Energie : 10 ans d’ouverture des marchés

mardi, 11 juillet 2017

Depuis le 1er juillet 2007, les marchés de l’électricité et du gaz sont ouverts à la concurrence, alors que jusque-là, EDF et GDF en détenaient le monopole. Mais 10 ans après, le bilan de cette ouverture reste mitigé : une grande majorité des Français restent aux tarifs réglementés proposés par les seuls opérateurs historiques.
logos des fournisseurs d'énergie
La Commission de Régulation de l’Energie (CRE) enregistre pourtant une progression trimestre après trimestre. Son dernier bilan fait état d’un nombre de sites en offre de marché « qui continue de progresser à un rythme élevé (soit +6,9 %) à la fin du premier trimestre 2017 » pour l’électricité. Pour le gaz naturel, « les offres continuent à se développer » avec une augmentation de 4,3 %.

Mais les chiffres parlent d’eux-mêmes. Pour l’électricité, « 4 878 000 sites, sur un total de 32,1 millions, sont désormais en offre de marché, la quasi-totalité d’entre eux ayant choisi un fournisseur alternatif (4 847 000). La part de marché des fournisseurs alternatifs s’élève désormais à 15%. » Pour le gaz naturel, « 5 266 000 sites sur un total de 10,6 millions sont en offre de marché, soit plus de la moitié des sites résidentiels. Parmi ces sites en offre de marché, 2 564 000 relèvent d’un fournisseur alternatif  et 2 702 000 d’un fournisseur historique. La part de marché des fournisseurs alternatifs s’élève désormais à 25% des sites. » (suite…)

Article rédigé par Claudine

Energie moins chère ensemble : nouvelle campagne de Que Choisir

dimanche, 11 septembre 2016

Logo choisir ensemble by UFC que choisirL’UFC Que Choisir organise pour la troisième année consécutive une campagne pour encourager les consommateurs à se rassembler afin d’obtenir des contrats de fourniture d’énergie plus avantageux. Si les deux premières campagnes étaient consacrées exclusivement au gaz, celle-ci concerne à la fois l’électricité et le gaz et s’intitule « Energie moins chère ensemble. »

Débutée fin juin, cette campagne s’achèvera, en ce qui concerne les inscriptions, le 21 septembre. Mais d’ores et déjà, le site enregistre plus de 200 000 inscrits, répartis dans toute la France métropolitaine. Trois régions se distinguent cependant en termes de nombre d’inscrits : l’Ile de France, avec plus de 30 000 consommateurs intéressés, la Région Auvergne Rhône-Alpes, avec 26 000, et l’Occitanie avec 17 500. Mais d’autres régions ne sont pas très loin de peloton de tête (Hauts de France et Nouvelle Aquitaine). (suite…)

Article rédigé par Claudine

Les tarifs réglementés du gaz remis en cause ?

samedi, 16 avril 2016

gaz naturelAlors que la Commission de Régulation de l’Energie a annoncé une nouvelle baisse des tarifs réglementés du gaz, au 1er avril, l’avocat général de la Cour de Justice européenne vient de rendre ses conclusions sur un recours de l’Anode (association nationale des opérateurs détaillants en énergie) et estime que ce système est une entrave à la concurrence « non justifiée à la réalisation d’un marché du gaz naturel concurrentiel. »

Selon certains experts, cet avis annonce la fin programmée du dispositif français des tarifs réglementés du gaz naturel. Ces tarifs ont déjà disparu pour les gros consommateurs, industriels, collectivités ou copropriétés, mais perdurent pour les particuliers. L’Anode a saisi à ce propos la Cour de Justice européenne en décembre 2014 : elle s’oppose depuis longtemps aux tarifs réglementés, qui constituent selon elle un frein à la concurrence et sont à ce titre contraires au droit communautaire. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Classement Selectra des fournisseurs d’énergie : Direct Energie et Lampiris en tête

samedi, 12 mars 2016

Selectra, site comparateur d’offres de gaz et d’électricité, vient de publier pour la première fois son classement des fournisseurs qui affichent les tarifs les moins chers. Direct Energie se hisse sur la première marche du podium pour l’électricité, mais pour la fourniture de gaz naturel, c’est Lampiris qui l'emporte. Un carton presque plein d’ailleurs pour les fournisseurs alternatifs, car pour les fournisseurs historiques, EDF en est totalement absent et Engie (ex-GDF Suez) se classe en deuxième position pour l’électricité grâce à une offre en ligne.

Direct Energie moins cher pour l’électricité

classement selectra électricité : direct énergie en têteDirect Energie compte actuellement plus d’1,5 million de clients et se positionne comme le principal challenger des fournisseurs historiques. Avec son offre Online-Electricité, qui permet de réaliser 8 % d’économie sur le prix du kWh HT par rapport au tarif réglementé, le fournisseur alternatif se place donc en tête. Les offres 100 % web, comme celle-là, fonctionnent d’ailleurs très bien : juste après, on trouve Happ’e, une offre proposée par Engie, dont le service client est 100 % en ligne. Derrière eux, se trouve Alterna avec son offre Idea Elec, qui présente cependant l’inconvénient d’être la moins chère pour certains profils (option HP/HC et consommation importante en heures pleines) et très chère pour d’autres (petite consommation et/ou prédominance des heures creuses).

Selon les calculs de Selectra, changer de fournisseur d’électricité et opter pour l’offre la moins chère permet de réaliser une économie d’environ 150 € pour un foyer moyen tout électrique (sur la base de la consommation annuelle définie comme consommation moyenne par l’ADEME.

Lampiris moins cher pour le gaz naturel

(suite…)

Article rédigé par Claudine

CRE : le point sur l’ouverture des marchés de l’énergie au 2ème trimestre

vendredi, 9 octobre 2015

La Commission de Régulation de l’Energie (CRE) vient de publier son observatoire des marchés de détail de l’électricité et du gaz naturel pour le deuxième trimestre 2015. Malgré des offres d’achats groupés qui commencent à se multiplier sur Internet, le marché de l’électricité reste très largement dominé  par les tarifs réglementés, mais cela est un peu moins vrai pour le gaz.
ouverture des marchés
Au 30 juin 2015, 89 % des sites, toutes catégories confondues, restaient aux tarifs réglementés de l’électricité, ce qui représente 67 % de la consommation. Pour le gaz naturel, 61 % des sites y demeurent attachés, mais cela ne représente que 19 % de la consommation. Il est vrai qu’au 30 juin, les très gros consommateurs devaient opter obligatoirement pour une offre de marché. (suite…)

Article rédigé par Claudine

1 226 clients professionnels risquent la coupure de gaz

dimanche, 13 septembre 2015

fin des tarifs règlementés du gaz pour les professionnelsPlus de 1 200 clients professionnels n’ont toujours pas opté pour une offre de marché pour leur fourniture de gaz naturel, alors qu’ils n’ont plus le droit aux tarifs réglementés. Après une lettre envoyée en mai aux clients concernés, un délai de trois mois supplémentaire assorti d’une majoration de 20 % du prix du gaz, la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) s’alarme de nouveau de cet état de fait.

Rien n’y a fait : 1 226 « irréductibles » n’ont toujours pas souscrit un contrat d’achat de gaz en offre de marché. Certes le chiffre a diminué : cela concernait en effet près de 10 000 gros consommateurs de gaz fin mai qui ont chacun reçu un courrier de la CRE. Mais maintenant ces derniers clients récalcitrants s’exposent à une coupure d’alimentation à partir du 1er octobre. Alors que la période transitoire prenait fin le 31 mai, le gestionnaire de réseau avait maintenu leur alimentation en gaz pour trois mois, afin que chacun puisse trouver une solution, en cherchant à les inciter fortement, par une hausse importante des tarifs de vente du gaz naturel, à opter pour une offre de marché auprès du fournisseur de leur choix. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Retour sur 15 ans d’existence pour la CRE, à l’occasion de la publication du rapport d’activités 2014

mercredi, 15 juillet 2015

rapport d'activités CRE 2014La Commission de Régulation de l’Energie (CRE) a été créée en 2000 et fête donc cette année ses quinze ans d’existence. A l’occasion de la publication de son rapport d’activités 2014, elle souligne le chemin accompli dans la construction du marché européen de l’énergie et constate par contre la difficulté de l’apprentissage de la concurrence en France et le peu d’intérêt que lui portent des consommateurs mal informés.

Depuis les premières directives européennes sur un marché unique de l’électricité (1996) et du gaz naturel (1998), la concurrence sur le marché de l’énergie s’est développée en Europe. La CRE, depuis son existence a collaboré à la préparation et parfois anticipé la mise en œuvre des cadres de réseaux, véritables règles communes, sous le contrôle de l’ACER (Autorité de coopération des régulateurs européens). Le projet européen repose aujourd’hui sur trois objectifs : assurer la sécurité d’approvisionnement de l’Europe en énergie, permettre l’accès à tous d’une énergie compétitive dans un marché interconnecté, et le tout dans le cadre d’un développement durable. (suite…)

Article rédigé par Claudine

Médiateur de l’Energie : des propos mal compris ?

jeudi, 2 juillet 2015

médiateur CRELa Commission de Régulation de l’Energie (CRE) ayant vivement réagi au rapport annuel du Médiateur de l’Energie qui évoquait ouverture à la concurrence des marchés de l’énergie et augmentation des tarifs, ce dernier a jugé bon de faire, dans un communiqué, une mise au point, rappelant au passage qu’il est un observateur indépendant de l’ouverture à la concurrence des marchés.

Le médiateur a estimé qu’il était de son rôle de rappeler que l’ouverture à la concurrence a été décidée en promettant des baisses de prix et que ces baisses de prix n’ont pas été constatées, « loin s’en faut » quelque soit la catégorie de consommateurs. Mais il se défend d’avoir laissé entendre que les fournisseurs alternatifs étaient responsables de cette situation : « Il est exact que certaines offres de marché – mais certainement pas toutes – sont inférieures aux tarifs réglementés, et que leur souscription permet de limiter un peu la hausse de la facture. Toutefois, les batailles judiciaires de ces fournisseurs visant à renchérir le prix de vente des tarifs réglementés, bien que fondées en droit, n’ont pu que brouiller leur discours de promoteurs d’une énergie moins chère. » (suite…)

Article rédigé par Claudine

La CRE répond au Médiateur de l’Energie

lundi, 22 juin 2015

calcul facture énergieDans son dernier rapport annuel, le Médiateur de l’Energie soulignait un « bilan mitigé » de l’ouverture à la concurrence des marchés du gaz et de l’électricité. Il mettait notamment l’accent sur la hausse des prix de ‘énergie. La Commission de Régulation de l’Energie (CRE) vient de lui réponde dans un communiqué en apportant quelques précisions et énonce clairement que « les évolutions respectives des tarifs réglementés d’électricité et de gaz n’ont pas de rapport avec l’ouverture à la concurrence. »

Elle rappelle que c’est le code de l’énergie qui fixe le calcul des tarifs réglementés d’électricité et de gaz (factures Hors Taxes) et qu’ils varient en fonction des coûts des fournisseurs historiques – EDF pour l’électricité et ENGIE (ex GDF-Suez) pour le gaz. « Les évolutions respectives des tarifs réglementés d’électricité et de gaz n’ont donc pas de rapport avec l’ouverture à la concurrence des marchés de l’énergie. » (suite…)

Article rédigé par Claudine

DolceWeekend : une première offre « spéciale Linky »

vendredi, 5 juin 2015

GDF Suez-Dolce Vita vient de lancer une première offre tarifaire électricité spécialement destinée aux foyers équipés d’un compteur communicant Linky. Sur la base d’un contrat avec double tarification des kilowattheures (ou heures pleines/heures creuses), le fournisseur étend son offre de réduction sur le prix en heures creuses aux week-ends.

dolce week endL’offre, baptisée DolceWeekend, est une offre à prix de marché, indexés sur les tarifs réglementés, disponible uniquement en comptage heures pleines/heures creuses. Elle propose des heures creuses à horaire fixe, les mêmes partout en France : de 23 heures à 7 heures du matin en semaine et du vendredi soir 23 heures au lundi matin 7 heures. Elle garantit une réduction de 30 % en heures creuses par rapport au prix des heures pleines. Elle n’est actuellement accessible qu’au quelques milliers de foyers équipés d’un compteur communicant.

Les tarifs de cette offre s’alignent très exactement sur les tarifs réglementés et évolueront donc au même rythme qu’eux. Mais l’abonnement annuel est cependant beaucoup plus cher : pour une puissance de 6 KVA, il en coûtera 128,53 € TTC au lieu de 92,53 € , soit près de 30 % en plus. Etant donné les possibilités de ces nouveaux compteurs, on pourrait s’attendre à ce que le fournisseur accompagne son offre d’une facturation sur la base de la consommation réelle, ce qui serait la moindre des choses, mais non, rien de tel. La fiche descriptive de l’offre précise : « En l’absence d’index fourni à GDF SUEZ, ci-après le fournisseur, par le distributeur, le fournisseur estime l’index du compteur ou les consommations du client à partir notamment de l’historique de consommation s’il existe ou de toute information communiquée par le distributeur ou le client ».

On pourrait s’attendre également à des services inclus un peu plus conséquents que ceux proposés : juste l’Espace Client – espace privé permettant au client de gérer son(ses) contrat(s) – accessible à tous les clients du fournisseur, et une nouveau service : « Cap EcoConso » décrit par le fournisseur comme « un service pour suivre vos consommations et vous aider à réaliser des économies d’énergie (ce service nécessite un espace client et devra être activé par vos soins) ». GDF Suez Dolce Vita promet « Avec le service gratuit en ligne Cap EcoConso, vous pouvez réaliser jusqu’à 5% d’économies d’énergie.. Vous suivez l’évolution de vos consommations d’une année à l’autre et vous pouvez les comparer à celles de consommateurs qui ont un logement et des équipements similaires aux vôtres ».

Source : GDF-Suez DolceVita

 

Article rédigé par Claudine
Nous connaître | Nous contacter | Nous rejoindre | Conditions d'utilisation | Référencer votre site sur l'annuaire | Télécharger nos logos
© 2013 EcoCO2 Tous Droits Réservés
logo html5