Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Accident nucléaire : « tous concernés » selon Greenpeace

Carte zones nucleaires en FranceGreenpeace-France vient d’ajouter à son site une petite application, permettant à chacun de visualiser à quel point il serait concerné par un accident nucléaire type Fukushima ou type Tchernobyl. A partir du numéro de département dans lequel on se situe, le site détermine la centrale la plus proche et les zones affectées par les conséquences de chaque type d’accident… et aucun coin de France n’y échappe !

En cas d’accident nucléaire, l’Etat a établi des Plans Particuliers d’Intervention (PPI) autour de chaque centrale afin de protéger la population : ils font partie des plans ORSEC des départements concernés. Ils prévoient ainsi que dans une première zone de 2 km autour de l’installation accidentée, la population doit être évacuée ; dans la deuxième zone, soit 10 km autour de la centrale, la population doit être confinée.

Dans la logique absurde des PPI, l’Etat prévoit donc de prendre en charge un nombre totalement insuffisant de personnes en cas d’accident. Les zones de 2 à 10 kilomètres de l’installation en détresse ne correspondent absolument pas à la réalité de la contamination prévisible.

Greenpeace relève effectivement que les zones concernées par les deux gros accidents que représentent Tchernobyl (avril 1986) et Fukushima (mars 2011), les zones impactées étaient sans comparaison avec celles prévues dans les PPI : 100 km pour la centrale japonaise, 300 km pour les installations d’Ukraine. Sur un fond musical inquiétant et une France tout en noir sur laquelle brillent les petits points de chaque centrale existante, l’application vous invite à indiquer votre numéro de département et… après un suspens quasi intenable, identifie la centrale qui vous menace directement en cas d’accident et la zone concentrique dans laquelle vous vous trouvez.

Pas de doute, selon ces critères, pas le moindre recoin de n’importe quel département, même le plus tranquille n’échappe aux risques : certains, plus « chanceux » que d’autres sont tellement entourés de centrales qu’ils peuvent se trouver concernés par 5 ou 6 installations différentes :

Le compte est facile à faire. En tenant compte de toutes les installations nucléaires du pays, il faudrait que les 36 000 communes de l’Hexagone soient placées en zone de PPI !

Prenons par exemple le département de l’Allier, tranquille s’il en est, situé en plein milieu de la France… et d’une zone où scintille un certain nombre de points lumineux. 18 500 personnes, toutes dans le Cher ou la Nièvre toute proche, seraient concernées par le PPI élaboré pour la centrale de Belleville. Mais le département se trouve en partie dans la zone « Fukushima » qui concernerait quand même 1,7 millions de personnes réparties sur 7 départements, et en totalité dans la zone « Tchernobyl », qui toucherait… plus de 33 millions de personnes !

Sources : Enerzine, Greenpeace

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.