Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Avion ou voiture ? Mais, les deux… une voiture volante

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Voiture volante Terrafujia

Nous avions déjà évoqué dans ces pages un véhicule mi-volant, mi-roulant, avec des airs d’hélicoptère. La machine, mise au point, ou presque, par la société américaine Terrafugia ressemble plus à un objet roulant identifié : la TF-X peut accueillir quatre personnes et les transporter soit par la voie terrestre, soit par la voie aérienne : elle décolle et atterrit verticalement, comme un hélicoptère, mais n’y ressemble vraiment pas.

Composée de deux moteurs électriques (pour une puissance totale de 600 chevaux), il n’est vraiment pas besoin, selon le constructeur, d’avoir un brevet de pilotes pour la conduire : cinq petites heures de prise en main suffisent pour se familiariser avec ce véhicule volant électrique, car Terrafugia a tout particulièrement tenu à faciliter cet aspect. Ainsi, toutes les manœuvres critiques, comme le décollage et l’atterrissage, ont été automatisées.

Facile à prendre en main, donc accessible au plus grand nombre ? Certes, à condition toutefois d’avoir les moyens, car, bien que le prix n’en ait pas encore été dévoilé, l’objet ne devrait pas être bon marché, même si le constructeur compte sur une baisse des coûts de matériaux ultra-légers, dans un avenir plus ou moins lointain. De toute façon, aucune chance de la voir commercialiser avant au moins 2020, puisque Terrafugia compte sur un développement en 8 à 12 ans. Ce n’est pas le coup d’essai de l’entreprise qui a déjà lancé la production de la sœur aînée de ce modèle, la Transition, toutefois plus avion que voiture, qui déploie des ailes de 8 mètres et nécessite une piste de décollage de 500 mètres. Son prix ? 279 000 $ (215 000 €), pour une livraison qui devrait débuter en 2015.

Le concept de la TF-X est donc sensiblement différent, les deux rotors latéraux électriques qui lui permettent de décoller à la verticale se replient en vol, laissant ensuite travailler un moteur d’une autonomie de 800 kilomètres. Sur la route, le modèle ressemble effectivement plus à une voiture et entre dans un garage de construction standard. Selon Terrafugia, la voiture volante se recharge dans n’importe quelle station dédiée à l’alimentation électrique des voitures, que l’on trouvera peut-être bientôt un peu partout.

Dernier détail intéressant : le constructeur a jugé bon de doter son modèle d’un parachute, activé en cas d’urgence par le conducteur… On ne saurait être trop prévoyant.

Sources : Terrafugia, Caradisiac, Voiture électrique

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “Avion ou voiture ? Mais, les deux… une voiture volante”

  1. Your air automobile is a fantastic innovation.
    Congratulation to the the désigner . If i and the opportuny to buy such a véhicule.
    It would be définitly be yours. It seem to have the flexibilité Of a plane and a hélicoptère .Wow . Continu your good work. Sorry about my english . Lyne and Denis from Quebec Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.