Les scientifiques s’inquiètent de la croissance rapide des émissions de méthane

jeudi, 18 mai 2017

global methane budget 2016A l’occasion de la session annuelle de de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui prépare la COP23 à Bonn, des scientifiques font part de leurs inquiétudes concernant le taux de méthane dans l’atmosphère, deuxième gaz à effet de serre après le CO2, dont l’augmentation rapide est attestée.

Dans un article publié en avril par la revue Atmospheric Chemistry and Physics, un comité de 72 chercheurs évoque cette croissance rapide de la concentration de méthane (CH4), gaz au pouvoir réchauffant 28 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone. Ce document fait suite à un premier article, paru en décembre 2016, qui dressait l’inventaire mondial du méthane de 2000 à 2012. Le deuxième souligne le rôle toujours plus important de ce gaz dans le changement climatique.

De 2000 à 2007, la concentration atmosphérique du CH4 s’est accrue de 5 parties par milliard (ppb) par an. En 2014, ce chiffre est brutalement passé à 12,7 ppb, avant de redescendre à 9,45 en 2016, selon l’agence américaine des océans et de l’atmosphère (NOAA). « Au cours des années 2014 et 2015, la concentration de méthane (CH4) a augmenté à une vitesse inégalée depuis les années 1980 » explique Marielle Saunois, du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE) et coordinatrice de l’inventaire mondial du méthane. « La concentration de méthane dans l’atmosphère est actuellement plus de 2,5 fois plus importante qu’en 1750, avec 1.842 ppb (parties par milliards) en 2016. » (suite…)

Article rédigé par Claudine

L'empreinte numérique des salariés en France

jeudi, 30 mars 2017

Green IT et ses partenaires, dont WWF France, ont réalisé une étude, le Benchmark Numérique Responsable 2017, où ils quantifient l'empreinte environnementale d’un salarié devant son ordinateur, dans 8 entreprises privées ou publiques en France. Et le bilan est lourd, même si les entreprises choisies sont partenaires de Green IT, l’étude rappelle que de bonnes pratiques existent, souvent simples à mettre en place, et que si certaines sont régulièrement réalisées, d’autres sont un peu délaissées.
empreinte numérique d'un salarié
Le panel de 8 entreprises (Compagnie Nationale du Rhône – CNR ; Engie ; Informatique CDC – iCDC ; Groupe La Poste ; Pôle emploi ; RTE ; Solocal ; SNCF, toutes membres du club Green IT, qui affichent donc une performance et une maturité parfois très au-dessus de la moyenne) représente au total 530 000 utilisateurs, 1,7 million d’équipements informatiques et 38 000 m² de salle informatique : « L’étude a consisté à évaluer le système d’information de chaque participant au regard de : son empreinte environnementale ; sa performance environnementale ; sa maturité Green IT ; sa position sur ces trois échelles (benchmark). »

L'empreinte environnementale du système d’information des 8 entreprises donne, au niveau annuel :

  • 2 528 000 m3 d’eau (soit l’équivalent de la population de la ville d’Annecy 47 000 personnes), 50 millions de douches, 420 millions packs d’eau minérale 6l) ;
  • 1 485 000 MWh d’énergie primaire soit l’équivalent de la ville de Brest (200 000 habitants), 7 millions d’ampoules basse conso. 24×365) ;
  • 140 500 t de gaz à effet de serre (soit l’équivalent d’une ville de 17 000 français, 1 milliard de kilomètres voiture, 23 500 tours du monde) ;
  • 1 530 tonnes de déchets électroniques (DEEE professionnels catégorie 3) ;
  • 11 000 tonnes de papier.

(suite…)

Article rédigé par Claudine

Une « victoire écrasante » de l’eau du robinet sur l’eau minérale

mardi, 31 janvier 2017

Victoire de l'eau du robinetDans son étude « Où peut-on boire de l’eau du robinet en France et comment préserver cette ressource« , l’UFC Que Choisir démontre que la qualité de l’eau du robinet est très bonne pour une immense majorité des consommateurs. Outre les différentes analyses ayant permis l’élaboration de la carte interactive, l’association appelle les consommateurs à une consommation responsable : elle les invite à s’alimenter avec l’eau du robinet, en lui attribuant une « victoire écrasante » sur l’eau en bouteille.

« De nombreuses raisons militent pour que l’on boive l’eau du robinet plutôt que l’eau en bouteille » remarque l’association. Et la première d’entre elles en est le prix : 65 moins cher en moyenne (0,4 centime d’euro le litre) que celui de l’eau minérale. Mais il faut y ajouter aussi une raison sanitaire : « sur le plan sanitaire, la consommation de certaines eaux minérales est déconseillée du fait d’une trop forte minéralisation » souligne en effet l’étude. Mais c’est sur le plan environnemental que l’eau en bouteille est définitivement surclassée par l’eau du robinet : (suite…)

Article rédigé par Claudine

OMM : 2016 risque de battre tous les records de chaleur

jeudi, 17 novembre 2016

L’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) vient de publier une déclaration provisoire sur l’état du climat mondial en 2016 : l’année devrait se révéler encore plus chaude que 2015, d’après les relevés effectués depuis le début janvier. Selon ces données, encore provisoires, la température moyenne devrait être supérieure de 1,2° C à ce qu’elle était à l’époque préindustrielle.
anomalie de la temperature depuis la fin de l'ere preindustrielle
Pour la période janvier-septembre, la température moyenne a dépassé de 0,88° C la normale de la période 1961-1990 (14° C), utilisée par l’OMM comme période de référence. Les températures des premiers mois de l’année se sont envolées sous l’effet du puissant phénomène El Niño de 2015/16. Octobre a suivi, avec des températures assez élevées pour que 2016 devienne bien l’année la plus chaude. Si ces résultats se confirmaient, le XXIème siècle compterait 16 des 17 années les plus chaudes depuis le début des relevés (la 17ème étant 1998). (suite…)

Article rédigé par Claudine

OMM : « l’avènement d’une nouvelle réalité climatique »

samedi, 29 octobre 2016

Le Bulletin annuel de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) fait état de nouveaux records de la teneur de l’atmosphère en dioxyde de carbone (CO2). Celui-là atteint le seuil symbolique et significatif de 400 parties par million (ppm) pour la première fois en 2015, mais affiche ces mêmes chiffres, pour la première fois à l’échelle de la planète et sur une année entière, pour 2016 dans le sillage d’un très puissant phénomène El Niño.

évolution de la fraction molaire du CO2, du CH4 et du N2O, rapport OMMLa station de surveillance d’Hawaï a en effet annoncé que ces concentrations demeureraient supérieures à 400 ppm pour toute cette année et ne redescendraient pas en dessous de ce seuil « pour les nombreuses générations à venir. » Cette accélération de la croissance du CO2 a été favorisée par l’épisode El Niño, démarré en 2015 et dont les conséquences se sont fait sentir sur une bonne partie de 2016, avec des sécheresses dans les régions tropicales et une réduction de la capacité d’absorption du CO2 par les forêts et autres végétations, ainsi que par les océans, « puits » de gaz à effet de serre qui en absorbent environ la moitié mais pourraient devenir un jour saturés. Les déclarations du Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, mettent l’accent sur l’urgence d’agir : (suite…)

Article rédigé par Claudine

ONU : faire plus pour protéger l’atmosphère

dimanche, 25 septembre 2016

ozone layerA l’occasion de la Journée internationale de la protection de la couche d’ozone, l’ONU a appelé la communauté internationale à en faire davantage pour protéger l’atmosphère, afin de bâtir un monde plus sûr, plus prospère, plus sain et plus résilient pour tous. Cette journée est célébrée chaque année le 16septembre, en référence à la date anniversaire de la signature du Protocole de Montréal, en 1987, relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone.

Dans son message, Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU, déclare :

Le monde a changé depuis la dernière célébration de la Journée internationale de la protection de la couche d’ozone. Nous sommes désormais dotés du Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui vise à favoriser une croissance équitable et partagée et à promouvoir le bien-être de l’humanité et de la planète. Face aux changements climatiques, l’Accord de Paris marque une étape historique dans notre voyage commun vers un monde viable et sûr.

Aujourd’hui, nous devons traduire notre ambition en actes et renforcer la protection du climat en tirant parti du Protocole de Montréal pour ralentir le réchauffement à court terme provoqué par les hydrofluorocarbones (HFC), qui sont les gaz à effet de serre dont la croissance est la plus forte.

(suite…)

Article rédigé par Claudine

Interdiction des sacs en plastique : le ministère communique

mardi, 19 avril 2016

fin des sacs plastiques à usage uniqueAprès la publication du décret relatif à l’interdiction des sacs en plastique à usage unique, le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer complète la communication informative par une infographie et une série de questions/réponses. La première présente l’avantage d’expliquer clairement ce qui va se passer, de manière compréhensible par le commun des mortels, et la série de questions/réponses apporte un certain nombre de précisions qui peuvent se révéler utiles.

L’infographie commence par expliquer les raisons qui ont amené le Gouvernement à décider de la fin des sacs en plastique à usage unique : les volumes distribués, les déchets que cela représente et leur devenir, et leur importation, accompagnée de son poids de gaz à effet de serre. Elle explique ensuite concrètement ce qui va se passer dans les prochains mois, l’interdiction des sacs de caisse d’abord, puis de ceux utilisés pour l'emballage des aliments en vrac et à la coupe, suivie de l’utilisation des seuls sacs en papier ou en plastique biosourcé au 1er janvier. Elle présente enfin plusieurs « trucs et astuces » pour apprendre à vivre sans sac en plastique à usage unique. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Moins de « responsabilité climatique » de la Chine que prévu ?

mercredi, 30 mars 2016

pollutionSelon une étude franco-chinoise impliquant le Laboratoire des Sciences du Climat ((LSCE, CEA/CNRS), grâce à une nouvelle approche, la « responsabilité climatique » de la Chine ne serait pas aussi importante qu’estimée  initialement. Mais ne nous réjouissons pas trop vite, car l’étude précise que cette responsabilité  pourrait rapidement croître dans les années à venir, et paradoxalement en raison des futures politiques visant à améliorer la qualité de l’air dans le pays.

Par une nouvelle méthodologie couplant les grands cycles biogéochimiques de la Terre, une reconstitution 3D du transport et e la chimie des particules dans l’atmosphère, et la reconstitution d’albédo provenant des données satellitaires, les chercheurs ont quantifié la contribution actuelle de la Chine au forçage radiatif planétaire, en en distinguant les contributions des gaz à effet de serre à longue durée de vie, de l’ozone et de ses précurseurs, et des aérosols.

Cette méthodologie leur a permis d’estimer que la Chine participe à hauteur de 10 % au forçage radiatif global actuel : sa contribution au forçage réchauffant (induit par les gaz à effet de serre, l’ozone troposphérique et le « carbone suie ») se situant à 12 % en moyenne, et au forçage refroidissant (induit par les aérosols dispersant le rayonnement solaire, tels que les sulfates ou les nitrates) à 15 % en moyenne. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Selon l’OMM, « les concentrations de gaz à effet de serre battent de nouveaux records »

vendredi, 20 novembre 2015

Dans son Bulletin annuel, l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) annonce que la teneur de l’atmosphère en gaz à effet de serre avait atteint un  nouveau pic en 2014, poursuivant ainsi une progression qui alimente le changement climatique. Le forçage radiatif qui a pour effet de réchauffer le climat s’est accru de 36 % entre 1990 et 2014, en raison des gaz à effet de serre persistants et la teneur de l’atmosphère en CO2 a atteint 397,7 parties par million (ppm) en 2014.
évolution des taux de cO2 et CH4 à l'échelle mondiale
L’OMM souligne par ailleurs l’interaction entre le CO2 et la vapeur d’eau, elle-même important gaz à effet de serre : l’air plus chaud contient davantage de vapeur d’eau et l’augmentation de la température de la surface de la terre entraîne une augmentation des concentrations de vapeur d’eau. La hausse continue du CO2 se traduira donc par une augmentation disproportionnée de l’énergie thermique engendrée par la vapeur d’eau.

Selon Michel Jarraud, le Secrétaire général de l’OMM, « Chaque année, les concentrations de gaz à effet de serre battent de nouveaux records et chaque année nous répétons que le temps presse. C’est MAINTENANT qu’il faut agir pour réduire radicalement les émissions de gaz à effet de serre et pour qu’il nous reste une chance de contenir à un niveau raisonnable la hausse des températures. » (suite…)

Article rédigé par Claudine

« Forêt et atténuation du changement climatique » : un Avis de l’ADEME

vendredi, 10 juillet 2015

L’ADEME vient de publier un avis intitulé Forêt et atténuation du changement climatique qui a pour objectif d’exposer les conséquences d’une augmentation des prélèvements de bois énergie dans le cadre de la transition énergétique, de fournir les éléments permettant d’orienter la politique énergétique et climatique française et de définir les actions à mener pour amplifier le rôle d’atténuation du changement climatique de la filière forêt-bois.

En effet, dans le cadre de la transition énergétique, la filière bois énergie est amenée à se développer davantage, ce qui laisse prévoir une augmentation des prélèvements en forêt métropolitaine. Or si le bois énergie est généralement considéré comme une énergie non-émettrice de CO2, l’intensification des prélèvements pourrait avoir un impact sur le bilan gaz à effet de serre de la filière bois : l’intensification des prélèvements de bois pourrait avoir pour conséquence de diminuer le rythme de séquestration du carbone dans les écosystèmes même si les stocks de carbone continuaient, par ailleurs, à augmenter par rapport au stock actuel.

filiere bois (suite…)

Article rédigé par Claudine
Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5