Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

A Londres, de l’électricité grâce à la graisse amassée dans les égouts

Graisse égouts de LondresDepuis des années les égouts londoniens sont régulièrement bouchés par des amas de graisse qui s’accumulent, au point d’avoir été baptisés « Fatbergs » (littéralement icebergs de graisse). La compagnie d’assainissement Thames Water, qui s’occupe du nettoyage de ces tuyaux engorgés, vient de s’allier à un fournisseur d’énergies renouvelables, 20C, pour s’attaquer à ce problème au profit de tous, en transformant cette graisse en combustible alimentant une centrale électrique.

La cause des « fatbergs » ? Les graisses et les huiles déversées dans les égouts par des milliers de restaurants de la capitale britannique. En refroidissant, ils s’amalgament avec les lingettes, autre ennemi des égouts londoniens et donnent des masses visqueuses. Celles-ci provoquent chaque année la moitié des 40 000 blocages d’égouts. Actuellement il faut un million de livres chaque mois pour nettoyer toute cette accumulation : un employé raconte ainsi qu’en un an son entreprise a collecté de quoi remplir neuf bus à deux étages ! Et en pure perte puisque les graisses récupérées étaient jusqu’à présent enfouies.

Mais à partir de 2015, dès que la centrale de cogénération de 20C sera mise en service, la graisse extraite des égouts londoniens servira à l’alimenter, de même que les huiles directement collectées dans les restaurants. 30 tonnes environ de déchets graisseux seraient ainsi collectés chaque jour dans les restaurants. Le tout devrait se transformer en 130 gigawattheures d’électricité par an, soit la consommation électrique d’environ 40 000 foyers.

Thames Water profitera d’une partie de cette électricité, qui alimentera la station d’épuration de Beckton ainsi qu’une usine de dessalement. L’autre partie de l’électricité produite sera injectée sur le réseau. La compagnie d’assainissement va ainsi voir passer de 14 % à 20 % la part des énergies renouvelables dans ce qu’elle utilise. 20C récupère un combustible peu coûteux et renouvelable pour faire tourner la plus grosse centrale britannique alimentée par les déchets. Une affaire gagnant/gagnant, donc. Et tout cela, promettent les entreprises partenaires, sans aucune odeur de friture !

Sources : Enerzine, Le Monde

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “A Londres, de l’électricité grâce à la graisse amassée dans les égouts”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.