Des bulletins météo des villes en 2100

vendredi, 21 juillet 2017

L’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) et Climate Change se sont associés pour lancer une série de bulletins météo d’un style un peu spécial : des présentateurs météo y expliquent quel pourrait être le quotidien en été des habitants de grandes métropoles à la fin du XXIème siècle.

shifting citiesSi les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter, la température moyenne à la surface du globe pourrait s’élever de 4° C d’ici la fin de ce siècle. Mais quel serait le véritable impact du changement climatique sur les habitants des villes pendant la période estivale ? C’est à cette question que tente de répondre  Climate Change, organisme de recherche et de communication établi aux Etats-Unis, en utilisant deux scénarios de changement climatique, issus des travaux du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) : l’un avec un niveau d’émissions de gaz à effet de serre élevé et l’autre, modéré. Il a ainsi établi un lien entre chaque métropole et la ville du monde actuel dont la température évaluée pour 2100 est la normale. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Subventions aux voitures électriques : coûteux et sans grand résultat au Canada

mercredi, 28 juin 2017

recharge d'un véhicule électriqueUne étude de l’Institut Economique de Montréal (Canada), intitulée Les subventions aux voitures électriques sont-elles efficientes ?, montre que pour le pays subventionner l’achat d’un véhicule électrique serait la façon la moins efficace et la plus coûteuse de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Cette étude paraît alors que le Québec et l’Ontario se sont lancés dans une dynamisation de la vente des véhicules électriques, par un système de subvention : 8 000 dollars au Québec pour l’achat d’un véhicule électrique ou hybride rechargeable et jusqu’à 14 000 en Ontario, afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Or, soutient Germain Belzile, chercheur associé senior à l’IEDM et coauteur de la publication, « C’est tout simplement du gaspillage ! Non seulement ces programmes coûtent une fortune aux contribuables, mais ils ont aussi peu d’effet sur les émissions de GES. » (suite…)

Article rédigé par Claudine

Energie : priorité au climat ! ou les propositions de l’Institut Montaigne

dimanche, 18 juin 2017

Une note de l’Institut Montaigne publiée début juin souligne que, trop focalisée sur le mix énergétique – nucléaire et renouvelables particulièrement – notre politique énergétique s’est insuffisamment attaquée aux principales sources d’émissions de gaz à effet de serre : le chauffage et le transport, massivement dépendants d’importation de combustibles fossiles.

Le constat

Intitulée Energie : priorité au climat !, l’étude rappelle que la politique énergétique et l’action en faveur du climat doivent reposer sur des constats objectifs. Et actuellement, la consommation énergétique de la France reste dominée par les énergies fossiles, les plus émettrices de gaz à effet de serre. Pétrole, gaz et charbon représentent près de la moitié de notre consommation d’énergie primaire et les 2/3 de notre consommation finale d’énergie.

Repartition des émissions de gaz à effet de serre en France

Source Institut Montaigne

Bien que cette consommation baisse depuis les années 2000, notre facture énergétique demeure structurellement déficitaire : celle du pétrole et du gaz s’établit à 40 milliards d’euros par an, que les exportations d’électricité (2 milliards d’euros en 2015) ne compensent que faiblement. Même si au niveau mondial la France émet peu de gaz à effet de serre, elle doit concentrer ses efforts sur la réduction de sa consommation d’énergie fossile.

(suite…)

Article rédigé par Claudine

La transition énergétique de l’Europe bien engagée selon la Commission

dimanche, 12 février 2017

La Commission Européenne a récemment présenté son deuxième rapport sur l’état de l’union de l’énergie. Celui-ci montre que la modernisation de l’économie et la transition « vers une ère à faible intensité de carbone » est en cours de réalisation. Les objectifs globaux de 2020 en ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre, l’efficacité énergétique et la production d’énergies renouvelables, seront atteints, même si certains pays, ou certains secteurs restent à la traîne. Ce rapport, que la Commission a pris l’engagement de rendre annuel, examine les progrès accomplis depuis le premier, paru en novembre 2015. Il sert de suivi pour la mise en œuvre de cette « priorité absolue » que représente l’union de l’énergie.
Europe : union de l'énergie
L’Union Européenne, dans son ensemble, a continué à bien progresser dans la réalisation des objectifs relatifs au climat et à l’énergie. Elle a notamment atteint celui concernant la consommation finale d’énergie, ainsi que celui sur les émissions de gaz à effet de serre : le niveau de ses émissions était en 2015 inférieur de 22 % à celui de 1990. Pour le secteur des énergies renouvelables, l’Europe est en bonne voie : elles couvrent 16 % de la consommation finale brute d’énergie sur la base des données de 2014. De plus, l’Union dissocie bien sa croissance économique et ses émissions de gaz à effet de serre : tandis que le produit intérieur brut (PIB) global a augmenté de 50 %, les émissions globales ont quant à elles reculé de plus d’un cinquième. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Planetman passe à table : le deuxième chapitre de la BD

mardi, 27 décembre 2016

Planetman, la BDLe Réseau Action Climat publie le second chapitre des aventures de Planetman, la bande dessinée en ligne qui vise à sensibiliser le grand public aux changements climatiques et aux actions qui permettent de sauvegarder le climat au quotidien. Consacré à l’alimentation, le second volet de la BD s’intitule Planetman passe à table.

Après l’introduction qui montrait comment chacun à sa façon peut agir pour réduire son impact sur le climat et un premier chapitre consacré aux transports, important secteur d’émissions de gaz à effet de serre, qui visait à faire repenser ses déplacements, Planetman veut cette fois nous faire comprendre comment nos choix alimentaires exercent une influence considérable sur les émissions de CO2 et comment les repas peuvent être à la fois savoureux et bons pour le climat. Il nous rappelle aussi que l’alimentation représente 25 à 30 % des émissions de gaz à effet de serre des Français. Ce second chapitre comporte trois parties : comment nos choix contribuent aux changements climatiques, comment répondre à nos besoins alimentaires en réduisant notre empreinte sur le climat et nous donne d’autres idées d’actions pour le climat. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Comment préparer des fêtes de Noël écoresponsables ?

lundi, 19 décembre 2016

ademe noëlLes fêtes de Noël ont chaque année un coût écologique réel et important. Les illuminations qui décorent rues et maisons, les sapins que nous choisissons, les cadeaux que nous offrons et même les repas que nous préparons à cette occasion y contribuent. Alors, combien coûte Noël en termes d’émissions de gaz à effet de serre et comment concilier fêtes et environnement ?

Faisons les comptes…

En ce qui concerne le « poids » en CO2 de Noël, c’est l’Institut de l’Environnement de Stockholm (Suède) qui, après une enquête menée sur les émissions de CO2 par Anglais pour Noël, donne des éléments de réponse. Par ailleurs, d’autres organismes, comme l’ADEME, en fournissent aussi. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Planetman, une BD contre le changement climatique

samedi, 1 octobre 2016

Alors qu’allait se dérouler la journée sans voiture (le 25 septembre), le Réseau Action Climat (RAC, regroupant 16 associations spécialistes des questions climatiques) publiait une WebBD pour sensibiliser le public sur les émissions de gaz à effet de serre et leurs effets sur le climat, et dont le premier volet thématique a pour but de lui apporter des solutions concrètes pour se déplacer mieux en polluant moins. Intitulée Planetman contre le changement climatique, la bande dessinée propose des actions qui permettent de sauvegarder le climat au quotidien.

planetmanLe RAC fait paraître à la fois deux chapitres de cette BD, signée Baptiste Ribrault (scénario et illustration) : le premier, un chapitre introductif, est consacré aux émissions des  gaz à effet de serre principaux et explique l’influence de leur concentration sur le climat et le second Planetman en balade s’intéresse particulièrement au secteur des transports. Ils seront suivis, en octobre prochain d’un troisième, consacré à l’alimentation. Ludique et pédagogique, cette BD en ligne est aussi gratuite et accessible à tous. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Chasse au gaspi dans la restauration collective

vendredi, 30 septembre 2016

Alors que la restauration collective représente chaque année près de 3 milliards de repas, l’ADEME évalue le gaspillage à 540 000 tonnes de nourriture jetées, soit plus d’un million de repas perdus. Une situation qui ne plus durer puisque la loi de transition énergétique pour la croissance verte rend obligatoire à partir de septembre de cette année la mise en œuvre d’actions de réduction du gaspillage alimentaire dans les établissements gérés par les collectivités.

L’Agence rend publique une étude réalisée en Région Rhône-Alpes sur le coût de ce gaspillage dans les différents types de restauration collective. Elle donne des résultats de portée nationale et met en lumière le potentiel significatif d’économies financières et de réduction des impacts environnementaux des actions de lutte contre le gaspillage alimentaire.

composition-du-gaspillage-par-categorie-d-alimentsLes pertes et gaspillage alimentaire représentent en moyenne, selon l’ADEME, 17 % des aliments achetés (en poids) et 78 % des biodéchets, 14 % des coûts d’achats des matières premières et 17 % des émissions de gaz à effet de serre. Mais, si on observe une forte variabilité sur les établissements étudiés, c’est dans tous les cas la combinaison, toujours unique, des différents paramètres influençant les pertes et gaspillage qui va influencer les mesures. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Accord de Paris : recommandation de la Commission Environnement du Parlement Européen

jeudi, 15 septembre 2016

La Commission de l’Environnement du Parlement Européen se prononce pour une ratification rapide de l’Accord de Paris sur le changement climatique de décembre 2015, dans une recommandation adoptée le 8 septembre. Les députés appellent l’Union Européenne à mettre à jour ses engagements en matière de réduction d’émissions de gaz à effet de serre.

« Il serait impensable que l’Accord de Paris puisse entrer en vigueur sans que l’UE en soit partie, vu son rôle dans le combat contre le changement climatique, au sein du protocole de Kyoto, et vu ses efforts pour qu’un accord universel voie le jour. Pour cette raison, nous appelons le Conseil et les États membres à mener à bien le processus de ratification au niveau national et européen avant la conférence de Marrakech, ce qui lui permettrait d’entrer en vigueur » a déclaré le rapporteur et Président de la commission de l’Environnement, Giovanni La Via. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Examen environnemental par l’OCDE : la France peut mieux faire

lundi, 18 juillet 2016

Des efforts ont été faits en termes de performances environnementales, mais des progrès restent à réaliser, c’est le constat de l’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) dans son nouvel Examen Environnemental de la France. Le rapport note les avancées visibles du côté des émissions de gaz à effet de serre, des principaux polluants atmosphériques et des prélèvements d’eau douce, mais souligne qu’il reste encore à réduire la pollution par les nitrates et les pesticides.
bilan énergie OCDE
L’Examen Environnemental salue les efforts de la France pour faire aboutir l’accord sur le climat à la COP21, et notamment l’adoption de la loi de transition énergétique pour la croissance verte, dans laquelle le pays se fixe des objectifs ambitieux pour réduire davantage les émissions de gaz à effet de serre, améliorer l’efficacité énergétique, développer les énergies renouvelables et diversifier la production d’électricité. Mais, si l’économie française est l’une des plus sobre en carbone du monde en raison de la prépondérance du nucléaire dans son mix énergétique, le parc vieillit et elle est en retard sur ses objectifs de développement des énergies renouvelables : la part de 23 % en 2020 de la consommation d’électricité sera bien difficile à atteindre, alors qu’elle n’en était qu’à 14,6 % en 2014. (suite…)

Article rédigé par Claudine
Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5