Energie moins chère ensemble : un gain de 11 millions pour les consommateurs

Les consommateurs qui se sont inscrits cet été à l’offre “Energie moins chère ensemble” de l’UFC Que Choisir ont maintenant exprimé leur souhait de souscrire – ou pas – aux offres lauréates. L’association a fait les comptes et constaté que, sur l’ensemble des usagers ayant accepté ces offres, le gain global atteint les 11 millions…

Autoconsommation d’énergie solaire : près de 20 % d’économie sur la facture selon une étude

Selon une analyse menée par le cabinet de conseil Sia Partners et ENERPLAN, l’autoconsommation domestique individuelle d’énergie solaire pourrait représenter jusqu’à près de 20 % d’économies sur la facture des particuliers et un retour sur investissement supérieur à 100 %. C’est ce qui ressort de la dernière étude Energy Lab, Energie photovoltaïque en France : L’autoconsommation domestique individuelle.

Alors que les installations photovoltaïques à destination des particuliers représentaient, jusqu’au début des années 2010, la majorité des capacités nouvellement installées en France (grâce à des tarifs d’achat incitatifs qui les conduisaient à revendre leur production), le nombre de raccordements des installations domestiques décline depuis 2011. Mais, en 2015, la loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte a ouvert la voie au développement de l’autoconsommation pour les particuliers : ils peuvent désormais consommer leur propre production et réinjecter le surplus dans le réseau. “Cette pratique nécessite des études en amont afin d’étudier la rentabilité des projets au cas par cas” préviennent les auteurs de l’analyse.

One Planet Summit : Annonces de la Banque Mondiale

Lors du Sommet pour la Planète, le 12 décembre, la Banque Mondiale a fait plusieurs annonces pour affirmer son soutien à la mise en œuvre des objectifs de l’Accord de Paris pour les pays en développement. Elles concernent la fin de ses financements des activités pétrolières et gazières, le renforcement de ses ambitions climatiques, la décarbonisation de ses activités, la mobilisation de fonds pour l’atténuation et la résistance aux chocs climatiques, ainsi que de nouveaux partenariats pour intensifier l’action climatique.

La Banque Mondiale veut modifier ses activités en tenant compte de l’évolution rapide du monde. Ainsi, après 2019, elle cessera de financer des activités en amont du secteur pétrolier et gazier, avec de rares exceptions toutefois dans les pays les plus pauvres (pour favoriser l’accès à l’énergie), si le projet est conforme aux engagements du pays au titre de l’Accord de Paris.

Elle renforce son Plan d’Action sur le changement climatique, afin de réaffirmer ses ambitions. Elle annonce être en bonne voie pour atteindre la cible de 28 % de ses prêts consacrés à l’action climatique d’ici à 2020, ainsi que les objectifs de son Plan d’Action, dont elle dressera le bilan en 2018 et annoncera de nouveaux engagements et cibles pour l’après 2020.