Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

10 % de véhicules électriques sur les routes d’Irlande d’ici 2020

Le gouvernement irlandais vient de signer, avec ESB, la première compagnie d’électricité du pays, et l’Alliance Renault-Nissan, un accord de partenariat global qui doit permettre à l’Irlande de devenir l’un des pays européens les plus avancés d’Europe en équipement en véhicules électriques.

Chacun son rôle

ESB se charge d’installer infrastructure de recharge nécessaire, Renault-Nissan de fournir les véhicules et le gouvernement irlandais versera un bonus de 5 000 € pour tout achat d’une voiture électrique et exemptera son acquéreur de la taxe d’immatriculation.

Le ministre de la communication, l’énergie et les ressources naturelles, Eamon Ryan, a ainsi commenté cet accord :

Le programme du gouvernement a annoncé son intention de transformer les secteurs de l’énergie et du transport en Irlande. Nous avons fait de grands progrès en termes d’énergies renouvelables, d’efficacité énergétique et maintenant nous démarrons l’électrification de notre flotte de transport. L’objectif du gouvernement irlandais est que 10% du parc irlandais soit électrique d’ici à 2020. L’accord d’aujourd’hui avec l’Alliance Renault Nissan prévoit 2000 véhicules électriques sur les routes irlandaises en 2011. ESB fournira l’infrastructure de recharge à domicile des nouveaux propriétaires de véhicule électrique.

L’infrastructure de recharge fournie par ESB comprendra pour 2011 l’installation de 3500 points de recharge dans tout le pays et la création de 30 stations de recharge rapide sur tout le territoire. ESB a annoncé avoir déjà commencé la mise en œuvre de ce programme à Dublin et dans plusieurs autres grandes villes.

Nissan commercialisera dès le début 2011 son modèle LEAF, une cinq place équipée d’un hayon arrière, et Renault son utilitaire léger électrique, la Kangoo Z.E. quelques mois plus tard. La marque française fournira de plus  à l’Irlande 100 prototypes de la Fluence Z.E. dans le cadre d’un programme pilote. Il s’agit d’une berline électrique à usage aussi bien privé que professionnel, qui sera mise en vente en 2012 (voir au sujet du concept Z.E. notre newsletter sur le Mondial de l’Automobile 2008). Renault et Nissan ont annoncé une capacité de production de 500 000 véhicules électriques par an. 10 % du parc d’automobiles irlandais, cela représente environ 250 000 voitures électriques qui seront sur leurs routes en 2020.

Kangoo ZE
source : turbo.fr

L’Irlande est un pays relativement petit et les Irlandais parcourent en moyenne 75 km par jour. Les véhicules électriques, dont on sait que l’autonomie est encore limitée, semblent donc tout à fait adaptés à leurs besoins. Padraig McManus, directeur général d’ESB, a annoncé :

L’Irlande sera l’un des premiers pays au monde à se doter d’un réseau national de recharge électrique, qui donnera des nouvelles opportunités aux entreprises et favorisera la création d’emplois, tout en offrant les bénéfices environnementaux d’un transport décarboné.

Émissions de CO2 évitées ou déplacées ?

Transport réellement décarbonné ? Pas si sûr : l’Irlande ne tire effectivement que 11 % de son électricité des énergies renouvelables (hydrauliques et éoliennes). Selon les chiffres de Commission for Energy Regulation, les 89 % restants proviennent du gaz (55 %), du charbon (18 %), du pétrole (6 %) et de la tourbe (6%). Or, outre le fait que les tourbières sont des zones humides qui abritent une biodiversité riche et menacées, la tourbe, lors de sa combustion, émet 12 % de plus de CO2 que le charbon, qui est lui-même 80 % plus polluant que le gaz, à quantité égale d’énergie fournie.

Tourbieres irlandaises
source : photol'internaute.com

Selon la base de données indépendante de Carma, la production d’électricité irlandaise génère 593 kg de CO2 pour 1 000 kWh fournis. Or, la Leaf de Nissan, petite voiture économique, « consomme » selon les données constructeur (une autonomie de 160 km pour une batterie de 24 kWh) 15 kWh aux 100 km. Si l’on rapproche ces chiffres les uns des autres, on aboutit donc à une voiture qui émet indirectement 89 g de CO2 aux 100 km, soit des chiffres proches des meilleurs véhicules diesel actuels.

On n’en est donc pas encore au « zéro émission », puisqu’on s’aperçoit avec ces chiffres que les émissions de CO2 sont déplacées, mais pas totalement évitées, pour ce qui est de l’Irlande. Ceci dit, tendre à développer l’utilisation des véhicules électriques, comme le fait l’Irlande actuellement, représente un espoir intéressant pour l’avenir de ceux-ci. D’autant plus que l’Alliance Renault-Nissan a annoncé qu’elle avait conclu une cinquantaine de partenariats dans le monde entier pour développer les infrastructures nécessaires à l’adoption et au fonctionnement de ces véhicules électriques.

Sources : Enerzine, DDMagazine

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.