Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Attaque des moustiques : difficile d’y échapper !

moustqiueL’été et la chaleur sont là, accompagnés d’un hôte particulièrement indésirable, le moustique ! Qui, de plus, ne se déplace jamais seul, mais plutôt en commando. Qu’ils soient originaires de nos régions ou plus récemment arrivés (le moustique-tigre qui s’est déjà montré dans une vingtaine de départements), ils ont la fâcheuse tendance de prendre leurs repas à nos dépens. En plus de tous leurs moyens déjà connus, une étude américaine, relayée par Météo Média, vient de révéler que le CO2 de nos respirations aide les moustiques à repérer leur restaurant.

En effet, on savait déjà qu’ils utilisent l’odorat, la vue et la chaleur que nous émettons pour localiser leur proie. Mais une étude  publiée par le magazine Current Biology révèle qu’ils sont aussi instinctivement attirés par la concentration de gaz carbonique provenant de la respiration d’humains et d’animaux. Pour arriver à cette conclusion, des scientifiques ont observé des moustiques affamés dans un tunnel de vent dans lequel ils ont inséré un objet imprégné de CO2 en quantité comparable à celle émise par la respiration d’un humain : celui-ci joue un rôle sur une distance qui peut atteindre 50 mètres.

« Nous avons réussi à mettre sur pied une théorie expliquant comment tous ces sens travaillent ensemble dans le moustique pour trouver l’humain » a déclaré Floris van Breugel de l’Institut technologique de Californie. Selon eux, il existe trois phases de repérage pour les moustiques qui ont recours chaque fois à un sens. Sur une distance de 10 m à 50 m, c’est à l’odorat qu’ils font appel et particulièrement au CO2 émis. Puis de 5 m à 15 m de leur proie (nous en l’occurrence), leur vue leur permet de repérer une zone d’atterrissage propice et intéressante (un morceau de notre peau). Enfin dans un périmètre de 1 mètre, c’est la chaleur émise par le corps qui les guide.

Selon le site Météo Média, « La conclusion de l’équipe du Dr van Breugel est qu’il est « très difficile » d’échapper aux moustiques. À moins que vous soyez capable de retenir toutes vos émissions de CO2 lors de vos expirations. Bref, le système de repérage du moustique semble infaillible. » Autrement dit, peu de chances de ne pas se faire déguster par ces invités indésirables !

Source : Météo Média

 

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.