Comment économiser l’eau à la maison ? Les meilleurs écogestes avec Watty

dimanche, 15 janvier 2017

preferez les douches aux bainsPréférer les douches aux bains

Un bain c’est 150 à 200 litres d’eau. Alors qu’une douche ne consomme que 60 à 80 litres d’eau. En privilégiant les douches aux bains on économise donc plus de 100 litres d’eau par bain. Ceci est à multiplier par le nombre de personnes du foyer et le nombre de jours par an. Par exemple pour un foyer qui prendrait 1000 bains par an, cela représente 100 m3. A 3,50€ le m3 cela fait une économie annuelle de 350€ ! A ce prix là on peut même se permettre un bain plaisir de temps en temps.

Optimiser le fonctionnement de la machine à laver

(suite…)

Article rédigé par Jacques

L’UFE pose les bases du débat qui animera les présidentielles sur les choix en matière d’électricité à horizon 2030

mercredi, 16 novembre 2011

Robert DurdillyL’Union Française de l’Électricité réunissait, mardi 8 novembre 2011, 500 personnes autour du thème «Électricité 2030 : quels choix pour la France ?»  Les débats étaient animés par le journaliste économique Arnaud Fleury.

Après un mot d’accueil par Robert Durdilly, au nom de l’UFE, la première partie de la journée a été structurée autour de la présentation de l’étude menée par l’UFE Choix Énergétiques : les scénarios UFE à 2030 :

  • une intervention d’Henri Proglio, Président d’EDF, qui a rappelé les trois enjeux (doublement des besoins, garantie d’alimentation et réchauffement planétaire) et dressé les grandes orientations de son Groupe, notamment sur le nucléaire, la péréquation tarifaire et la précarité.
  • un discours d’Eric Besson, Ministre chargé de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie Numérique, qui a placé la réflexion sous l’angle de la préparation du PPI qui sera débattu après les élections présidentielles et soumis en 2013, et s’est démarqué de l’étude UFE en précisant que l’augmentation de 30% du prix de l’électricité à horizon 2030 n’engageait aucunement le gouvernement.
  • une présentation des résultats de l’étude UFE par Bruno Bensasson (Directeur Développement Durable – GDF suez), Stéphane Morel (Secrétaire Général – Eon France) et Philippe Torion (Directeur Optimisation Amont Avala et Trading – EDF).
  • une intervention de Dominique Maillard, Président du RTE.

Puis quatre tables rondes étaient organisées.

 

Première table ronde : Quelle acceptabilité dans les choix énergétiques du futur ?

Première table ronde UFE

De gauche à droite : Michèle Bellon (Président du Directoire – ERDF), Pierre-Franck Chevet (Directeur Général – DGEC), Arnaud Fleury, Pierre-Henri Tavoillot (philisophe), Jan-Host Keppler (économiste OCDE) et Laurence Tubiana (Directrice de la Chaire Développement Durable – IEP Paris).

(suite…)

Article rédigé par Jacques

Quelles perspectives énergétiques pour 2030-2050 ? Un débat entre Joël de Rosnay et Jacques Attali

dimanche, 2 octobre 2011

Forum AdemeLundi 26 septembre dernier, l’Ademe fêtait ses 20 ans au Palais des Congrès à Paris. Une journée d’échanges autour des actions menées en deux décennies par l’organisme public et des enjeux pour l’avenir. Pour clôre la journée, deux des plus célèbres visionnaires français ont dialogué, en toute connivence. Il s’agissait, bien sûr, de Jacques Attali, écrivain, Président de Planet Finance, et de Joël de Rosnay, écrivain scientifique, Conseiller de la Présidence d’Universcience. Le débat était animé par Denis Cheyssou.

Le mariage du numérique et de l’énergétique

Joël de Rosnay a démarré sur l’avènement du numérique dans l’énergétique pour plus de démocratie environnementale.

Avant nous avons eu l’Auto…Mobile puis l’Info…Mobile (web 2.0, smartphone…) mais il n’existe pas encore l’éco-mobilité qui représenterait les échanges d’énergie entre personnes en mode pier to pier. Les réseaux électriques de demain : les RITE (Réseau Intelligent de Transport d’Énergie) ou en anglais « smart-grid » vont le permettre. Votre suivi de consommation arrivera sur votre smart-phone. On va se débarrasser des monopoles nucléaires ou pétroliers. On arrêtera d’être passif avec l’énergie comme avant on l’était avec la seule chaîne de TV de l’ORTF.

Il va falloir plus de mixité énergétique. Mais ce n’est pas simple, les réseaux électriques actuels n’acceptent pas les énergies renouvelables. Par exemple sur l’île Maurice, le gestionnaire de réseau n’accepte pas plus de 2% d’injection d’ENR sur son réseau. Et les producteurs indépendants se rebellent !

Mais cela va changer avec le développement des smart-grids, du stockage d’énergie (dans les véhicules électriques qui sont stationnés 92% du temps), de l’éco-efficacité énergétique et l’arrivée de l’hydrogène (pile à combustible dans les voitures ou à domicile).

Jacques Attali a enchaîné :

Je suis sur la même longueur d’onde que Joël de Rosnay sous réserve de l’environnement socio-politique. L’évolution démographique en 2030, avec la croissance de la population nous mène à un très grand chaos. Le marché ne change pas sans loi. Nous connaissons la mondialisation des marchés mais pas encore la mondialisation des droits, il y a concentration des richesses et centralisme financier. Nous avons un marché commun mondial mais pas d’état de droit ni monnaie unique. Le plus vraisemblable c’est que ça va se passer très mal. La Belle Époque avait vu naître avion, automobile, téléphone… puis crise financière, protectionnisme, crise, première puis seconde guerres mondiales.

(suite…)

Article rédigé par admin

Comprendre ses consommations d’énergie

jeudi, 18 août 2011

La puissance d’un appareil électrique

La puissance s’exprime en Watt (symbole : W) ou en kiloWatt (kW)

  • 1 kW = 1000 W

Quelques exemples et ordres de grandeur

ordre-grandeur-puissance-appareils

Énergie = Puissance X Durée

L’énergie consommée dépend de la durée d’utilisation et de la puissance de l’appareil électrique : (suite…)

Article rédigé par Jacques

La facture d’électricité à la loupe

lundi, 28 février 2011

facture electricite franceSavez-vous que pour 10 € à payer sur votre facture d’électricité, seuls 3,80 € sont effectivement affectés à la fourniture du produit, autrement dit l’électricité ? Eh oui, tout le reste se cache sous divers sigles sibyllins, qui méritent peut-être une explication en dehors du cercle restreint d’initiés, qui les manie avec aisance. Le plus connu est bien entendu la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) : pratiquement inutile de le traduire d’ailleurs tant nous avons appris à vivre avec : une invention française, instituée par une loi de 1954, mais qui a eu l’heur de plaire à de nombreux autres pays, en commençant par ceux de l’Union Européenne.

D’abord, distinguons deux parties dans notre facture. Patrice Bruel, du secrétariat général d’EDF, nous l’explique ainsi :

On y trouve d’abord ce qui correspond au tarif réglementé, lequel englobe les coûts de fourniture (production et commercialisation) et les coûts d’acheminement de l’électricité. Le reste est composé de taxes diverses. Il est important de souligner que, quel que soit le client et quel que soit le fournisseur – EDF ou l’un de ses concurrents – une facture est toujours composée de frais de fournitures, de frais de transport et de distribution, et de taxes, et que ces dernières sont les mêmes, quel que soit le fournisseur.

(suite…)

Article rédigé par Claudine
Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5