Retour à l’étiquette énergétique de A à G dès 2019

mercredi, 29 mars 2017

étiquette énergétiqueEntre les étiquettes énergétiques échelonnées de A à G et celles commençant par des A suivis d’un ou plusieurs « + » mais s’arrêtant à D, les consommateurs avaient de plus en plus de mal à se repérer et achetaient parfois involontairement des appareils finalement gourmands en énergie, en se fiant à la seule lettre A. La Commission et le Parlement européens viennent de se mettre d’accord pour revoir le système et revenir pour tous les produits à l’étiquette stricte et claire que les consommateurs avaient appris à connaître : de A à G, mais qui devrait aussi suivre de plus près les progrès technologiques.

Ces nouvelles étiquettes, oubliant les +, fleuriront dès la fin 2019 dans les magasins. Mais elles correspondront à des normes qui évolueront elles aussi très régulièrement, en suivant les progrès de l’efficacité énergétique : leur remaniement sera engagé dès que 30 % des produits vendus sur le  marché de l’Union Européenne relèveront de la classe d’efficacité énergétique A, ou bien dès que 50 % des produits vendus relèveront des deux classes supérieures, A et B. (suite…)

Article rédigé par Claudine

L’Autorité de la concurrence sanctionne Engie

mardi, 28 mars 2017

Saisie depuis 2014 par Direct Energie et l’association de consommateurs UFC Que Choisir sur les pratiques commerciales de l’opérateur historique Engie (ex-GDF Suez), l’Autorité de la concurrence a rendu sa décision le 22 mars. Engie était accusé d’avoir abuser de sa position dominante sur les marchés du gaz afin de faire basculer les consommateurs sur ses offres de marché de gaz et d’électricité. L’Autorité sanctionne donc Engie à hauteur de 100 millions d’euros, notamment pour s’être appuyé sur son fichier historique pour convertir ses clients à ses offres commerciales.
decision de l'autorite de la concurrence, contre la societe Engie
Cette décision reprend celle prise en urgence en septembre 2014 – et confirmée depuis par la Cour d’Appel de Paris – aux termes de laquelle Engie a dû partager une partie de sa base de données avec ses concurrents afin qu’ils puissent  lutter à armes égales sur le marché de la concurrence. L’Autorité estime en effet qu’Engie a utilisé des moyens hérités de son ancien statut de fournisseur historique, donc destiné à remplir une obligation de service public, pour vendre des offres de marché. Ce démarchage, dans un contexte où les consommateurs méconnaissaient encore largement l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie, était de nature à les tromper et à leur faire accepter des offres pas toujours des plus compétitives sur le marché. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Chauffage et transport en avion des fruits et légumes : le WWF Suisse exige la transparence

mercredi, 15 mars 2017

legumes bioPlus que la saison ou la provenance régionale des fruits et des légumes, ce sont les transports et les serres chauffées aux combustibles fossiles qui influencent fortement leur bilan climatique. Tel est le constat établi par une étude de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich (EPFZ), demandée par le WWF Suisse. Au vu de ces résultats, le fonds mondial de protection de la nature exige des détaillants qu’ils désignent clairement ces produits, voire qu’ils les retirent de leur assortiment.

Le WWF voulait en fait savoir si les fruits et les légumes de production régionale et saisonnière présentaient le meilleur bilan environnemental. L’EPFZ a donc examiné 25 variétés de produits de pays privilégiés par la Suisse pour ses importations pour évaluer leur bilan climatique. Pour son étude, l’institut tient compte de facteurs comme le chauffage des serres, le stockage, le traitement des sols, la fertilisation, les mesures de protection phytosanitaires, l’irrigation, l’infrastructure liée à la production,  la préparation pour la vente, la pollution de l’air, le transport et la réfrigération – les gaz à effet de serre émis étant convertis en équivalents CO2. (suite…)

Article rédigé par Claudine

L’affichage environnemental, pour une consommation plus verte

vendredi, 10 février 2017

affichage environnementalDéveloppé progressivement et sur une base volontaire, l’affichage environnemental doit être déployé progressivement cette année, pour des produits du secteur de l’ameublement, des textiles, de l’hôtellerie (pour les impacts environnementaux d’une nuitée), des produits alimentaires et des appareils électroniques. Une enquête l’expérimentant dans un cadre virtuel d’achat a permis d’étudier dans quelle mesure les consommateurs valorisent ces caractéristiques dans leurs choix.

Ce dispositif d’affichage environnemental correspond à l’article 90 de la loi de Transition énergétique pour la croissance verte, relatif aux allégations environnementales et destiné à lutter contre l’écoblanchiment : il impose aux producteurs qui communiquent sur un quelconque aspect environnemental de leurs produits (allégation environnementale) de mettre à disposition des consommateurs l’ensemble de leurs principales caractéristiques. En effet, encourager une consommation plus durable passe par une meilleure information sur les principaux impacts environnementaux : 8 consommateurs sur 10 se montrent d’ailleurs favorables à l’affichage environnemental. Celui-ci se révèlerait donc un levier efficace pour infléchir la consommation vers des pratiques plus durables. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Commission Européenne : Une énergie propre pour tous les Européens

mardi, 6 décembre 2016

une énergie propre pour tous les européensLa Commission Européenne a présenté fin novembre un paquet de mesures visant à favoriser la transition vers une énergie propre. Ce paquet comporte trois objectifs précis : donner la priorité à l’efficacité énergétique, parvenir au premier rang mondial dans le domaine des énergies renouvelables et offrir des conditions équitables aux consommateurs.

Après la proposition de réforme du système d’échange de quotas d’émission (SEQE) de 2015 et plusieurs autres visant à accélérer la transition vers de faibles émissions de carbone dans d’autres secteurs clés de l’économie européenne en 2016, les propositions actuelles constituent « les dernières pièces maîtresses pour mettre pleinement en œuvre le cadre à l’horizon de 2030 pour l’énergie et le climat, en particulier sur les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. » Les propositions législatives relatives à l’union de l’énergie présentées par la Commission doivent maintenant être traitées en priorité par le Parlement européen et le Conseil.  (suite…)

Article rédigé par Claudine

Efficacité énergétique : une nouvelle échelle de A à G plus ambitieuse

lundi, 11 juillet 2016

etiquette A à G, nouvelles classes énergétiques UELes députés européens appellent à une échelle de classe énergétique plus ambitieuse, avec un retour à l’étiquetage unique étalonné de A à G. Exit donc les classes A+, A++, A+++, qui embrouillaient les consommateurs en classant la majorité des appareils électroménagers dans une grande classe A pas forcément économe en énergie. Le Parlement a donc récemment adopté une proposition de la Commission Européenne et de nouvelles normes devront être déterminées.

Le système de notation de A à G de l’efficacité énergétique des appareil électroménagers avait l’avantage de la clarté, mais date de 1992 : rien d’étonnant donc à ce qu’il est besoin d’être dépoussiéré, car avec le temps, les appareils se sont améliorés. D’où les « bricolages » ajoutés en 2010 (A+, etc.) qui ont abouti à une grande confusion pour les consommateurs, bien habitués aux notations précédentes, car la majorité des appareils proposés sur le marché remplissent les conditions de cette grande classe A. Il est temps de fixer des conditions plus strictes, estiment les députés, afin de stimuler l’amélioration de l’efficacité énergétique et mieux éclairer de nouveau les consommateurs sur les produits qu’ils achètent. (suite…)

Article rédigé par Claudine

« Ça suffit le gâchis ! » : une campagne de lutte contre le gaspillage alimentaire

jeudi, 2 juin 2016

pot yaourtLe 26 mai, l’ADEME et le Ministère de l’Environnement ont lancé une campagne nationale de sensibilisation au gaspillage alimentaire, baptisée « Ça suffit le gâchis ! » avec comme message central : « les pertes et gaspillages  sont l’affaire de tous. » Une campagne déclinée à la télévision, dans la presse et sur le web pour encourager les consommateurs à adopter de bonnes pratiques lors de l’achat, de la préparation et de la consommation d’aliments.

Cette campagne nationale vise à impliquer les consommateurs, mais aussi les entreprises et les collectivités, dans la lutte contre le gaspillage alimentaire et à redonner de la valeur aux aliments. Pour cette occasion, un site internet a été à cette campagne, dont il reprend le nom Ça suffit le gâchis. Divisé en trois parties (particuliers, entreprises et collectivités), il contient une multitude de conseils adaptés aux uns et aux autres et explique les enjeux de la lutte contre le gaspillage alimentaire : des enjeux à la fois environnementaux, économiques et sanitaires, liés à la production croissante de déchets. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Le Parlement Européen veut « renforcer le pouvoir des consommateurs sur le marché de l’énergie »

mercredi, 18 mai 2016

Afin que les consommateurs puissent exercer davantage de pouvoir sur le marché de l’énergie, les députés de la Commission de l’industrie et de l’énergie du Parlement Européen ont fait une série de propositions pour une évolution de la réglementation. Elles concernent notamment les achats collectifs, l’autoproduction d’énergie, de meilleurs outils de comparaison des tarifs, un changement de fournisseur d’énergie ou de tarif facilité ou encore la lutte contre la pauvreté énergétique.

Parlement européenIl s’agit pour le Parlement d’alimenter la future législation sur l’Union de l’Energie. Pour donner plus de pouvoir aux consommateurs, ils demandent :

  • d’introduire de nouveaux modèles de gestion, tels que des systèmes d’achats collectifs et des instruments financiers innovants, afin d’aider les consommateurs à avoir davantage recours à l’autoproduction, à l’autoconsommation et à des outils efficaces d’un point de vue énergétique ;
  • de réduire au strict minimum les obstacles administratifs à de nouvelles capacités d’autoproduction ;
  • de mettre en place des conditions favorables pour les locataires et les personnes vivant dans des immeubles collectifs en leur permettant d’utiliser davantage l’autoproduction et des outils efficaces en matière d’énergie.

(suite…)

Article rédigé par Claudine

Gaz et électricité, mode d'emploi

vendredi, 30 octobre 2015

Afin d’encourager les consommateurs à faire jouer la concurrence dans le domaine de l’énergie, ou simplement pour informer ceux qui ne sauraient pas encor qu’elle existe, ou encore pour leur expliquer pourquoi leur facture continue (et continuera) à grimper, le Médiateur de l’Energie et l’Institut National de la Consommation mettent en place une campagne d’information sur différents médias : Gaz et électricité, mode d'emploi.

gaz élec, mode d'emploiIl s’agit de répondre à des questions simples mais fréquentes, comme : Pourquoi le prix de l’électricité augmente-t-il autant ? Comment faire pour changer de fournisseur ? Que penser des offres à prix fixe ? Quelles sont les démarches en cas de déménagement ? Heures pleines/heures creuses, comment ça marche ? La campagne Gaz et électricité, mode d'emploi apportent des explications sous forme de 5 émissions Consomag de quelques minutes chacune, diffusées sur France Télévision, et de 15 modules radio d’une durée de 1 minute 30, diffusés par les radios locales et régionales. Dans ces chroniques, des experts répondent aux interrogations des consommateurs. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Selon l’ADEME, Linky doit « s’inscrire dans une approche de services intégrée »

mardi, 4 août 2015

L’ADEME a récemment publié un avis sur le compteur communicant Linky pour évaluer son apport en matière d’économies d’énergie et de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour les consommateurs et les collectivités. Pour accroître son bénéfice environnemental, une appropriation de ce compteur par le consommateur est nécessaire.

afficheur compatible LinkyC’est pourquoi l’ADEME recommande que son développement s’inscrive dans une démarche globale visant à développer une véritable culture de l’énergie, notamment chez les particuliers. L’agence estime ainsi que le développement doit s’accompagner de services énergétiques, d’un accompagnement du consommateur et d’équipements complémentaires, dont les afficheurs déportés, afin de rendre plus visible la consommation d’énergie et les attitudes à adopter pour réduire sa consommation.

Une meilleure information peut constituer un outil efficace au service d’une politique de maîtrise de la demande d’énergie (MDE), que les relevés annuels, recouvrant tous les usages,  ne permettent pas : « Une information plus riche et plus fréquente sur sa consommation, pourrait en effet assurer un rôle de sensibilisation. Des études à l’international ou en cours de réalisation en France montrent que, selon les outils mis en place et leur appropriation par les ménages, des gains en termes d’économies d’énergie sur les gestes du quotidien peuvent aller jusqu’à 10 %. » (suite…)

Article rédigé par Claudine
Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5