Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

3ème Assises de la qualité de l’air : Agir sur l’ensemble des sources de pollution

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Organisées par le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer et l’ADEME, les Troisièmes Assises sur la qualité de l’air ont eu lieu les 22 et 23 septembre 2016. Leur objectif était de mobiliser les élus, les entreprises et les citoyens pour lutter contre la pollution de l’air intérieur et extérieur dans tous les secteurs d’activités. Elles ont permis aux participants d’échanger, de valoriser les retours d’expérience, de mieux connaître les outils existants et de définir collectivement les bonnes pratiques.

Assises de la qualité de l'airLa loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte a conforté le rôle des villes, tant en matière de qualité de l’air extérieur que de qualité de l’air intérieur, en renforçant les cadres et les outils qui permettent aux élus d’agir. Certaines actions précédemment expérimentées dans des territoires ont obtenu un cadre pérenne : mesures d’organisation des déplacements, sensibilisation, dispositifs incitatifs en faveur des équipements les moins polluants.

Mais il est nécessaire d’agir sur toutes les formes de pollution et, à côté des nombreuses initiatives prises pour le transport, deux appels à projets viennent compléter les actions afin de limiter les pollutions liées au chauffage et aux pratiques agricoles. Le premier, Agr’Air vise à accompagner, tant techniquement que financièrement, les exploitants agricoles vers des pratiques moins polluantes en soutenant des projets pilotes permettant de déployer les technologies et pratiques agricoles réduisant les émissions d’ammoniac et/ou de particules liées au brûlage à l’air libre. Ces projets doivent être collectifs, transférables et soutenables à terme.

L’appel à projets Fonds Air a lui pour objectif de réduire les émissions du chauffage individuel. Il doit accompagner des collectivités exposées à de fortes concentrations de particules fines issues du chauffage individuel dans le montage d’un fonds d’aide au renouvellement du parc d’appareils individuels non-performants et de campagnes de sensibilisation sur les bonnes pratiques.

La prise en compte de la qualité de l’air doit avoir lieu le plus en amont possible : pour cela, les collectivités peuvent agir en l’intégrant  dans les politiques d’urbanisme, de mobilité, de production d’énergie, de construction des bâtiments, en essayant de concilier les problématiques de l’air, du climat et de l’énergie. C’est l’objectif des plans climat air énergie territoriaux (PCAET) obligatoires pour les intercommunalités de plus de 20 000 habitants.

Mais il faut encore changer les comportements et faire évoluer les pratiques sociales vers plus de durabilité. Pour mieux comprendre et agir, l’ADEME publie une étude : Changer les comportements, faire évoluer les pratiques sociales vers plus de durabilité, qui s’accompagne d’une vidéo de présentation.

Source : ADEME

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.