Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Batteries et accumulateurs : optez pour les bonnes pratiques

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

PilesLes batteries, piles et autres accumulateurs sont des éléments importants de tous nos petits appareils électroniques mobiles, puisque justement ils en assurent la mobilité ! De nombreuses technologies existent avec un impact environnemental peu facile à analyser. Toutefois, des débuts de réponse peuvent être apportés aux différentes questions qui se posent en termes d’impact environnemental, d’efficacité et de durabilité.

En ce qui concerne les piles jetables, deux technologies coexistent : les piles salines (zinc-charbon) moins performantes ou alcalines (zinc-manganèse), et dont l’une équivaut à 5 piles salines. Les piles classiques ont cependant deux inconvénients majeurs : leur impact environnemental est d’autant plus important qu’elles sont composées de produits polluants et leur vie ne dure pas longtemps.

D’autre part, en considérant leur cycle de vie, leur impact environnemental s’élève à 30 fois celui d’une pile rechargeable. En équivalent, là où une pile rechargeable équivaut 19 kg de pétrole, une pile rechargeable n’équivaut qu’à 1 kg. Uniross, leader européen des batteries rechargeables donne ainsi un autre de grandeur de ce que les piles non-rechargeables représentent :

Remplacer toutes les piles jetables par des rechargeables, ça permettrait d’économiser l’énergie d’une ville de 100000 habitants.

Les bonnes pratiques consistent ici à éviter les piles non-rechargeables, et donc faire porter son choix sur des appareils qui acceptent des piles rechargeables. D’autre part, lorsqu’une pile ne fonctionne plus, ça ne veut pas dire obligatoirement qu’elle doit être jetée : en effet l’appareil dans lequel elle est insérée demande peut-être une puissance importante qu’elle ne peut plus assurer, mais on peut prolonger sa durée de vie en l’utilisant dans un appareil qui demande moins de puissance : une télécommande par exemple. Enfin de nouveaux chargeurs existent et permettent de recharger jusqu’à 15 fois les piles non- rechargeables.

Un dernier point important à propos des piles : en fin de vie, un tiers seulement est recyclé, un tiers reste stocké chez le consommateur (dans le but d’une collection de piles vides sans doute ?) et tiers atterrit dans les ordures ménagères. 30 000 tonnes sont ainsi jetées par an ! Il existe maintenant dans la plupart des libre-service des points de collecte de piles ; alors une bonne action simple pour l’environnement : les y déposer.

En ce qui concerne les accumulateurs rechargeables et batteries, là aussi on en trouve plusieurs types : au plomb (batteries de voitures), nickel-cadmium (piles rechargeables classiques), nickel-métal hydrure (qui se déchargent moins rapidement que les précédentes) et lithium-ion (téléphone mobile, ordinateur portable), dont la capacité est bien plus importante pour un moindre poids.

Pour tous ces systèmes, il faut aussi se méfier de l’impact environnemental : ainsi le cadmium est un métal très polluant, le lithium-ion a une empreinte écologique moins importante. Autre critère : on trouve différentes sortes de batteries : batteries sous forme de pile, batteries amovibles spécifiques à un appareil ou batteries scellées. Or plus on utilisera longtemps la batterie, moins son impact sera grand.

Les bonnes pratiques ici consistent à privilégier les batteries amovibles plutôt que scellées. Des accumulateurs rechargeables pourront même permettre l’utilisation sur plusieurs appareils. D’aitre part, les analyses des différents cycles de vie montrent qu’il vaut mieux utiliser lorsque c’est possible des batteries lithium-ion ou nickel-métal hydrure.

Selon une étude réalisée par Bio-Intelligence Service, pour 1 kWh d’énergie produite, les accumulateurs ont :

23 fois moins d’impact potentiel sur les ressources naturelles non renouvelables, 28 fois moins d’impact potentiel sur le réchauffement climatique, 30 fois moins d’impact potentiel sur la pollution de l’air (pollution à l’ozone), 9 fois moins d’impact potentiel sur l’acidification de l’air, et 12 fois moins d’impact potentiel sur la pollution de l’eau.

Sources : Green It, Novethic, GinjFo

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

10 réponses sur “Batteries et accumulateurs : optez pour les bonnes pratiques”

  1. En rechargeant les batteries AA et AAA via un port USB sur un ordinateur portable, que l’ordinateur portable du cordon est nécessaire. Sanyo fait un kit chargeur USB (* est. 15 $) qui est fourni avec deux piles AA eneloop

  2. Soucieux du recyclage et de la collecte des piles et accumulateurs usagés, KeeWee Energies procure GRATUITEMENT à tous les clients particuliers de son site internet (www.keewee-energies.com), une enveloppe T « Eco Retour », dans leur colis.
    Cette enveloppe au port pré-payé, permet de retourner les piles et accumulateurs usagés sans avoir à payer l’affranchissement correspondant, et vise ainsi à augmenter la collecte et le retraitement de ces derniers.

    Après récupération, ils sont ensuite retournés au programme BATRIBOX de notre partenaire SCRELEC, qui en assure le recyclage auprès de sociétés comme CITRON SA, localisée au Havre.

    Pour son réseau de distributeurs professionnels, KeeWee Energies propose la mise en place d’un contrat de collecte et de retraitement directement avec SCRELEC, qui se chargera de l’enlèvement et du retraitement des piles et accumulateurs usagés.
    Un sticker KeeWee Energies, apposé en vitrine, informera les utilisateurs que le point de vente est également un point de collecte.

    SCRELEC environnement est un éco-organisme conventionné, dédié à la collecte et au traitement des piles et accumulateurs depuis 1999.

    Découvrez ici les différentes étapes de recyclage du programme Batribox de SCRELEC.

    Par ailleurs KeeWee Energie adhère et contribue au programme ECO-EMBALLAGES afin de favoriser l’éliminations de déchets liés aux emballages, ainsi qu’à l’Eco-organisme ECOLOGIC pour la collecte et le recyclage des déchets d’équipement électriques et électroniques (DEEE).

    Choisir KeeWee Energies, c’est faire un petit geste pour la planète en choisissant d’être un acteur Eco-responsable.

  3. Les piles rechargeables sont en priorité ces jours-ci, économiser de l’argent est le grand facteur et le rendement est le même que d’autres. D’autres sociétés faisant également les batteries, mais pas écologiste amicale qu’ils sont l’élimination des produits chimiques dans l’environnement qui affecte trop de notre santé.

  4. L’utilisation de piles rechargeables doivent être encouragés car ils sont beaucoup moins dangereux pour notre nature que de leur cycle de vie est beaucoup plus longue que les batteries normales et plus, ils aident également à réduire les déchets créés par piles alcalines normales, si les gens mis à leur disposition. Mais il ya certainement des mesures devaient être prises pour le recyclage des déchets créés par les piles usagées

  5. Pouvez-vous les gars essayez d’exécuter une batterie rechargeable avec de l’eau et est une bonne chose, si nous pouvons obtenir une batterie de notre travail sur l’environnement. Il nous aidera à réduire la pollution. J’espère que pour obtenir le succès dans votre travail

  6. Hé, c’est merveilleux que vous a donné l’information ici, j’espérais que la batterie rechargeable doit être développer comme il peut utiliser à tout moment et partout. J’ai un magasin de batterie et je sais comment une matière batterie rechargeable lorsque vous n’en avez pas.

  7. Ce sont là quelques bonnes véritable option de recharger les batteries. Et je pense que l’utilisation de piles rechargeables doivent être encouragés car ils sont beaucoup moins dangereux pour notre nature que de leur cycle de vie est beaucoup plus longue que les batteries normales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.