Les Français et la consommation responsable

dimanche, 4 juin 2017

Baromètre Greenflex : les français et la consommation responsableRéalisée par Greenflex en partenariat avec l’ADEME, la nouvelle édition de l’étude annuelle « Les Français et la consommation responsable : tous acteurs ! » révèle que la pratique de la consommation responsable continue à progresser, mais ne prend pas pour autant le pas sur la volonté de consommer tout court. Les Français ne veulent pas endosser seuls l’effort de développement durable et attendent que chaque acteur (Etat, industriels et marques, associations, distribution) assume son rôle. Et leur attente est proportionnelle à la défiance qu’ils lui portent : industriels et marques en tête.

71,5 % des Français se sentent désormais concernés par la consommation responsable, un chiffre qui bondit de 11 % en un an : consommation locale et de saison, choix pour la santé de produits sains et naturels constituent les principaux moteurs de cette pratique. Les tendances 2017 se résument ainsi : (suite…)

Article rédigé par Claudine

Une « victoire écrasante » de l’eau du robinet sur l’eau minérale

mardi, 31 janvier 2017

Victoire de l'eau du robinetDans son étude « Où peut-on boire de l’eau du robinet en France et comment préserver cette ressource« , l’UFC Que Choisir démontre que la qualité de l’eau du robinet est très bonne pour une immense majorité des consommateurs. Outre les différentes analyses ayant permis l’élaboration de la carte interactive, l’association appelle les consommateurs à une consommation responsable : elle les invite à s’alimenter avec l’eau du robinet, en lui attribuant une « victoire écrasante » sur l’eau en bouteille.

« De nombreuses raisons militent pour que l’on boive l’eau du robinet plutôt que l’eau en bouteille » remarque l’association. Et la première d’entre elles en est le prix : 65 moins cher en moyenne (0,4 centime d’euro le litre) que celui de l’eau minérale. Mais il faut y ajouter aussi une raison sanitaire : « sur le plan sanitaire, la consommation de certaines eaux minérales est déconseillée du fait d’une trop forte minéralisation » souligne en effet l’étude. Mais c’est sur le plan environnemental que l’eau en bouteille est définitivement surclassée par l’eau du robinet : (suite…)

Article rédigé par Claudine

Quelles sont les opinions et les pratiques environnementales en 2013 ?

vendredi, 18 avril 2014

Le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) a livré fin mars son observatoire des opinons et pratiques environnementales des Français en 2013. Si la sensibilité à l’égard de l’environnement continue à progresser, elle se traduit de manière moins manifeste au niveau individuel.  Ils se montrent plus réservés pour adopter des pratiques respectueuses de l’environnement, sauf éventuellement, pour des raisons économiques.

Comme les deux années précédentes, changement climatique (en recul de plus de 10 points en 5 ans), pollution de l’air (20 %) et légèrement derrière catastrophes naturelles (mais l’enquête a été réalisée avant le passage de la tempête Dirk) arrivent en tête des préoccupations environnementales des Français, mais les inquiétudes à l’égard de la pollution de l’eau régressent pour la deuxième année consécutive, devancée maintenant par l’augmentation des déchets ménagers. Mais en ce qui concerne leur quartier, une part de plus en plus nombreuse (30 %) ne se déclare affectée au quotidien par aucun problème environnemental en particulier. Les autres citent cependant le bruit (25 %) et le manque de transports en commun (23 %). 52 % estiment maintenant que la protection de l’environnement revient aux pouvoirs publics, plutôt qu’aux entreprises (23 %) ou aux ménages (19 %), des tendances bien différentes de celles de 2010, où les entreprises arrivaient largement en tête (48 %).

préocuppations environnementales des français

Pour un tiers des personnes interrogées, leur logement est suffisamment isolé, d’ailleurs la volonté de travaux, même si elle se redresse légèrement en en 2013, a perdu 5 points en 5 ans. Pour les économies d’énergie au quotidien, on fait de plus en plus attention au chauffage et on surveille le thermostat, mais l’extinction des veillent régresse nettement (- 13 points) en 5 ans. Question transport, si la voiture reste le moyen privilégié, les modes actifs (marche, vélo) ainsi que collectifs augmentent. De toute façon, hors aires urbaines, il ne s’agit pas d’un choix : la voiture reste une nécessité, du fait du manque de transports collectifs (zones rurales). (suite…)

Article rédigé par Claudine

Ethicity : Baromètre annuel sur les Français et la consommation responsable

mercredi, 10 avril 2013

« La crise, frein ou accélérateur de la consommation responsable ? » Cette question est au centre de l’étude annuelle menée par Ethicity, cabinet de conseil en développement durable, sur les attentes, sensibilités et comportements des Français en matière de consommation responsable, de développement durable et de responsabilité sociétale des entreprises. Si les Français sont « déprimés », et ont perdu confiance dans les grandes entreprises, ils n’en restent pas moins attachés à une consommation responsable, preuve qu’ils prennent de plus en plus conscience de l’importance de leurs choix de consommation.

panier bio« Des Français déprimés » révèle le baromètre. Car les inquiétudes sur le chômage, la précarité (+17 points en un an) et le coût de la vie (+ 5 points) n’en finissent pas d’augmenter : 47 % pensent même que les choses ne peuvent que se détériorer. Cependant, malgré « une perte de confiance envers les acteurs » (les marques et les grandes entreprises ne parviennent pas à rassurer) et un fort besoin d’informations sur les conditions de fabrication des produits (80 % la plébiscitent, en hausse de 4 points par rapport à 2012), la consommation responsable résiste.

48 % des Français déclarent en effet avoir privilégié des produits plus durables pendant les 12 derniers mois. Ils cherchent toujours à consommer mieux et moins, et exigent qualité et traçabilité : 62 % (+ 10 points vs 2012) d’entre eux souhaitent voir apparaître l’origine des matières premières sur les étiquettes des produits et 51 % le lieu de fabrication. Par contre, le nombre de Français qui déclarant veiller systématiquement ou régulièrement à leur consommation d’énergie n’évolue pas : 89 %, de même que les rangs de ceux veillant régulièrement ou systématiquement à leur consommation d’eau  (86 %).

Si les Français ont perdu confiance dans les grandes marques (les scandales alimentaires récents n’y sont certainement pas étrangers), ils  gardent confiance dans les petites entreprises (77 %) ayant conservé une implantation locale pour la fabrication et préfèrent les petits producteurs. D’ailleurs, le critère « fabrication française » fait recette pour 41 % d’entre eux. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Semaine du développement durable, édition 2011

jeudi, 31 mars 2011

semaine developpement durable 2011Voici revenu le temps d’un des rendez-vous incontournable du printemps : la semaine du développement durable. La neuvième édition de cette manifestation aura lieu du 1er au 7 avril, avec comme mot d’ordre : « Passez au durable, ça marche ! ».

L’objectif en reste toujours le même : sensibiliser les Français aux enjeux du développement durable et inciter chacun à adopter des comportements plus responsables. Comme chaque année, de nombreuses manifestations vont avoir lieu à travers toute le France autour du thème 2011 : « Changeons nos comportements ». En 2010, 3 700 participants avaient répondu à l’appel d’offres et ont ainsi permis à des initiatives locales de se faire connaître à l’échelle nationale.

Le thème choisi cette année se déclinera de différentes manières : consommer responsable, se déplacer autrement et éco-mobilité, réduire les déchets, protéger les espaces et les espèces… La semaine sera d’ailleurs accompagnée d’un spot à la télévision qui vise à promouvoir les écolabels auprès du grand public. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Les Français et la consommation responsable

jeudi, 15 avril 2010

A la veille de la semaine du développement durable, le cabinet Ethicity a réalisé, en partenariat avec l’ADEME, son enquête annuelle sur « les Français et la consommation responsable », en interrogeant 4 373 personnes. Cette étude est menée chaque année depuis 2004.

Si le développement durable reste pour une très large majorité des Français une nécessité, ils se montrent plutôt méfiants sur la possibilité des acteurs (entreprises et politiques) à agir sur le réchauffement climatique et réclament à la fois des preuves, du concret et du local. Le chiffre des « consomm’acteurs » reste toujours stable par rapport à la première enquête.

Une volonté de changement qui s’effrite

Même s’ils ressentent un certain pessimisme dû à la crise et un sentiment d’impuissance, une large majorité des Français croit toujours à une consommation plus responsable, mais les chiffres sont en recul par rapport à 2009.

Pour 75 % des Français, le développement durable est une nécessité, mais ils sont 6 % de moins à l’affirmer, par rapport à l’année dernière. 60 % déclarent d’ailleurs avoir changé leur comportement en faveur du développement durable, mais ce chiffre accuse un recul de 9 points par rapport à l’année précédente. Cependant, 47 % déclarent avoir opté pour une consommation plus éthique en remplaçant certains produits par des produits durables ou en privilégiant ces derniers lors d’un achat.

Une méfiance envers les discours

Les Français en ont assez des publicités des entreprises basées sur leurs agissements en faveur du développement durable (vrais ou faux, voir notre article sur l’écoblanchiment), mais aimeraient avoir des informations plus complètes et plus fiables sur les produits qu’ils achètent.

57 % se méfient du discours des marques et des entreprises en matière de développement durable. Ils ne s’y retrouvent pas dans les messages publicitaires trop nombreux (53 %) et 43 % déclarent même ne plus supporter les messages des marques sur l’environnement (principalement les seniors). Il en est de même pour le nombre de labels, dont peu correspondent réellement à une charte d’exigences : 65 % pensent qu’il y en a trop. Tous ces messages ajoutent plutôt à la confusion et 62 % des personnes interrogées reconnaissent être incapables de juger de la meilleure qualité des produits durables.

Ce qu’ils réclament

Le prix a toujours un caractère dominant, mais n’est pas toujours associé à une preuve de meilleure qualité.

Et des preuves de qualité, les consommateurs aimeraient en avoir. La plus grande partie des Français estiment les produits durables plus chers (83 %), mais ne sont convaincus de leur meilleure qualité qu’à hauteur de 27 %. Et 45 % demandent des preuves concrètes de leur qualité.

Ils demandent aussi de la transparence : les trois quarts pensent que les entreprises ne donnent pas assez d’informations sur les conditions de fabrication des produits.

Ils aimeraient en connaître plus sur la traçabilité : l’origine des matières premières pour 53 %, le lieu de fabrication pour 45 %, et leur impact sur la biodiversité, autre source de préoccupation de la population, pour 48 %.

De plus, 26 % des français estiment que consommer responsable, c’est consommer local, moins pour éviter des émissions de CO2 liées au transport que pour des raisons sociales, pour le maintien des emplois et pour la proximité des acteurs. En effet, 69 % estiment l’entreprise responsable de la santé et de la sécurité des salariés, et 83 % (3 points de plus par rapport à l’année dernière) que dans le monde, les salariés sont de plus en plus exploités. D’ailleurs 63 % (3 points de plus aussi) ne considèrent pas la mondialisation comme une chance de progrès.

Consomm’acteurs ?

20 % seulement (un chiffre stable) considèrent qu’à travers leurs choix d’achats, ils agissent au service de leurs convictions et 20 % aussi disent que par rapport aux produits classiques, les produits de la consommation responsable correspondent plus à leurs besoins. 26 % choisissent régulièrement des produits plus respectueux de l’environnement.

Pour consommer de manière responsable, d’ailleurs, il faut consommer mieux, des produits certifiés éthiques, labellisés, polluant moins, pour 35 % des personnes interrogées (une hausse de 13 % par rapport à 2009), et consommer moins pour 60 % (mais là, le chiffre baisse de 19 % depuis l’année dernière).

L’étude note aussi que peu à peu, les Français évoluent vers des actions concrètes : ils déclarent trier les déchets (84 %), réduire et maîtriser leur consommation d’énergie (76 %), faire attention à l’eau (75 %), privilégier les transports en commun (30 %).

Mais ils attendent aussi un engagement plus fort des acteurs : seuls 24 % (une perte de 3 points par rapport à l’année précédente) considèrent que les politiques et les collectivités locales prennent suffisamment en compte les enjeux environnementaux.

Sources : ADEME, Ethicity

Article rédigé par Claudine
Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5