CO2 : des émissions mondiales stables pour la troisième année consécutive

vendredi, 18 novembre 2016

évolution des émissions mondiales de CO2, source Global Carbon ProjectSelon le onzième bilan annuel du Global Carbon Project, réalisé par des scientifiques du monde entier, les émissions de CO2, issues de la combustion des énergies fossiles, se révèlent stables pour la troisième année consécutive. Une bonne nouvelle, certes, mais hélas insuffisante pour contenir le réchauffement climatique.

La décennie précédente avait été marquée par la hausse continue des ces émissions, à une moyenne de 2,3 % par an. Le rythme s’est ensuite ralenti pour arriver à 0,7 % en 2014, et on s’attend à 0,2 % pour 2016. Cette « rupture » a, selon les auteurs du Global Carbon Project, été permise grâce à la Chine qui a réduit son recours au charbon.  Celle-ci, premier émetteur mondial avec 29 % des rejets de gaz à effet de serre, a vu baisser ses émissions de 0,7 % en 2015, contre une majoration de 5 % par an lors de la dizaine d’années précédentes. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Les invasions d’insectes coûtent cher à l’économie mondiale

jeudi, 13 octobre 2016

teigne du chouxUne étude scientifique internationale, à laquelle a participé le CNRS, estime le coût minimal des dégâts annuels provoqués par les insectes envahissants à 69 milliards d’euros dans le monde et précise que ce chiffre est certainement sous-évalué. En cause : le commerce international et le réchauffement climatique. Cette étude, qui impliquait notamment des entomologistes et des économistes français, rassemble la plus importante base de données jamais élaborée des dégâts économiques des insectes envahissants : depuis les dégâts sur les biens et les services, jusqu’aux coûts de santé en passant par les pertes agricoles.

Depuis des milliers d’années bien sûr, certains insectes sont responsables de propagation de maladies et de dégâts considérables comme l’anéantissement de cultures ou de réserves, de destruction d’infrastructures, voire de dévastations de forêts. Et leurs dégâts sont certainement largement sous-évalués. Même ce chiffre de 69 milliards d’euros : de nombreuses régions du monde n’offrent pas de données économiques pour produire une estimation précise. Les chercheurs se sont de plus concentrés sur l’étude des 10 espèces invasives les plus coûteuses, sans comptabiliser celles, très nombreuses, qui provoquent moins de dégâts : « si l’on considère les valeurs estimées pour les services écosystémiques à l’échelle globale (plusieurs centaines de milliards de dollars pour la seule pollinisation des cultures), les perturbations causées par les insectes envahissants pourraient atteindre un niveau bien au-delà de l’estimation actuelle. » (suite…)

Article rédigé par Claudine

Accord de Paris : une entrée en vigueur fin 2016 ?

jeudi, 29 septembre 2016

carte accord de parisL’entrée en vigueur de l’Accord de Paris, signé en décembre dernier, dépend de deux critères : sa ratification par au moins 55 pays, représentant ensemble au moins 55 % des émissions globales mondiales de gaz à effet de serre. Le premier de ces critères est déjà rempli et l’on approche du second. Sa mise en application pourrait donc intervenir avant la fin de l’année.

L’Organisation des Nations Unies vient de faire les comptes : sur les 197 parties engagées dans l’Accord de Paris – qui vise à maintenir sur le long terme la hausse de la température de la Terre en dessous de 2° C, voire de 1,5° par rapport à l’ère préindustrielle – 60 l’ont déjà ratifié. Le critère des 55 pays est donc rempli. Une trentaine de pays ont en effet déposé « leur instrument de ratification » (une lettre certifiant l’accord ratifié par le pays) à l’occasion d’une cérémonie organisée aux Nations Unies en marge de l’Assemblée générale qui se tient à New-York. (suite…)

Article rédigé par Claudine

ONU : faire plus pour protéger l’atmosphère

dimanche, 25 septembre 2016

ozone layerA l’occasion de la Journée internationale de la protection de la couche d’ozone, l’ONU a appelé la communauté internationale à en faire davantage pour protéger l’atmosphère, afin de bâtir un monde plus sûr, plus prospère, plus sain et plus résilient pour tous. Cette journée est célébrée chaque année le 16septembre, en référence à la date anniversaire de la signature du Protocole de Montréal, en 1987, relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone.

Dans son message, Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU, déclare :

Le monde a changé depuis la dernière célébration de la Journée internationale de la protection de la couche d’ozone. Nous sommes désormais dotés du Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui vise à favoriser une croissance équitable et partagée et à promouvoir le bien-être de l’humanité et de la planète. Face aux changements climatiques, l’Accord de Paris marque une étape historique dans notre voyage commun vers un monde viable et sûr.

Aujourd’hui, nous devons traduire notre ambition en actes et renforcer la protection du climat en tirant parti du Protocole de Montréal pour ralentir le réchauffement à court terme provoqué par les hydrofluorocarbones (HFC), qui sont les gaz à effet de serre dont la croissance est la plus forte.

(suite…)

Article rédigé par Claudine

WWF : « La transition énergétique est en marche ! »

mercredi, 14 septembre 2016

Selon WWF, l’organisation mondiale de protection de la nature, 15 grands signaux montrent que la transition énergétique est en marche et qu’on ne pourra pas revenir en arrière. Elle les met en lumière dans un rapport « afin de stimuler une prise de conscience collective de la transformation en cours et désormais irréversible vers un nouveau système énergétique mondial. »
WWF 15 signaux
L’association part du constat que, malgré l’irrégularité des températures moyennes annuelle, chaque décennie se montre plus chaude que la précédente. Ce réchauffement climatique menace les espèces, les habitats ainsi que les moyens de subsistance des populations les plus pauvres. L’exode climatique pourrait ainsi atteindre un milliard de personnes d’ici 2050. Il s’accompagne de détresses alimentaires, sanitaires et sécuritaires encore insoupçonnées. Or, la combustion des ressources fossiles, que nous épuisons à « une vitesse fulgurante« , est la principale cause de ce dérèglement climatique. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Réchauffement climatique : la spirale infernale

lundi, 23 mai 2016

Un chercheur de Université de Reading (Royaume-Uni) a eu l’idée de représenter le réchauffement climatique sous la forme d’une image animée, en spirale : une spirale infernale qui symbolise parfaitement la hausse des températures depuis la seconde moitié du XIXème siècle et vaut à elle seule un long discours.

Températures moyennes mensuelles de 1850-2016 Températures moyennes mensuelles de 1850-2016. Crédits : Ed Hawkins

Ed Hawkins, spécialiste du climat dans cette université, a notamment participé au 5ème rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) sur le changement climatique. Il a exploité les données du  Met Office Hadley Centre : il a repris toutes les températures moyennes, mois par mois de 1850 à mars 2016. La spirale obtenue montre qu’actuellement la courbe frôle dangereusement les 1,5° C d’augmentation. 2015 et 2016 montrent même une tendance au décollage ! (suite…)

Article rédigé par Claudine

Un appel à idées pour le littoral de demain

dimanche, 8 mai 2016

imaginer le littoral de demainLe Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer a lancé, depuis le 8 avril et jusqu’au 30 juin, l’appel à idées Imaginez le littoral de demain, qui a pour objectif de permettre à tous de comprendre les enjeux de la transformation du littoral, due au réchauffement climatique.

En effet, l’accélération de l’érosion côtière et le risque de submersion marine font partie des principales conséquences  du changement climatique. Ainsi, au XXème siècle, la hausse de la mer a été trois fois plus importante qu’au cours des trois derniers millénaires. Il s’agit là d’un défi environnemental d’ampleur inédite qui impose un changement de point de vue et des modifications de nos habitudes. D’où cet appel à idées qui doit permettre à tous d’identifier les changements de modèle spatial, culturel et économique nécessaires sur les territoires littoraux.

« Plutôt que de lutter contre la mer, parfois dans l’urgence, il nous faut accompagner l’évolution du littoral et nous adapter. Il faut accepter que certains territoires soient parfois occupés par la mer, nous organiser en conséquence et à long terme, inventer de nouvelles façons de vivre dans ces espaces entre terre et mer, mieux les partager en les préservant pour profiter de leurs bienfaits » explique la plaquette de présentation de l’appel à idées. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Les prochaines étapes de la mise en œuvre de l’Accord de Paris en préparation en Europe

lundi, 14 mars 2016

cop21La Commission Européenne a présenté une évaluation des implications pour l’Europe de l’accord mondial sur le climat adopté en décembre à Paris. Elle fait le point sur les prochaines étapes du processus et les modalités de sa mise en œuvre.

Le commissaire européen chargé de l’action pour le climat et de l’énergie, M. Miguel Arias Cañete, a  déclaré : «Nous avons un accord ; il s’agit désormais de l’appliquer. Pour l’Union, cela veut dire achever sans délai la législation en matière de climat et d’énergie à l’horizon 2030, signer et ratifier l’Accord au plus vite et continuer à jouer un rôle moteur dans la transition mondiale vers un avenir sobre en carbone. Par ses actions de diplomatie climatique, l’Union militera pour que le dérèglement climatique reste en tête des priorités politiques internationales. Il reste encore beaucoup à faire mais, comme à Paris, nous persévérerons et nous réussirons.» (suite…)

Article rédigé par Claudine

2015 : l’année la plus chaude jamais enregistrée, selon l’OMM

mercredi, 2 décembre 2015

Selon l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM), 2015 sera probablement l’année la plus chaude jamais enregistrée, et 2011-2015 la période de 5 ans la plus chaude. Si le changement climatique causé par les activités humaines franchit des caps symboliques, il favorise aussi les phénomènes météorologiques extrêmes (vagues de chaleur entre autres).

Par rapport à l’ère préindustrielle, la température moyenne de la surface du globe franchira sans doute le seuil significatif de 1° C de réchauffement : une situation qui résulte d’un puissant épisode El Niño et du changement climatique lié aux activités humaines. La dernière période de 5 ans, la plus chaude jamais enregistrée, a été marquée par des phénomènes météorologiques extrêmes, influencés par ce même changement climatique.
Figure 1 (source Organisation météorologique mondiales). Anomalies de la température moyenne annuelle à la surface du globe calculées à partir des jeux de données HadCRUT4.4.0.0 (ligne noire et zone grise indiquant la marge d’incertitude avec un seuil de confiance de 95 %), GISTEMP (ligne bleue) et NOAAGlobalTemp (ligne orange). La moyenne pour 2015 est provisoire car elle ne porte que sur les 10 premiers mois de l’année. Source: Centre Hadley du Met Office. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Le réchauffement climatique succède à 1800 ans de refroidissement

vendredi, 4 septembre 2015

erruptionUn groupe international de chercheurs a mis en évidence un refroidissement de la surface des océans du Ier au XVIIIème siècle, auquel a mis fin l’ère industrielle. Le réchauffement lié aux activités humaines a interrompu cette tendance.

Ce travail de recherche, publié dans la revue Nature Geoscience, suggère que le nombre et l’intensité des éruptions volcaniques tropicales des 1000 dernières années de cette période seraient vraisemblablement la cause de ce refroidissement : « Les fortes éruptions volcaniques ont pour effet un refroidissement de l’atmosphère durant quelques années, mais nos résultats montrent que lorsqu’elles deviennent plus fréquentes, elles induisent un refroidissement à long terme de la surface des océans, » explique le Dr Helen McGregor, de l’université de Wollongong, en Australie.

Guillaume Leduc, chercheur CNRS (Centre National de Recherche Scientifique) au Centre européen de recherche et d’enseignement de géosciences de l’environnement et Marie-Alexandrine Sicre, directrice de recherche CNRS au Laboratoire d’océanographie et du climat, détaillent : « L’analyse des sédiments marins nous apprend en effet que les températures de surface de l’océan global ont régulièrement diminué entre le 1er et le début du XVIIIe siècle, une tendance qui selon les simulations du climat du dernier millénaire, serait imputable, entre 801 et 1800 années après JC, au volcanisme. Cette évolution de la température des océans sur presque deux millénaires a pris fin au début de l’ère industrielle, supplantée par le réchauffement global lié aux activités humaines. » (suite…)

Article rédigé par Claudine
Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5