Europe : 112 milliards d’euros par an de subventions aux énergies fossiles

mardi, 10 octobre 2017

Selon un rapport du Réseau Action Climat Europe et d’Overseas Development International (Institut de développement d’Outre-mer), les pays européens dépensent quelque 112 milliards d’euros par an en subventions pour la production et la consommation d’énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon). Le secteur des transports en est le principal bénéficiaire, notamment en France via des avantages fiscaux pour le diesel.

Malgré l’engagement de l’Union Européenne d’arrêter de subventionner les énergies fossiles d’ici 2020 afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, les gouvernements européens continuent actuellement de financer ces secteurs polluants. Le rapport étudie les aides aux énergies fossiles versées entre 2014 et 2016 par 11 états membres : la République Tchèque, la France, l’Allemagne, la Grèce, la Hongrie, l’Italie, les Pays-Bas, la Pologne, l’Espagne, la Suède et le Royaume-Uni.

Selon l’étude, l’Union Européenne consacre chaque année 4 milliards d’euros de subventions directes aux énergies fossiles via les investissements de banques européennes entre autres. Des états-membres soutiennent la production d’électricité par le charbon – l’Europe compte ainsi 300 centrales au charbon et 50 projets de construction sont en cours – à hauteur de 2 milliards. Or le charbon est une des énergies qui émet le plus de gaz à effet de serre dans l’atmosphère. De plus, l’exploration pétrolière continue à être financée : la France et le Royaume-Uni ont dépensé 253 millions d’euros par an pour découvrir de nouveaux gisements entre 2014 et 2016. (suite…)

Article rédigé par Claudine

100 entreprises responsables de 71 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales

jeudi, 17 août 2017

Selon un rapport de l’ONG Carbon Disclosure Project (CDP), une centaine de très grandes entreprises seraient à elles seules responsables de 71 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre depuis 1988. En première ligne, bien sûr, des producteurs d’énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz).

Le rapport du CDP, réalisé en collaboration avec Climate Accountability Institute (CAI), s’appuie sur des données publiques de 1988 à 2015. Mais, alors que les chiffres officiels des émissions de gaz à effet de serre sont généralement recensés au niveau des états, cette étude recourt à des données s’inspirant d’une méthode publiée par le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). En effet, l’ONG CAI, pour offrir une vision différente, constitue sa propre base de données qui relie émissions et sociétés. (suite…)

Article rédigé par Claudine

CRE : 10ème rapport sur l’indépendance des réseaux

mardi, 21 février 2017

Rapport CRE, voiture logo ENEDISLa Commission de Régulation de l’Energie (CRE) vient de publier son dixième rapport sur l’indépendance des réseaux, un rapport de suivi, intitulé : Rapport des codes de bonne conduite et indépendance des réseaux d’électricité et de gaz naturel en 2015 et 2016. Elle y dresse le bilan des mesures prises par les gestionnaires de réseaux d’électricité et de gaz pour assurer leur indépendance vis-à-vis de leurs maisons-mères et relève des améliorations dans ce domaine.

En effet, dans les rapports précédents, la CRE pointait la trop grande proximité des noms (et logos) des gestionnaires de réseaux et de leurs maisons-mères, les fournisseurs historiques de gaz et d’électricité : GRDF et GDF pour le gaz naturel et ERDF et EDF pour l’électricité, proximité de nature à tromper les consommateurs. Depuis, pour l’électricité, c’est le gestionnaire de réseau qui a changé de nom, en devenant Enedis, le fournisseur et producteur conservant le nom EDF. Pour le gaz au contraire, le gestionnaire de réseau est resté GRDF, mais sa maison-mère a pris le nom d’Engie. Au regard de la confusion des marques, la CRE constate donc que l’utilisation de ces nouveaux noms ne porte plus à confusion avec les marques utilisées par les fournisseurs historiques. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Budget des ménages : le chauffage a coûté 1 611 € en moyenne en 2016

jeudi, 26 janvier 2017

Infographie coût du chauffage par quelleenergieLa facture de chauffage pèse lourd sur le budget et cela ne va pas s’arranger cette année puisque 2017 commence avec une vague de froid. Selon une enquête réalisée par Quelle Energie à partir des montants déclarés par les utilisateurs dans les 19 663 bilans énergétiques effectués sur le site l’année dernière, les Français ont dépensé en moyenne 1 611 € pour se chauffer, une somme conséquente en comparaison de leur revenu.

Ce chiffre moyen cache de profondes disparités puisque la facture peut passer du simple au double selon l’énergie utilisée. Et l’énergie la plus fréquemment utilisée est aussi la plus onéreuse : 38 % des Français se chauffent à l’électricité (contre 24 % en 1990), une solution facile à entretenir et peu chère à l’installation, mais il n’en va pas de même à l’utilisation. Avec un prix moyen de 15,9 € pour chauffer un mètre carré, les utilisateurs dépensent en moyenne 1 726 € par an. Leur facture va continuer à augmenter : les infrastructures (et notamment les centrales nucléaires) vieillissent et demandent des investissements de plus en plus lourds pour pouvoir garantir leur sécurité. Parallèlement, la mise en place des réseaux intelligents, qui permettront à terme de transformer en profondeur la distribution de l’électricité, requiert également des fonds importants. (suite…)

Article rédigé par Claudine

@gazafg publie un Livre Blanc : Les 10 propositions de l’industrie gazière pour 2017

dimanche, 2 octobre 2016

L’Association Française du Gaz (AFG) publie un livre blanc regroupant 10 propositions, afin de sensibiliser la classe politique « à l’approche d’élections majeures pour notre pays » aux défis « que l’industrie gazière est prête à relever pour emprunter la voie d’un futur moins carboné. » L’association estime que le gaz peut apporter des solutions sur l’accélération du développement des énergies renouvelables, le transport et la mobilité, le résidentiel, les infrastructures et la sécurité énergétique.

« La filière gaz favorise l’émergence d’une économie à la fois sobre en énergie et riche en emplois. La capacité contributive du gaz est donc un atout essentiel à la réalisation des objectifs du gouvernement, ceux transcrits dans la loi de transition énergétique et ceux faisant suite à la COP21. Mais celle-ci doit être encouragée par une évolution législative et réglementaire adaptée. Soutenir la filière gazière c’est également le maintien de 160 000 emplois et la création de nouveaux métiers notamment dans le domaine de la croissance verte. Nos 10 propositions se veulent à la fois pratiques et ambitieuses. L’ensemble des membres de l’Association Française du Gaz que je représente, espère vivement que ce Livre Blanc inspirera ceux qui ont la responsabilité de construire les perspectives d’un futur moins carboné » précise Jérôme Ferrier, Président de l’AFG.

POwer to gas (suite…)

Article rédigé par Claudine

« Energie Moins Chère Ensemble » : Lampiris de nouveau lauréat

samedi, 24 septembre 2016

choisir ensemble électricité et gazLes deux premières campagnes de l’UFC Que Choisir, « Gaz Moins Cher Ensemble » (2014, 2015), avaient déjà été remportés par le fournisseur belge Lampiris. Celui-ci, entre temps racheté par Total, vient de nouveau de gagner les enchères inversées organisées par l’association de consommateurs dans le cadre de sa campagne « Energie Moins Chère Ensemble » qui cette fois proposait, outre le gaz, de mettre en concurrence les fournisseurs sur l’électricité. Pour les deux énergies, alors que 6 fournisseurs étaient en lice, les réductions proposées sont encore plus conséquentes que celles obtenues les années passées : « du jamais vu » selon l’association organisatrice.

Lampiris gagne aussi bien sur le gaz que sur l’électricité : le fournisseur proposera aux quelque 270 000 consommateurs inscrits une réduction de 23 % pour l’électricité, par rapport au tarif réglementé du kWh (HT), et une économie de 17 % sur le gaz pour le gaz sur le tarif réglementé de septembre 2016. Un bel effort puisque le même fournisseur ne propose à ses clients, sur son site, que 8 % pour l’électricité et 15 % pour le gaz. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Energie moins chère ensemble : nouvelle campagne de Que Choisir

dimanche, 11 septembre 2016

Logo choisir ensemble by UFC que choisirL’UFC Que Choisir organise pour la troisième année consécutive une campagne pour encourager les consommateurs à se rassembler afin d’obtenir des contrats de fourniture d’énergie plus avantageux. Si les deux premières campagnes étaient consacrées exclusivement au gaz, celle-ci concerne à la fois l’électricité et le gaz et s’intitule « Energie moins chère ensemble. »

Débutée fin juin, cette campagne s’achèvera, en ce qui concerne les inscriptions, le 21 septembre. Mais d’ores et déjà, le site enregistre plus de 200 000 inscrits, répartis dans toute la France métropolitaine. Trois régions se distinguent cependant en termes de nombre d’inscrits : l’Ile de France, avec plus de 30 000 consommateurs intéressés, la Région Auvergne Rhône-Alpes, avec 26 000, et l’Occitanie avec 17 500. Mais d’autres régions ne sont pas très loin de peloton de tête (Hauts de France et Nouvelle Aquitaine). (suite…)

Article rédigé par Claudine

Fin des tarifs réglementés pour les entreprises : la CRE organise la mise en concurrence des fournisseurs

mercredi, 23 mars 2016

locaux de la CRELa Commission de Régulation de l’Energie (CRE) lance un appel d’offres portant sur la désignation de fournisseurs assurant la continuité de fourniture à la fin des offres de marché transitoire de gaz et d’électricité. Cette continuité est prévue par une ordonnance du 10 février 2016, il s’agit donc de choisir des fournisseurs à l’issue d’une procédure de mise en concurrence.

Depuis le 1er janvier 2016, les sites professionnels dont la puissance souscrite en électricité est supérieure à 36 KVA et/ou la consommation annuelle de gaz dépasse 30 mégawattheures (150 MWh pour les immeubles) doivent souscrire une offre de marché auprès du ou des fournisseurs de leur choix, les tarifs réglementés de vente d’énergie étant supprimés. Sinon, et afin d’assurer la continuité de la fourniture, ils basculent sur une offre transitoire du fournisseur historique (EDF pour l’électricité, Engie pour le gaz) d’une durée de 6 mois, facturant le kWh substantiellement plus cher. Celle-ci s’éteint donc au 30 juin 2016, les clients n’ayant pas opté pour une offre de marché s’exposant à cette date une coupure de la fourniture de gaz ou d’électricité. Au 17 mars, sur les 468 000 sites concernés par la suppression des tarifs réglementés en électricité,  63 152 n’ont toujours pas souscrit d’offre chez un fournisseur de leur choix, et sur les 108 000 sites concernés pour le gaz, 13 564 n’ont rien changé. (suite…)

Article rédigé par Claudine

La facture moyenne du chauffage pour les Français en baisse de 6,7 %

mardi, 16 février 2016

En 2015, la facture moyenne du chauffage s’est montée à 1 590 €, selon les chiffres de l’étude de Quelle Energie, réalisée à partir de 205 000 bilans énergétiques. Un chiffre en baisse de 6,7 % par rapport à l’année précédente, et qui s’explique par la conjugaison de la douceur du climat et de la baisse du prix du fioul.
infographie cout du chauffage 2015
Au-delà de cette moyenne, il est intéressant de noter que, selon l’énergie qu’on utilise pour se chauffer, on n’est pas tous logés à la même enseigne. Ainsi l’électricité, l’énergie la plus utilisée pour le chauffage (35 % des Français s’en servent), est aussi la plus chère : avec une facture moyenne de 1 767 €, les usagers ont vu leurs frais grimper de 5,7 %. Même si le bois a sérieusement augmenté (+6,3 %, la plus forte hausse), il reste encore le combustible le plus avantageux, avec une facture moyenne de 835 €. Le prix du gaz (qu’utilisent près d’un tiers des Français) est en hausse de 3,4 % par rapport à l’année précédente, mais ses adeptes sont dans les normes avec 1 596 € de facture moyenne. Par contre, le prix du fioul s’est écroulé, entraînant avec lui une baisse de 19,44 %, soit une facture bien plus légère pour les consommateurs : elle reste cependant assez élevée, avec une moyenne de 1 651 €. L’étude remarque que les Français sont toujours un peu réticents à passer aux énergies renouvelables pour leur chauffage. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Médiateur de l’Energie : des propos mal compris ?

jeudi, 2 juillet 2015

médiateur CRELa Commission de Régulation de l’Energie (CRE) ayant vivement réagi au rapport annuel du Médiateur de l’Energie qui évoquait ouverture à la concurrence des marchés de l’énergie et augmentation des tarifs, ce dernier a jugé bon de faire, dans un communiqué, une mise au point, rappelant au passage qu’il est un observateur indépendant de l’ouverture à la concurrence des marchés.

Le médiateur a estimé qu’il était de son rôle de rappeler que l’ouverture à la concurrence a été décidée en promettant des baisses de prix et que ces baisses de prix n’ont pas été constatées, « loin s’en faut » quelque soit la catégorie de consommateurs. Mais il se défend d’avoir laissé entendre que les fournisseurs alternatifs étaient responsables de cette situation : « Il est exact que certaines offres de marché – mais certainement pas toutes – sont inférieures aux tarifs réglementés, et que leur souscription permet de limiter un peu la hausse de la facture. Toutefois, les batailles judiciaires de ces fournisseurs visant à renchérir le prix de vente des tarifs réglementés, bien que fondées en droit, n’ont pu que brouiller leur discours de promoteurs d’une énergie moins chère. » (suite…)

Article rédigé par Claudine
Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5