de deux points sur les coûts et les bénéfices pour la collectivité et les usagers du compteur communicant et sa propriété (la seule inscription d’ERDF dessus pouvant faire croire à tort qu’ils sont la propriété de l’entreprise) et précisé que « les autorités organisatrices ne souhaitent pas devenir le garant assurantiel du gestionnaire de réseau désireux de se couvrir des risques d’obsolescences prématurés des compteurs communicants sur le plan fonctionnel ou des risques liés à des décisions issues du droit européen et qui s’imposeraient au niveau national » , la FNCCR souligne que l’installation de ces nouveaux compteurs doit permettre à l’usager de mieux maîtriser sa consommation d’électricité : pour cela, il doit avoir accès aux données en temps réel gratuitement et « sous une forme suffisamment ergonomique et accessible (afficheur déporté dans le lieu de vie d’autant plus que plus de la moitié des compteurs sont dits inaccessibles), sans imposer pour cette transmission minimale l’entremise obligatoire d’un fournisseur. »

Cette position correspond à celle de la Commission Européenne qui estime que cette information constitue « une exigence fonctionnelle minimale reconnue » dans un objectif de maîtrise de l’énergie, et la FNCCR souligne tout particulièrement ce point :

La FNCCR insiste sur l’importance de la mise à disposition des usagers consommateurs d’informations indispensables à la maîtrise de leur consommation d’énergie. L’évolution du comportement des consommateurs finals vers une véritable sobriété énergétique étant ardemment recherchée compte tenu de la tendance lourde d’une énergie qui risque d’être durablement chère, il est indispensable que ceux-ci disposent d’un niveau minimal d’informations apportées dans le cadre du service public. Un tel apport serait la garantie d’un accès pour tous les usagers à un socle de données qui ne pourra que faciliter la compréhension des offres et par conséquent le dialogue avec les fournisseurs. (suite…)

Aidez-nous à partager l'actualité du développement durable !

Article rédigé par Claudine

Coucou ! Revoilà Linky !

lundi, 19 novembre 2012

Delphine Batho à l'usine Landis&Gyr de Montluçon (image France 3)Mis entre parenthèses depuis quelques mois, voilà que le projet d’installation des compteurs communicants Linky réapparaît. A l’occasion de la visite de l’entreprise Landis et Gyr de Montluçon (Allier), la ministre du développement durable, Delphine Batho, a annoncé sa volonté de voir aboutir le programme de déploiement des compteurs communicants.

Ces compteurs, outils d’efficacité, de sobriété et de compétitivité, selon le ministère, devront accompagner la transition énergétique. Ils doivent à terme équiper les 35 millions de consommateurs et permettront d’améliorer la qualité du service rendu, d’informer les usagers sur leur consommation et de moderniser la gestion des réseaux de distribution. Mais, a souligné la ministre, ce projet doit être orienté vers la réponse aux attentes des consommateurs et permettre de créer les conditions du développement des services d’efficacité et d’effacement :

C’est très important qu’il y ait autour de ce projet une adhésion populaire. Que Linky soit construit comme un outil au service des consommateurs, d’une politique d’efficacité énergétique. Nous voulons faire déboucher le travail qui a débuté depuis des années en répondant aux attentes des utilisateurs, que sont tous les Français. (suite…)

Aidez-nous à partager l'actualité du développement durable !

Article rédigé par Claudine

Linky : l’UFC-Que Choisir saisit le Conseil d’Etat. EcoCO2 monte le projet TBH Alliance.

jeudi, 26 avril 2012

Alors que les pouvoirs publics ont décidé la généralisation des compteurs Linky, certaines questions demeurent encore sans réponse, telle la propriété des compteurs : les négociations entre ERDF et la FNCCR (Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies) sont actuellement interrompues. D’autre part, ce compteur, très avantageux pour les opérateurs, l’est moins pour le consommateur, malgré la « campagne de désinformation » d’ERDF. L’UFC-Que Choisir a donc décidé de passer à l’acte en saisissant le Conseil d’Etat afin qu’il annule cette généralisation. L’organisation revient à ce qu’elle estime « le vrai problème » : la non-conformité de ce compteur aux exigences des directives européennes.

Compteur Linky

Les organisations de consommateurs jugent généralement que ces compteurs en l’état n’apportent aucun avantage au consommateur et se montrent donc très réticentes. Sans système d’affichage accessible, pas de maîtrise de l’énergie possible : les expérimentations menées en Touraine et à Lyon avec un simple remplacement de l’ancien compteur par Linky laissent penser que la quasi-totalité des consommateurs n’ont rien modifié à leurs pratiques, et donc que leur consommation n’a pas changé. Rappelons qu’au sein de l’Alliance TBH, Eco CO2, persuadé de l’intérêt de systèmes d’affichage accessibles dans la maitrise de l’énergie, cherche à mener une large étude sur la population française permettant de mesurer les économies réalisées grâce aux différents systèmes d’affichage.

L’UFC-Que Choisir souligne effectivement que « en l’état, le compteur Linky ne répond pas aux exigences normatives européennes et nationales, et, en conséquence, n’est pas au service des consommateurs pour une meilleure maîtrise de leur consommation énergétique et de leur budget. » Nous avons relevé le fait plusieurs fois dans ces pages : le plus souvent placé à l’extérieur du logement (limite de propriété ou parties communes d’un immeuble difficilement accessibles), il ne permet pas plus au consommateur de contrôler sa consommation que les compteurs électromécaniques ou électroniques dont nous sommes actuellement équipés.

L’association estime que, face aux exigences claires des directives énergie, l’arrêté de généralisation « souffre encore et toujours de trois carences » :

  • L’absence d’évaluation probante préalable à la généralisation. En effet, les objectifs assignés aux expérimentations de Touraine et de Lyon n’ont pas été atteints : planning de poses non tenu, défaillance technique, et notamment dans la transmission des données, et maitrise de la demande d’énergie non évaluée. (suite…)

Aidez-nous à partager l'actualité du développement durable !

Article rédigé par Claudine

Linky, un compteur « semi-communicant » selon le Médiateur National de l’Energie

dimanche, 25 mars 2012

compteur LinkyD’ici 2020, 35 millions de compteurs Linky doivent être installés sur le territoire français, et le déploiement doit commencer en 2013. D’ici là, beaucoup de questions cherchent encore des réponses et le Médiateur National de l’Energie ne cache pas que sous sa forme actuelle, ce déploiement ne lui convient pas.

Pierre angulaire des futurs réseaux intelligents (smartgrids), ces compteurs sont parés sur le papier de toutes les vertus : ils devraient diminuer les coûts des gestionnaires de réseaux, permettre de faire des économies d’énergie et donner un coup de fouet à la concurrence, au bénéfice des consommateurs. En 2011, Linky s’est retrouvé au cœur d’un vif débat : que peut faire réellement un compteur « évolué », avec quels services et à l’initiative de qui ?

Le médiateur de l’énergie suit de près ce dossier, et a plaidé, comme l’ADEME, pour un accès direct de tous les  consommateurs à leurs consommations en temps réel (par afficheur déporté), et il regrette, par la voix du délégué général, que « cet outil ait davantage été pensé pour les fournisseurs et le distributeur que pour les consommateurs. » Le rapport rappelle les avantages que vont en tirer les opérateurs :

Les gestionnaires de réseaux vont en effet réaliser des gains de productivité, avec la fin de la « relève à pied » (35 millions de km par an pour ERDF), la possibilité d’effectuer des opérations à distance, le repérage facilité des pannes et de la fraude. Les fournisseurs, connaissant mieux les habitudes de leurs clients, pourront multiplier les tarifications innovantes et proposer de nouveaux services.

Pour les clients, rien que la facture établie sur des consommations réelles. Car, précise le rapport, pour que les compteurs communicants puissent jouer un rôle dans la maîtrise de la demande d’énergie, les données de consommations doivent être fournis directement aux particuliers à l’endroit où ils vivent, la consultation des compteurs n’étant pas souvent aisée (une moitié est à l’extérieur des logements, et une partie de l’autre moitié dans des endroits peu accessibles. Les études montrent que l’information apportée « en direct » permet de réduire de près de 10 % l’utilisation de l’énergie : « une solution d’information en temps réel et sur le lieu de vie doit être offerte gratuitement à chaque consommateur, avec un nombre limité d’options comme l’envoi de sms d’alerte ou l’installation d’un afficheur déporté délivrant des renseignements sur la consommation, le coût, le niveau de puissance appelée… » Il soutient donc largement la position de l’ADEME. (suite…)

Aidez-nous à partager l'actualité du développement durable !

Article rédigé par Claudine

Série Linky, un nouvel épisode de notre feuilleton : divergences entre la CRE et le Gouvernement.

lundi, 16 janvier 2012

Compteur LinkyLe gouvernement et la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) ne semble actuellement pas tout à fait en phase à propos du déploiement des compteurs communicants Linky : c’est tout du moins ce que l’on peut déduire des dernières déclarations de Philippe de Ladoucette à Enerpresse, en réponse à une affirmation du ministre de l’énergie.

Eric Besson a en effet récemment déclaré :

J’ai annoncé la généralisation du compteur (communicant) Linky, en mettant en avant deux principes. Premièrement, la gratuité pour les consommateurs (…). Deuxièmement, la nécessité qu’ERDF soit sécurisé sur le plan régulatoire quant au retour sur investissement d’un tel effort. ERDF travaille actuellement avec la CRE pour le respect de ces deux engagements.

Propos dont s’étonne un peu le président de la CRE qui rappelle en premier point que l’arrêté de déploiement des compteurs Linky n’a toujours pas été publié*. En ce qui concerne la gratuité, la CRE émet un son de cloche quelque peu différent du gouvernement, et de ERDF d’ailleurs :

« La CRE n’est liée par aucun engagement de gratuité ». Certes, on a bien compris que le client ne va pas débourser un euro à l’installation du nouveau compteur, en revanche, le déploiement de cet outil entre dans le périmètre de la base d’actifs régulés; il est donc du ressort du Turpe. « Ce projet ne peut pas ne pas être dans le Turpe ». (suite…)

Aidez-nous à partager l'actualité du développement durable !

Article rédigé par Claudine
Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5