Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

23 mars 2019 : la « Journée Grise »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Le fournisseur d’électricité verte et de gaz bio Ilek s’est lancé dans le calcul de la « Journée grise ». Il s’agit du jour, tout théorique, où la France a épuisé le stock total d’énergies renouvelables qu’elle est capable de produire dans l’année. Elle bascule alors sur la dépendance aux autres sources d’énergie. Pour 2019, Ilek a calculé que cette date tomberait le 23 mars.

Des énergies renouvelables en hausse, mais…

Si l’ensemble de la population française ne consommait que les énergies renouvelables que l’Hexagone peut produire, elle ne tiendrait pas plus de 82 jours. Pas même trois mois complets ! Ces calculs se fondent sur les chiffres fournis par RTE, Enedis, le Syndicat des Energies Renouvelables (SER) et l’Association des distributeurs d’électricité (Adeef). Cette Journée Grise fait en quelque sorte écho au Jour de dépassement, calculé chaque année.

Mais n’insistons que sur le côté optimiste : car 2019 enregistre une amélioration par rapport à 2018. « Légère », soit mais bien réelle.  « On constate cependant une légère amélioration cette année. Plus précisément, les énergies renouvelables (éolien, solaire, hydroélectricité, biomasse, etc.) ont fourni 22,7 % de l’électricité consommée en 2018 en France, une proportion en nette hausse sur un an (+ 4,1 points) » précise le communiqué d’Ilek.

Ces performances révèlent en effet un rebond appréciable par rapport à l’année dernière. Les énergies renouvelables n’avaient alors couvert que 18,4 % de la consommation de la population. La date de la Journée Grise serait donc tombée le 8 mars, avec un tel pourcentage.

Une Journée Grise au bout de 82 jours

Journée griseIl s’agit bien entendu d’une projection toute théorique. La « Journée grise » marque donc le jour « où l’équivalent du stock annuel d’énergies vertes sera épuisé et les Français devront se contenter « d’énergies grises », produites à partir du nucléaire ou d’énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) ».

Mais le fournisseur d’énergie verte met ainsi en évidence une réalité. Nous sommes en effet encore bien loin de couvrir ne serait-ce que la moitié de nos besoins, pourtant notre objectif à l’horizon 2050 (32 % pour 2030). Nous n’en sommes pas encore au quart !

« Les énergies renouvelables sont un élément indispensable des sociétés modernes et peuvent constituer l’un des facteurs clés du développement socio-économique d’un pays », explique Julien Chardon, Co-fondateur et CEO d’ilek. « Pour ilek, une transition énergétique efficace en France nécessite une réflexion approfondie et une réforme institutionnelle, qui n’est pas à l’ordre du jour malheureusement.  La part des énergies grises en France ne peut être réduite que si des investissement privés et publics renforcent la création et le développement d’entreprises indépendantes spécialisées dans les énergies renouvelables. »

Source : Communiqué Ilek

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.