Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Affichage environnemental : des volontaires pour l’expérimentation

Affichage environnementalLe MEDDTL avait annoncé en novembre 2010 l’expérimentation de l’affichage environnemental et lancé par la même occasion un appel à la candidature d’entreprises volontaires pour cet essai national. Plus de 230 entreprises ont déjà répondu favorablement à cette demande. L’expérimentation pourra donc bien débuter comme prévu le 1er juillet 2011 et se poursuivre sur une durée de douze mois.

L’affichage dans les entreprises volontaires

L’affichage environnemental (voir nos articles du 22/02/2010 et du 29/10/2010) consiste à afficher pour chaque article des informations sur le contenu équivalent carbone ainsi que sur les autres impacts du produit et de son emballage sur l’environnement pendant tout son cycle de vie. Ainsi sur les articles étiquetés, devront apparaître « systématiquement  le niveau d’émission en gaz à effet de serre et indiquera l’impact sur les ressources naturelles (l’eau, la biodiversité, l’air, la consommation d’énergie…) la plus pertinente par catégorie de produit ».

Le ministère s’est par ailleurs réjoui de la diversité des entreprises candidates :

Plus de 230 entreprises se sont portées volontaires. Les produits proposés pour l’expérimentation couvrent un large spectre : l’alimentaire (un tiers des candidatures), le textile et l’habillement, l’ameublement, les produits de construction et de bricolage, l’entretien, les soins de la personne, l’imprimerie et l’édition… Les entreprises candidates sont également représentatives de la diversité du tissu industriel : des TPE/PME aux grands groupes (français comme étrangers), des producteurs aux distributeurs (généralistes ou spécialisés).

La liste des entreprises qui participeront finalement à cette expérimentation  devrait être annoncée par le ministère à la fin du mois.

Alors que selon un sondage récent, 54 % des Français se montrent de plus en plus méfiants vis à vis des arguments écologiques  utilisés dans les publicités, ce sont 74 % qui souhaitent maintenant connaître l’impact environnemental des produits qu’ils achètent : c’est dire si cette initiative devrait être bien accueillie du grand public.

L’initiative des industriels des salles de bain

Parallèlement à cette décision, plusieurs entreprises d’articles d’aménagement de salles de bain et de céramiques ont d’ores et déjà signé une convention d’engagement volontaire pour développer l’affichage environnemental, par des Fiches de déclaration environnementales et sanitaires (FDES) très complètes et déjà mises en ligne sur le site de l’Association française des industries de la salle de bain (AFIBS). Il s’agit des entreprises Allia / Selles, Allibert, Duravit, Ideal Standard / Porcher, Villeroy & Boch.

Les FDES concernent cinq produits : les lavabos, les packs WC, les receveurs de douche, les baignoires et les éviers. Elles permettent de communiquer  sur les performances environnementales et sanitaires d’un produit, de « calculer la contribution des produits à l’impact environnemental de l’ouvrage à construire » et constituent « une réponse normalisée aux demandes des différents intervenants de la construction, maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre, bureaux d’études et architectes ».

Certes dans l’immédiat peu accessibles aux consommateurs par leur complexité, ces fiches permettront certainement d’aboutir à un étiquetage à la fois simple et complet, afin que les acheteurs puissent se décider pour un produit en toute connaissance de cause.

Sources : Le Journal de l’Environnement, Batiactu, MEDDTLAFIBS, le blog du Marketing Durable (image)