Industries de la viande et des produits laitiers : une « empreinte climatique démesurée »

lundi, 13 novembre 2017

infographie meat dairyTrois producteurs de viande ont émis l’an dernier davantage de gaz à effet de serre que la France entière : il s’agit de JBS, Cargill et Tyson. C’est ce qui ressort d’une étude menée par la Fondation Heinrich Böll, l’ONG Grain et l’IATP (Institute for Agriculture and Trade Policy) et publiée – à dessein – le 6 novembre alors que s’ouvrait à Bonn (Allemagne) la COP23.

En fait, ces industries produisent presque autant de gaz à effet de serre que les grandes pétrolières. Mais comme peu d’industriels de la viande et des produits laitiers calculent ou publient leurs émissions, l’ONG et ses partenaires se sont lancés dans le calcul d’une estimation de leurs émissions, en utilisant la méthode la plus complète conçue par la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture). (suite…)

Article rédigé par Claudine

Les concentrations de gaz à effet de serre montent en flèche

lundi, 6 novembre 2017

Selon le Bulletin de l’OMM (Organisation Météorologique Mondiale) sur les gaz à effet de serre publié annuellement, les concentrations de CO2 ont augmenté à un rythme record en 2016, atteignant ainsi le niveau le plus élevé depuis 800 000 ans. Ce bulletin émane du Programme de la Veille de l’atmosphère globale de l’OMM, qui  permet de coordonner les activités d’observation systématique et d’analyse des gaz à effet de serre et autres éléments à l’état de traces.

Ce programme a permis de déterminer que, de 400 parties par millions (ppm) en 2015, la teneur moyenne de dioxyde de carbone à l’échelle du globe a atteint 403,3 ppm en 2016, soit 145 % de ce qu’elle était à l’époque préindustrielle. Les raisons s’en trouvent dans la conjonction des activités humaines et puissant épisode El Niño.

Plusieurs causes d’origine anthropique contribuent depuis l’ère industrielle (1750) à l’augmentation de la teneur industrielle en gaz à effet de serre : croissance démographique, pratique d’une agriculture de plus en plus intensive, plus grande utilisation des terres, déforestation, industrialisation et exploitation des combustibles fossiles à des fins énergétiques. Mais depuis 1990, le forçage radiatif causé par l’ensemble des gaz à effet de serre persistants et qui induit un réchauffement de notre système climatique, s’est accru de 40 %, et a enregistré une nouvelle hausse de 2,5 % en 2016 par rapport à l’année précédente. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Etiquettable, une application pour s’alimenter sans polluer

vendredi, 20 octobre 2017

etiquettableL’écologie est de plus en plus au cœur de notre manière de consommer. Mais entre produits locaux, produits bios, circuits courts et emballages entre autres, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver pour consommer durable. Des applications existent, mais n’apportent souvent des réponses que sur un des aspects. L’application Etiquettable s’est donné pour objectif de contribuer à une alimentation plus durable et cherche à regrouper les informations à la fois sur la cuisine, l’environnement et la nutrition que l’on ne peut trouver que dispersées.

Elle propose donc les fonctions de nombreuses autres en une seule : la liste des fruits et légumes de saison ainsi que les informations nutrition, les espèces de poissons menacées,, les recettes durables à partager et à noter, la géolocalisation des restaurants engagés, les astuces de cuisine durable ainsi que diverses informations. (suite…)

Article rédigé par Claudine

100 entreprises responsables de 71 % des émissions de gaz à effet de serre mondiales

jeudi, 17 août 2017

Selon un rapport de l’ONG Carbon Disclosure Project (CDP), une centaine de très grandes entreprises seraient à elles seules responsables de 71 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre depuis 1988. En première ligne, bien sûr, des producteurs d’énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz).

Le rapport du CDP, réalisé en collaboration avec Climate Accountability Institute (CAI), s’appuie sur des données publiques de 1988 à 2015. Mais, alors que les chiffres officiels des émissions de gaz à effet de serre sont généralement recensés au niveau des états, cette étude recourt à des données s’inspirant d’une méthode publiée par le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). En effet, l’ONG CAI, pour offrir une vision différente, constitue sa propre base de données qui relie émissions et sociétés. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Tout pour des vacances écoresponsables !

jeudi, 6 juillet 2017

tourisme responsableAlors que 2017 a été proclamée par les Nations Unies « Année Internationale du tourisme durable pour le développement » , il était nécessaire de nous donner quelques conseils pour bien profiter de nos vacances tout en préservant l’environnement. L’Ademe a donc rassemblé quelques recommandations afin de nous transformer en touristes écoresponsables.

Si l’ONU a pour ambition d’encourager les politiques et l’industrie du tourisme à prendre en considération le potentiel du tourisme pour sensibiliser les vacanciers à faire évoluer leur comportement par le choix de destination, des conditions de voyages, de la consommation et des achats, l’agence nous recommande quant à elle de partir moins, mais plus longtemps.

En effet, multiplier les petits voyages à l’étranger dont les offres alléchantes ornent les magazines, c’est augmenter considérablement son impact sur l’environnement (trajets en avion répétés : mode de transports très émetteur de gaz à effet de serre). En partant moins souvent mais plus longtemps, on pollue moins ! (suite…)

Article rédigé par Claudine

Les scientifiques s’inquiètent de la croissance rapide des émissions de méthane

jeudi, 18 mai 2017

global methane budget 2016A l’occasion de la session annuelle de de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui prépare la COP23 à Bonn, des scientifiques font part de leurs inquiétudes concernant le taux de méthane dans l’atmosphère, deuxième gaz à effet de serre après le CO2, dont l’augmentation rapide est attestée.

Dans un article publié en avril par la revue Atmospheric Chemistry and Physics, un comité de 72 chercheurs évoque cette croissance rapide de la concentration de méthane (CH4), gaz au pouvoir réchauffant 28 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone. Ce document fait suite à un premier article, paru en décembre 2016, qui dressait l’inventaire mondial du méthane de 2000 à 2012. Le deuxième souligne le rôle toujours plus important de ce gaz dans le changement climatique.

De 2000 à 2007, la concentration atmosphérique du CH4 s’est accrue de 5 parties par milliard (ppb) par an. En 2014, ce chiffre est brutalement passé à 12,7 ppb, avant de redescendre à 9,45 en 2016, selon l’agence américaine des océans et de l’atmosphère (NOAA). « Au cours des années 2014 et 2015, la concentration de méthane (CH4) a augmenté à une vitesse inégalée depuis les années 1980 » explique Marielle Saunois, du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE) et coordinatrice de l’inventaire mondial du méthane. « La concentration de méthane dans l’atmosphère est actuellement plus de 2,5 fois plus importante qu’en 1750, avec 1.842 ppb (parties par milliards) en 2016. » (suite…)

Article rédigé par Claudine

L'empreinte numérique des salariés en France

jeudi, 30 mars 2017

Green IT et ses partenaires, dont WWF France, ont réalisé une étude, le Benchmark Numérique Responsable 2017, où ils quantifient l'empreinte environnementale d’un salarié devant son ordinateur, dans 8 entreprises privées ou publiques en France. Et le bilan est lourd, même si les entreprises choisies sont partenaires de Green IT, l’étude rappelle que de bonnes pratiques existent, souvent simples à mettre en place, et que si certaines sont régulièrement réalisées, d’autres sont un peu délaissées.
empreinte numérique d'un salarié
Le panel de 8 entreprises (Compagnie Nationale du Rhône – CNR ; Engie ; Informatique CDC – iCDC ; Groupe La Poste ; Pôle emploi ; RTE ; Solocal ; SNCF, toutes membres du club Green IT, qui affichent donc une performance et une maturité parfois très au-dessus de la moyenne) représente au total 530 000 utilisateurs, 1,7 million d’équipements informatiques et 38 000 m² de salle informatique : « L’étude a consisté à évaluer le système d’information de chaque participant au regard de : son empreinte environnementale ; sa performance environnementale ; sa maturité Green IT ; sa position sur ces trois échelles (benchmark). »

L'empreinte environnementale du système d’information des 8 entreprises donne, au niveau annuel :

  • 2 528 000 m3 d’eau (soit l’équivalent de la population de la ville d’Annecy 47 000 personnes), 50 millions de douches, 420 millions packs d’eau minérale 6l) ;
  • 1 485 000 MWh d’énergie primaire soit l’équivalent de la ville de Brest (200 000 habitants), 7 millions d’ampoules basse conso. 24×365) ;
  • 140 500 t de gaz à effet de serre (soit l’équivalent d’une ville de 17 000 français, 1 milliard de kilomètres voiture, 23 500 tours du monde) ;
  • 1 530 tonnes de déchets électroniques (DEEE professionnels catégorie 3) ;
  • 11 000 tonnes de papier.

(suite…)

Article rédigé par Claudine

Une « victoire écrasante » de l’eau du robinet sur l’eau minérale

mardi, 31 janvier 2017

Victoire de l'eau du robinetDans son étude « Où peut-on boire de l’eau du robinet en France et comment préserver cette ressource« , l’UFC Que Choisir démontre que la qualité de l’eau du robinet est très bonne pour une immense majorité des consommateurs. Outre les différentes analyses ayant permis l’élaboration de la carte interactive, l’association appelle les consommateurs à une consommation responsable : elle les invite à s’alimenter avec l’eau du robinet, en lui attribuant une « victoire écrasante » sur l’eau en bouteille.

« De nombreuses raisons militent pour que l’on boive l’eau du robinet plutôt que l’eau en bouteille » remarque l’association. Et la première d’entre elles en est le prix : 65 moins cher en moyenne (0,4 centime d’euro le litre) que celui de l’eau minérale. Mais il faut y ajouter aussi une raison sanitaire : « sur le plan sanitaire, la consommation de certaines eaux minérales est déconseillée du fait d’une trop forte minéralisation » souligne en effet l’étude. Mais c’est sur le plan environnemental que l’eau en bouteille est définitivement surclassée par l’eau du robinet : (suite…)

Article rédigé par Claudine

OMM : 2016 risque de battre tous les records de chaleur

jeudi, 17 novembre 2016

L’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) vient de publier une déclaration provisoire sur l’état du climat mondial en 2016 : l’année devrait se révéler encore plus chaude que 2015, d’après les relevés effectués depuis le début janvier. Selon ces données, encore provisoires, la température moyenne devrait être supérieure de 1,2° C à ce qu’elle était à l’époque préindustrielle.
anomalie de la temperature depuis la fin de l'ere preindustrielle
Pour la période janvier-septembre, la température moyenne a dépassé de 0,88° C la normale de la période 1961-1990 (14° C), utilisée par l’OMM comme période de référence. Les températures des premiers mois de l’année se sont envolées sous l’effet du puissant phénomène El Niño de 2015/16. Octobre a suivi, avec des températures assez élevées pour que 2016 devienne bien l’année la plus chaude. Si ces résultats se confirmaient, le XXIème siècle compterait 16 des 17 années les plus chaudes depuis le début des relevés (la 17ème étant 1998). (suite…)

Article rédigé par Claudine

OMM : « l’avènement d’une nouvelle réalité climatique »

samedi, 29 octobre 2016

Le Bulletin annuel de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) fait état de nouveaux records de la teneur de l’atmosphère en dioxyde de carbone (CO2). Celui-là atteint le seuil symbolique et significatif de 400 parties par million (ppm) pour la première fois en 2015, mais affiche ces mêmes chiffres, pour la première fois à l’échelle de la planète et sur une année entière, pour 2016 dans le sillage d’un très puissant phénomène El Niño.

évolution de la fraction molaire du CO2, du CH4 et du N2O, rapport OMMLa station de surveillance d’Hawaï a en effet annoncé que ces concentrations demeureraient supérieures à 400 ppm pour toute cette année et ne redescendraient pas en dessous de ce seuil « pour les nombreuses générations à venir. » Cette accélération de la croissance du CO2 a été favorisée par l’épisode El Niño, démarré en 2015 et dont les conséquences se sont fait sentir sur une bonne partie de 2016, avec des sécheresses dans les régions tropicales et une réduction de la capacité d’absorption du CO2 par les forêts et autres végétations, ainsi que par les océans, « puits » de gaz à effet de serre qui en absorbent environ la moitié mais pourraient devenir un jour saturés. Les déclarations du Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, mettent l’accent sur l’urgence d’agir : (suite…)

Article rédigé par Claudine
Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5