Baromètre de l’Habitat Sain 2017 : les corrélations entre santé et conditions de logement

lundi, 12 juin 2017

Mené en collaboration avec les instituts Ecofys, Fraunhofer IBP et Copenhagen Economics et publié par le Groupe Velux, le Baromètre de l’Habitat Sain 2017 approfondit les conclusions de l’étude réalisée en 2016 et met en lumière des corrélations saisissantes entre la santé et les conditions de logement. Une réalité pour l’Europe : « Un Européen sur six vit dans un habitat insalubre et court deux fois plus de risques de tomber malade. Un sur dix est en situation de précarité énergétique, avec également un risque doublé d’être en mauvaise santé » comme pour la France où « 12 % des foyers disent souffrir de problèmes d’humidité dans leur logement, et 5 % affirment ne pas pouvoir se chauffer correctement en hiver. »
Enquête chauffage et précarité
C’est à l’occasion des 3èmes rencontres sur les bâtiments sains, organisées le 31 mai au Parlement Européen que cette étude a été dévoilée. Elle se penche donc cette année particulièrement sur les rapports directs entre la santé et l’habitat ainsi que sur le coût social des maladies liées au mal-logement et les réponses à y apporter. En effet, le baromètre vient nous rappeler que l’habitat a pour vocation d’offrir à ses habitants un cadre de vie sain mais que ce n’est pas toujours le cas. Ainsi, les Européens vivant dans des logements exposés aux moisissures ou manquant de lumière naturelle – un sur 6 vit dans un logement insalubre – sont deux fois plus nombreux à se dire en mauvaise santé et 40 % de plus à souffrir d’asthme. (suite…)

Article rédigé par Claudine

De quelles informations bénéficieront les ménages précaires sur leur consommation d’énergie ?

mercredi, 12 avril 2017

affichage web energy dashboardLes pouvoirs publics ont décidé, conformément à la réglementation européenne, que les ménages en situation de précarité énergétique (bénéficiaire du chèque-énergie) pourront bénéficier, avec les compteurs Linky (électricité) et Gazpar (gaz naturel), d’un affichage déporté qui leur permettra, à partir de leur logement, de suivre leur consommation d’énergie afin de mieux la maîtriser. Mais il leur faut aussi définir les informations minimales que le dispositif d’affichage déporté devra proposer. Le texte, adressé en août dernier à la Commission européenne, les récapitule précisément.

Dans le but de communiquer ces données en temps réel à leurs clients précaires, les fournisseurs sont tenus de leur faire, pour l’électricité, des propositions : au moins une au moyen d’un écran (tablette, ordinateur…) dont dispose déjà le ménage, et au moins une, pour ceux qui ne disposent pas d’écran, « au moyen d’un dispositif déporté dédié consultable à l’intérieur de l’habitation que le fournisseur met à la disposition du consommateur. »  Pour les consommateurs de gaz naturel, « au moins l’une d’entre elles permet la mise à disposition des données de consommation au moyen d’un dispositif équipé d’un écran dont dispose déjà le consommateur. » Ceci a fait l’objet d’un décret le 29 novembre 2016. En février dernier, un arrêté précisait, pour l’émetteur radio du compteur communicant d’électricité, les définitions des spécifications nécessaires à la mise en œuvre du dispositif d’affichage déporté en temps réel des données de consommation. (suite…)

Article rédigé par Claudine

PicoWatty : le développement de nouveaux services énergie-environnement-santé

mardi, 11 avril 2017

PicoWatty, le programme coordonné par Eco CO2 et développé en partenariat avec Archos et Webdyn, vient d’être labellisé par l’ADEME, dans le cadre de l’appel à projets « Systèmes électriques intelligents. » Solution complémentaire à Quart’Home (issue du programme TBH), ce projet s’adresse aussi bien aux professionnels qu’aux particuliers et permettra de développer de nombreuses offres multi-services en énergie mais aussi environnement et santé.
La pico-passerelle PicoWatty basée sur la technologie d'Archos PicoWan
PicoWatty a pour objectif de proposer une infrastructure « d’internet des objets » et un réseau longue portée bas-débit dédié, simple et à bas coût, permettant de porter les différents services principalement liés à l’énergie mais aussi à la santé. Son défi est donc de porter des offres variées, s’adressant sous différentes formes à un très large public : ménage en situation de précarité énergétique pour la maîtrise de leur demande d’énergie, personnes âgées pour permettre le maintien à domicile, par exemple, mais également collectivités locales, copropriétés, entreprises…

Il s’agit donc à la fois d’apporter des solutions aux obligations réglementaires à venir (affichage déporté pour les ménages précaires, surveillance de la qualité de l’air intérieur dans les établissements d’enseignements…), ou de proposer des solutions simples à d’autres acteurs économiques afin de mieux suivre leurs consommations d’énergie. Ces offres multi-services seront développées grâce à trois passerelles différentes – celle s’adressant aux foyers résidentiels se présente presque comme une prise électrique et ne condamne pas celle sur laquelle elle se branche – et une gamme de capteurs communs. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Décret « logement décent » : une proposition alternative du CLER et de ses partenaires

jeudi, 6 avril 2017

Le récent décret sur le critère de performance énergétique minimal des logements décents a considérablement déçu. Le Comité de Liaison des Energies Renouvelables (CLER) et ses partenaire (Fondation Abbé Pierre, France Nature Environnement (FNE), Amis de la Terre, AMORCE, SOLIHA, AFOC, La Confédération Nationale du Logement), estimant qu’il « ne prévoit que des critères flous et de fait inopérants » réagissent en rédigeant une proposition alternative.
reseau CLER et ses partenaires

« Un décret en carton-pâte »

Selon le communiqué de presse des associations, en France, « il va donc être possible de louer des logements malsains car inchauffables » car le décret du 11 mars n’oblige à des critères que très partiels  : portes, fenêtres, murs présentant « une étanchéité à l’air suffisante » , une « aération suffisante » adaptée à une « occupation normale du logement. » Cela ouvre la voie à de menus travaux « qui ne lutteront en rien contre la précarité énergétique. »

Les associations donnent en exemple le Royaume-Uni, qui, dès 2011, a su « donner un signal clair aux bailleurs, afin qu’ils puissent programmer les travaux nécessaires pour fournir un logement confortable et donc chauffable à prix abordable. » Dès 2018, il sera impossible outre-Manche de louer des logements classés F ou G. Elles rappellent que la performance énergétique d’un logement se qualifie à partir de sa consommation d’énergie en kWh/m²/an, et s’étonnent de ce que les logements locatifs aient un « référentiel » différent et « des normes de qualité dignes du 19ème siècle. »

Des propositions alternatives chiffrées

(suite…)

Article rédigé par Claudine

Association négaWatt : un nouveau scénario 2017-2050

vendredi, 3 mars 2017

Avec la loi de transition énergétique pour la croissance verte, la France est désormais engagée dans une transition énergétique, encore largement insuffisante, selon l’Association négaWatt, mais qui peut en revanche s’appuyer sur la mobilisation croissante d’acteurs de plus en plus nombreux de la société. C’est dans ce contexte que s’inscrit le nouveau scénario (2017-2050) de cette association, qui, cinq ans après le précédent, confirme que le 100 % renouvelable est possible.
scenario negaWatt
Une synthèse en présente l’essentiel, depuis ses points forts jusqu’à ses impacts environnementaux, en passant par sa méthodologie et l’explication de son contenu sur la demande et l’offre d’énergie. Ce quatrième scénario négaWatt obéit comme les précédents à un triple objectif : revoir et consolider la trajectoire présentée en actualisant données et connaissances, interpeler sur cette base les décideurs politiques et économiques, et donner plus largement aux collectivités, aux acteurs économiques et à la société civile des clés de lecture facilitant la mise en œuvre des actions nécessaires à la transition énergétique. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Bertrand Lapostolet prend la direction générale de SoliNergy

samedi, 25 février 2017

Bertrand LapostoletAprès la nomination au mois de janvier d’un nouveau président, Robert Durdilly, le fonds de dotation SoliNergy, le partenaire d’Eco CO2 dans le programme MAGE (Mesurer et Accompagner pour Garantir les Economies), se renforce avec la nomination au poste de directeur général d’une personnalité bien connue de la lutte contre la précarité, Bertrand Lapostolet.

Le programme MAGE validé au dispositif CEE (Certificats d’Economie d’Energie) Précarité Energétique, SoliNergy va ainsi pouvoir jouer pleinement son rôle face aux enjeux de la transition et de la précarité énergétiques. D’autant que Bertrand Lapostolet est un expert en la matière : titulaire d’un DEA de sociologie et diplômé en sciences politiques, il s’est engagé dès 1990 sur le terrain de la lutte contre le mal-logement. Après avoir géré le Fonds Solidarité Logement (FSL) de la Loire de 2003 à 2008, il rejoint la Fondation Abbé Pierre et y développe le soutien au logement d’insertion : le programme « Toits d’Abord » est un des premiers programmes CEE labellisé « lutte contre la précarité énergétique. » Il a d’autre art co-signé le rapport Pelletier Précarité énergétique du plan Bâtiment Durable et siège à l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE) et au Débat national sur la transition énergétique. (suite…)

Article rédigé par Claudine

ANAH 2016 : une activité soutenue mais certains résultats en-deça de l’objectif

mercredi, 8 février 2017

Les chiffres 2016 de l'ANAHL’Anah (Agence Nationale de l’Habitat) a présenté le bilan de ses actions 2016. Si certains objectifs ont été atteints, d’autres restent en-deçà des résultats espérés. La capacité d’intervention de l’agence pour l’amélioration du parc privé de logements a permis d’engager un volume de travaux de 1,26 milliard d’euros, soit l’équivalent de 21 000 emplois créés ou préservés.

Parmi les programmes en difficulté, « Habiter Mieux » n’a permis que de rénover 41 000 logements en 2016, bien en-deçà de l’objectif de 70 000 logements annoncé en mars, ceci en raison, selon l’agence, du temps nécessaire pour informer et convaincre les ménages. Elle estime toutefois que la trajectoire de ce programme destiné à lutter contre la précarité énergétique chez les propriétaires occupants reste dynamique et s’accélère. Au total, depuis 2013, ce sont 200 000 ménages qui ont ainsi pu réaliser des travaux leur permettant de sortir durablement de la précarité énergétique. Sur 100 foyers aidés par ce programme, 16 avaient des revenus modestes et 84 des revenus très modestes. L’aide moyenne dont ont bénéficié les ménages se monte à 9 368 € pour un montant moyen de travaux de 18 825 €. 75 % de ces ménages ont fait ‘objet d’un bouquet de travaux, pour des gains énergétiques de 40 % en moyenne. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Robert Durdilly prend la présidence du fonds de dotation SoliNergy, partenaire d’@EcoCO2

jeudi, 5 janvier 2017

Robert Durdilly prend la présidence de SoliNergyFrédéric Utzmann, Président de SoliNergy depuis plus de 6 ans, a annoncé qu’il passait le témoin à Robert Durdilly, ancien Président de l’UFE (Union Française de l’Electricité), pour la présidence du fonds de dotation et qu’il en assumerait désormais les fonctions de trésorier. Après la validation du programme CEE MAGE (Mesurer et Accompagner pour Garantir des Economies), dont Eco CO2 est partenaire, cette nomination marque une nouvelle phase du développement de SoliNergy.

Créé en 2009, le fonds de dotation SoliNergy accompagne les personnes en situation de précarité énergétique pour réduire leur facture : il veut agir durablement sur les comportements des consommateurs afin de compléter les économies énergétiques rendues possibles par l’isolation et l’équipement thermique des bâtiments. Riche de son retour d’expérience, SoliNergy propose des solutions basées sur la sensibilisation, la pédagogie et sur des mesures d’accompagnement qui s’appuient sur des dispositifs technologiques innovants associant tablettes et capteurs. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Chèque-énergie : attaque et contre-attaque

mardi, 13 décembre 2016

le chèque énergieTesté depuis 6 mois dans 4 départements, le chèque énergie est déjà visé par des attaques dénonçant le fait qu’il ne serait pas avantageux pour beaucoup de ménages précaires. Le Médiateur de l’énergie a décidé quant à lui de prendre la défense de cette mesure de la loi de transition énergétique qu’il a soutenue.

Les attaques des médias…

La précarité énergétique touche actuellement 20 % de la population française (12 millions de personnes). Selon certains médias, le chèque énergie, destiné à remplacer les tarifs sociaux du gaz et de l’électricité et à lutter contre cette vulnérabilité, pourrait en fait faire baisser d’un tiers le montant des aides. Depuis mai, dans les départements qui l’expérimentent, 173 000 chèques énergie ont été envoyés à des ménages précaires. 100 000 d’entre eux ont déjà été renvoyés aux fournisseurs d’énergie. Le Ministère de l’Energie considère ce premier bilan positif. Mais d’autres voix s’élèvent pour dire  que : « lorsqu’il sera déployé sur l’ensemble du territoire, il y aura quelques gagnants, mais aussi beaucoup de perdants. » Les ménages cumulant actuellement les deux tarifs sociaux notamment y perdraient. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Les trois quarts des Français déclarent avoir froid chez eux

samedi, 26 novembre 2016

froidAu travers d’un sondage effectué par Opinionway en octobre dernier, le site Quelle Energie.fr s’est penché sur le ressenti des Français face au froid l’hiver dans un logement chauffé, sur la part de leur budget qu’il consacre au chauffage et sur les mesures qu’ils sont prêts à envisager en cas de hausse des prix de l’énergie. On y découvre que les trois quarts des personnes interrogées déclarent avoir froid chez elles, mais envisagent plutôt de rogner encore sur leur confort que de réaliser des travaux d’économie d’énergie.

En effet, malgré l’utilisation du chauffage, la sensation de froid est bien présente l’hiver dans les logements chez une large majorité des personnes interrogées. A la question : « Pendant l’hiver, vous arrive-t-il d’avoir froid malgré le chauffage allumé ? » , si la majorité (52 %) répondent que cela leur arrive parfois, 23 % vont plus loin en affirmant que c’est souvent ou systématiquement le cas. Les femmes (82 %) perçoivent généralement plus le froid que les hommes (66 %), et les locataires (81 %), plus que les propriétaires (70 %), mais il en va de même dans un appartement ou un maison individuelle (les trois quarts dans les deux cas). (suite…)

Article rédigé par Claudine
Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5