Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Alimentation durable : la France en tête de classement

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

alimentation bio durableSelon une étude menée conjointement par le Barilla Center for Food and Nutrition et The Economist Intelligence Unit (EIU), la France se classe en tête des 25 pays examinés pour son système alimentaire. Elle arrive première sur deux des trois critères retenus et garde cette place tous critères confondus devant le Japon et le Canada.

L’enquête, qui a duré plus d’un an, porte sur les pays du G20, auxquels s’ajoutent Israël, les Emirats Arabes Unis, la Colombie, l’Ethiopie et le Nigeria. Les trois critères retenus par l’étude sont le gaspillage alimentaire, la qualité nutritionnelle de aliments – et la France se place en tête sur ces deux critères – et la durabilité de l’agriculture, son point faible.

La lutte contre le gaspillage alimentaire, entamée il y a plus d’un an par le Ministère de l’Environnement, a visiblement porté ses fruits. En effet, la pression mise sur les grandes enseignes en ce qui concerne les pertes alimentaires les a incitées à s’engager à faire don aux associations des denrées proches de la date de péremption au lieu de les détruire. De plus, depuis février, un cadre réglementaire en matière de gaspillage alimentaire a été mis en place et doit entrer prochainement en vigueur : il a pour but de sanctionner les supermarchés qui jettent des produits encore consommables. « La France dispose (…) du cadre réglementaire le plus rigoureux en matière de gestion du gaspillage alimentaire, et notamment une nouvelle loi, votée en février 2016, qui en fait la première nation à sanctionner les supermarchés qui jettent des produits encore consommables » détaillent les auteurs de l’étude. « Ses politiques innovantes pour lutter contre le gaspillage alimentaire constituent un modèle pour le reste du monde » ajoutent-ils. La France obtient pour ce critère un score de 80,25 sur 100 et se place devant l’Australie et l’Afrique de Sud.

La santé nutritionnelle de la population française est également relevée par l’étude, qui lui attribue une note de 72,05 sur 100, cette fois devant le Japon et la Corée du Sud. Les industriels ont en effet fait des efforts et réduit les proportions de sel, sucres et matières grasses ou autres ingrédients à limiter dans les aliments. Et en ce qui concerne les entreprises agroalimentaires françaises, plus de la moitié obtiennent un score supérieur à 70 sur 100 – une bonne réputation selon les critères de l’étude et un écart important avec les étrangères. Toutefois, sur le critère de l’obésité, le pays « se classe au 3e rang mondial pour la faible prévalence de la surcharge pondérale chez les enfants » précise l’étude. La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) alimentaires ressort plutôt comme un point faible.

Mais la France présente surtout des lacunes sur le critère de durabilité de son agriculture : elle n’arrive là qu’en onzième position, loin derrière l’Allemagne, le Canada et le Japon. Le rapport souligne trois points faibles : le niveau élevé des subventions aux producteurs agricoles, l’impact de la nourriture animale et des biocarburants sur les sols et la perte de biodiversité. Ainsi, malgré une forte progression (+10 % par rapport à 2015), les surfaces agricoles biologiques ne représentent  encore actuellement que 6 % de la surface utile totale.

Sources : Consoglobe, Le Figaro, Mes courses pour la planète, EIU

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.