Maîtrise de l’énergie : l’action du GEC en Guyane

samedi, 30 avril 2016

Les actions de maîtrise de l’énergie font partie intégrante de la transition énergétique et se multiplient partout en France. En métropole bien sûr, au travers de différents programmes, mais aussi dans les territoires ultra-marins, où les utilisations de l’énergie, pour être différentes de celles de l’hexagone, n’en sont pas moins importantes et sujettes parfois à gaspillage. Pour y remédier, des structures se créent : ainsi, en Guyane, le GEC (Guyane Energie Climat) qui a lancé une Plateforme Régionale d’Information sur la Maîtrise de l’Energie (PRIME).

GEC, Guyane Energie ClimatLe GEC existe depuis 2008 sous l’impulsion de la Région, des collectivités territoriales et des partenaires locaux : alors « Observatoire Régional de l’Energie et du Développement Durable », il avait, et a toujours, pour mission d’améliorer la connaissance de la situation énergétique et des émissions de gaz à effet de serre, ainsi que de centraliser les données énergies-climat et faciliter leur mise à disposition auprès des acteurs régionaux. L’association, composée de partenaires institutionnels, a mis en place le programme PRIME début 2015.

Celui-ci a pour but de sensibiliser le grand public aux actions de maîtrise de l’énergie, aussi bien sur les aspects techniques (comment protéger un logement du soleil par exemple) que sur les financements et les dispositifs d’aides existants. Il concentre prioritairement son activité vers les publics en situation de précarité énergétique. L’objectif est de permettre à des familles en difficulté de mieux gérer leur consommation électrique. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Transénergie Réunion devient Eco-Stratégie Réunion

vendredi, 8 janvier 2016

logo eco stratégie réunionFiliale de Transénergie SA, d’Eco-Stratégie et d’Accent développement, Transénergie Réunion, bureau d’ingénierie, d’études et de conseil environnement, opère aujourd’hui un changement de gouvernance et devient Eco-Stratégie Réunion. Créée en 2008, la société se déplie sur les territoires des océans Indien et Pacifique.

Eco-Stratégie Réunion conserve les compétences déployées localement et les partenariats existants. Son équipe reste par ailleurs la même et les interlocuteurs ne changent donc pas : Frédéric BRUYERE, gérant, Aurélie ANTHOINE-MILHOMME pour le pôle environnement et développement durable et Nicolas VERDIER pour le pôle énergies renouvelables et maîtrise de l’énergie. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Le Jour de la Nuit : samedi 10 octobre

jeudi, 24 septembre 2015

Le jour et la nuitLe Jour de la Nuit est une opération de sensibilisation à la pollution lumineuse, à la protection de la biodiversité nocturne et du ciel étoilé. Cette manifestation, organisée par les Parcs naturels régionaux en partenariat avec un collectif de 23 structures, se déroulera, pour sa septième édition, le samedi 10 octobre 2015.

Il s’agit d’une occasion nationale unique de redécouverte de la nuit, de ses paysages, de sa biodiversité et, si le temps le permet, de ses étoiles que la pollution lumineuse nous empêche souvent de contempler en ville. Et c’est justement de cette nuisance lumineuse nocturne, due à la généralisation de l’éclairage public, dont cette manifestation veut faire prendre conscience. En 10 ans, en effet, l’éclairage a augmenté de 30 % et on ne dénombre pas moins de 9 millions de points lumineux. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Les conditions de déploiement efficace du compteur communicant Gazpar sur le plan des économies d’énergie

lundi, 20 juillet 2015

L’ADEME et GRDF viennent de publier une étude bibliographique, qui s’appuie sur des retours d’expériences d’Etats-Unis, Irlande et Royaume-Uni, et dont l’objectif est de définir les conditions de déploiement efficace du compteur communicant Gazpar sur le plan des économies d’énergie, et de formuler des recommandations sur ce qui mériterait d’être testé comme dispositif d’information ou comme mode d’accompagnement des ménages pour qu’ils maîtrisent durablement leur consommation de gaz.

gazparLe rapport s’articule autour de quatre questions-clés concernant : les dispositifs d’information sur la consommation pour rendre les ménages plus économes, les actions d’accompagnement vers la maîtrise de l’énergie; le repérage des différents profils d’usagers et l’évaluation de l’impact des dispositifs en termes d’économies d’énergie.

Quels dispositifs d’information sur la consommation de gaz proposer aux ménages pour favoriser des usages plus économes de cette énergie ?

Les retours d’expérience indiquent que les dispositifs d’information peuvent susciter des usages plus économes en gaz mais que de nombreux freins persistent qui ralentissent l’adoption simple et spontanée de comportements sobres (besoin de confort du foyer par exemple). Mais ces dispositifs, qu’ils portent sur le gaz ou l’électricité, doivent délivrer une information dans un contenu et interactivité motivants et sobres. Communiquer le seul index ne suffit pas ; les ménages doivent être guidés vers de nouvelles pratiques résumées en trois mots-clés : se situer, motiver, permettre. Autrement dit plusieurs leviers doivent être associés (éducation et conseils, adoption pratique des nouveaux gestes, modelage social, établissement d’objectifs, etc.). (suite…)

Article rédigé par Claudine

Concurrence sur le marché de l’énergie insuffisante outre-Manche

mardi, 14 juillet 2015

Il n’y a pas qu’en France où la concurrence sur le marché de l’énergie a des difficultés à fonctionner normalement. Après une enquête menée pendant un an, l’équivalent britannique de notre Autorité de la concurrence, la Après une enquête menée pendant un an, l’équivalent britannique de notre Autorité de la concurrence, la Competition and Markets Authority (CMA), a rendu ses conclusions et constate que les consommateurs du Royaume-Uni aurait pu rapport de l'autorité britannique CMAéconomiser près de 1,7 milliard d’euros par an avec une concurrence efficace., a rendu ses conclusions et constate que les consommateurs du Royaume-Uni aurait pu économiser près de 1,7 milliard d’euros par an avec une concurrence efficace.

Alertée par le régulateur qui s’inquiétait de ce que les tarifs de l’électricité aient plus que doublé en 10 ans, la CMA a en effet constaté que plus de la moitié des foyers britanniques n’ont jamais changé de fournisseurs et ignorent même qu’ils le peuvent. « Beaucoup de clients ne comparent pas les offres pour vérifier s’ils pourraient bénéficier d’un meilleur tarif » remarque Roger Wilcomb (qui a présidé l’enquête), relayé par un article des Echos. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Le grand potentiel de l’Outre-mer dans la transition énergétique

samedi, 24 janvier 2015

Dans son magazine ADEME & Vous de janvier 2015, l’agence ouvre un dossier consacré au grand potentiel des Outre-mer dans la transition énergétique. Ces territoires îliens (sauf la Guyane) sont souvent à la pointe des énergies renouvelables et résolument orientés vers la maîtrise des consommations et participent ainsi pleinement à la transition énergétique.
simulateur eau chaude sanitaire
Tous ces territoires ne sont en effet pas interconnectés avec d’autres pays pour assurer leur approvisionnement énergétique : même la Guyane, entre Brésil et Suriname, doit compter sur de l’énergie produite localement. Or le coût de production du kWh y est de cinq à dix fois plus élevé qu’en métropole : cela en fait un élément majeur. La CSPE (Contribution aux Charges de Service Public de l’Électricité) permet cependant aux Ultramarins de payer le courant au même prix que les habitants de la métropole.

Mais la situation géographique et le climat de ces territoires sont d’autres facteurs différenciants. Sauf exception (Saint-Pierre et Miquelon, certaines zones de la Réunion), le besoin de « froid » (par exemple, un tiers des consommations d’énergie en Guyane est destiné au froid ou à la climatisation) prime largement sur la nécessité de chaleur. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Le baromètre Energie-info 2014 publié

jeudi, 6 novembre 2014

Le Médiateur National de l’Energie (MNE) vient de présenter le dernier baromètre Energie-info, un sondage annuel auprès des Français qui permet d’apprécier leurs connaissances sur les marchés du gaz naturel et de l’électricité. Maintenant, sept ans après l’ouverture des marchés, juste un Français sur deux sait qu’il peut changer de fournisseur d’électricité, un peu plus (54 %) de fournisseur de gaz. Mais selon le MNE, il s’agit souvent d’une « perception en trompe-l’œil du marché de l’électricité et du gaz par le consommateur. »

Bien qu’ils soient convaincus que la concurrence est une bonne chose (71 %), nos compatriotes ne la perçoivent pas comme un facteur de baisse des prix (20 % seulement le pensent, 6 points de plus toutefois que l’année dernière). D’ailleurs la majorité d’entre eux ne fait pas le lien entre concurrence et baisse des prix (57 %). Certains (26 %) pensent qu’elle leur permet de gagner en qualité de service. Les bénéfices en restent donc faibles.

Mais, certainement influencés par une actualité qui nourrit une inquiétude sur le prix du gaz, ils ne se font aucune illusion sur leur facture : 92 % d’entre eux s’attendent à des hausses de prix de l’énergie à l’avenir (un peu moins qu’en 2013 tout de même). Dans ce contexte, la maîtrise de leur consommation se pose aux Français et deux ménages sur cinq (42 %) envisagent comme solution de restreindre leur chauffage en hiver.

Les règles de changement de fournisseur restent encore floues, même si le sentiment d’information est stable dans la population à l’égard de la concurrence : 56 % se déclarent bien informés. Mais, pour 65 %, les démarches pour changer de fournisseurs demeurent mal connues tout comme l’existence des tarifs réglementés, puisque 48 % pensent encore qu’ils sont proposés par l’ensemble des fournisseurs, et que pour 69 %, on peut obtenir ce tarif pour l’électricité et pour le gaz chez le même.

regards sur EDF et GDFD’autre part, habitués certainement historiquement à un fournisseur unique pour les deux énergies, 62 % préfèrent encore s’adresser au même… tout en continuant d’ailleurs à les confondre, puisque 31 % seulement savent qu’EDF et GDF Suez sont deux entreprises différentes et concurrentes. Mieux 13 % déclarent se fournir en électricité chez « EDF-GDF » et 7 % chez « EDF-Suez » ! Les Français conservent encore souvent (47 %) un a priori sur la difficulté de changer de fournisseur et déclarent ne pas connaître la marche à suivre (65 %). Résultat : peu franchissent le pas (10 %), même si la démarche est plus engagée chez les consommateurs de gaz (18 %) que chez les consommateurs exclusifs d’électricité (4 %).

(suite…)

Article rédigé par Claudine

Consommations et dépenses d’énergie des communes : une étude de l’ADEME (2)

jeudi, 17 juillet 2014

Bien qu’il n’y ait pas souvent de personnel s’occupant à temps plein de l’énergie dans les communes, et dans 4 sur 10 seulement un élu en charge de ce secteur, les communes ont mené ces dernières années des actions de maîtrise de l’énergie et commencent à se tourner vers les énergies renouvelables.

Pour bien traiter, il faut connaître les consommations. Pour les communes disposant d’un personnel s’occupant de l’énergie, on constate que près de la moitié d’entre eux effectuent un relevé mensuel, voire plus fréquemment (notamment dans les villes de plus de 50 000 habitants : une mission assurée pour moitié par du personnel administratif et pour l’autre par du personnel technique. Mais la mise en place et l’informatisation de tableaux de bord, de même que les diagnostics, sont beaucoup plus répandues dans les grandes villes et intercommunalités que dans les petites (celles de moins de 10 000 habitants). De même, 26 % communes de la métropole (40 % dans les DOM) ont confié l’analyse et le suivi de leurs consommations d’énergie à des organismes tiers, assez variés d’ailleurs : agences locales ou régionales de l’énergie, syndicats d’énergie ou encore bureaux d’études.

Afin de réduire leurs consommations d’énergie (à défaut des dépenses), les communes ont privilégié l’isolation des ouvrants, l’amélioration de l’éclairage public et la rénovation des chaufferies mais (selon la taille) n’ont pas négligé non plus les travaux de régulation, l’isolation des parois opaques et l’éclairage performant des bâtiments. Mais ces actions ne concernent pas l’ensemble du patrimoine. Les actions de remplacement et d’isolation des ouvrants concernent bien la plupart des communes, mais plus de la moitié de celles de moins de 2 000 habitants n’ont pas entrepris depuis 2005  de travaux sur les parois opaques, l’éclairage, ou la régulation de l’énergie, contrairement aux grandes villes. Pour les DOM, l’essentiel des actions engagées concerne l’amélioration de l’éclairage public, premier poste de dépenses d’énergie de ces communes (voir article précédent). (suite…)

Article rédigé par Claudine

#earthhour 2014, c’est samedi 29 mars. On coupe tous les lumières !

mardi, 25 mars 2014

Comme chaque année à la même époque, puisque c’est traditionnellement le dernier weekend de mars que cette manifestation a lieu, WWF nous invite à faire un geste pour la planète à travers l’opération Earth Hour, « une heure pour la Terre », dont la septième édition se déroulera samedi 29 mars entre 20 h 30 et 21 h 30, heure locale.

earth hourCe jour-là de très nombreuses villes éteindront l’éclairage de leurs monuments et/ou de leurs rues pour marquer leur participation, alors que des centaines de millions de particuliers s’efforceront pendant 60 minutes, de fermer leurs lumières et de débrancher un maximum d’appareils électriques. Un geste symbolique, soit, mais qui permet, année après année à d’autres millions de personnes à travers le monde de comprendre le message que veut faire passer l’ONG. « Eteindre ses lumières pour voir le monde autrement » , voilà à quoi nous invite WWF.

En 2008, ne participaient à cette opération que 35 pays : on en apprécie la progression quand on sait que 2013 a connu la participation record de près de 2 milliards de personnes, mobilisées dans plus de 7 000 villes, réparties dans 152 pays à travers le monde. L’action a donc déjà réussi à fédérer très largement l’opinion publique mondiale. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Le concours Energy Hack récompense le jeu Energy Crush

vendredi, 7 mars 2014

Bouygues Bâtiment Ile-de-France Habitat Social (filiale de Bouygues Construction), a organisé du 31 janvier au 2 février un challenge de programmation informatique collaboratif, baptisé « Energy Hack », pour venir compléter EnergyPass, un système complet de maîtrise de l’énergie, proposé aux bailleurs de logements sociaux dès 2011, pour mettre à disposition des locataires de logement social un outil ludique de suivi de leurs consommations, garantir les performances énergétiques du bâtiment au bailleur et accompagner l’occupant dans la bonne utilisation de son logement. Energy Hack vient de récompenser la « Team Saucisse » pour son jeu energy crushEnergy Crush, une équipe composée comme toutes les autres d’un porteur d’idées, d’un designer et de plusieurs développeurs informatiques, professionnels ou étudiants.

Energy Hack vise à exploiter le potentiel des données recueillies par EnergyPass – dans le respect de l’anonymat – pour développer des applications innovantes qui doivent encourager la transformation des comportements, proposer des services nouveaux ou rendre les systèmes auto apprenants et plus simples d’usage.

Energy Crush est donc un jeu mis à disposition des occupants de logements sociaux, qui s’appuie sur les données réelles de consommation d’une résidence témoin. Il permet aux locataires de mieux comprendre et maîtriser leur consommation d’énergie. Il s’agit en fait d’un challenge entre voisins et d’une interface pour le bailleur qui permet d’administrer des questionnaires et des challenges afin de maintenir l’intérêt des locataires. (suite…)

Article rédigé par Claudine
Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5