Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Absorption du CO2 par les plantes sur leur cycle de vie (2)

Après avoir vu dans un article précédent quand et comment les plantes absorbent le CO2 au cours de leur vie, nous allons examiner ce qu’il advient ensuite du dioxyde de carbone et si la plantation d’arbres est véritablement une solution pour compenser nos émissions.

Quand la plante meurt, le CO2 est-il relâché dans l’air ?  

Le dioxyde de carbone absorbé par la plante vivante se retrouve dans le sol sous forme de composés carbonés émis par les racines. Une fois morte, sa décomposition libère une partie du CO2 dans l’atmosphère et une partie reste au sol sous forme de déchets organiques.

Un arbre, par exemple, même vieux, ne relâche pas de carbone avant son dernier souffle. Ce n’est que lorsqu’il brûle ou se décompose que le CO2 s’échappe dans l’atmosphère.

Par conséquent, quand il est coupé et transformé en planches, un arbre continue d’emprisonner son carbone ; d’où l’intérêt d’utiliser le bois comme matériau de construction pour prolonger sa durée de rétention du CO2

Quels végétaux absorbent le plus le CO2 ?

Selon leur taux de croissance et leur durée de vie, il y a des plantes qui ont plus de capacités que d’autres à absorber du CO2, nous pouvons citer :

Absorption du CO2 par les plantes

D’autres espèces à croissance rapide son adaptés à une plantation en jardin tels que : le mélèze du Japon, le jacaranda, le sorbier des oiseleurs, le catalpa, leucalyptus gunnii, le saule pleureur, le bouleau de l’Himalaya, le cyprès de Leyland, le charme et le peuplier.

Dans la catégorie des arbres millénaires, on trouve plusieurs variétés tels que : le pin, l’olivier, le séquoia, le peuplier, le ginkgo biloba, l’if, le chêne. Dans les arbres centenaires, on peut citer le bouleau, le magnolia, le tilleul, l’acer, …

Planter des arbres, est-ce une solution viable pour compenser nos émissions de CO2 ?

Ces dernières années, l’idée de planter des arbres s’invite partout comme une solution pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique. Les entreprises, les services publics, les compagnies aériennes, tous organisent des programmes de reforestation pour compenser leurs émissions. Est-ce la bonne solution ?

On ne dispose pas d’espace suffisant pour planter la quantité d’arbres nécessaire à compenser nos émissions globales, à moins de détruire d’autres écosystèmes. Par ailleurs, ces émissions de GES sont bien présentes aujourd’hui alors que le captage se fait sur plusieurs décennies, si une interruption par un incendie ne vient pas réduire à néant la compensation.

Cependant ce reboisement en urgence opte souvent pour des essences à croissance rapide comme les eucalyptus et les pins et cela peut finir par poser des problèmes de biodiversité et d’assèchement des sols. La reforestation doit donc impérativement se faire avec le bon choix d’espèces variées de manière à ce que les arbres poussent dans des conditions adaptées, durant plusieurs années tout en respectant les écosystèmes et les populations locales.

En même temps, il faut arrêter la déforestation qui élimine des arbres mâtures ou vieux puits considérables de carbone. Cela va en paire avec l’entretien et la préservation des arbres et les forêts existants (et les nouvelles) ainsi qu’adopter les bonnes pratiques agricoles afin de séquestrer davantage de CO2 dans les végétaux et in fine dans les sols.

Merci à l’équipe Etudes & Conseils pour la rédaction de cet article !

Cet article a été écrit par : 

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *