Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Batteries et accumulateurs : optez pour les bonnes pratiques

PilesLes batteries, piles et autres accumulateurs sont des éléments importants de tous nos petits appareils électroniques mobiles, puisque justement ils en assurent la mobilité ! De nombreuses technologies existent avec un impact environnemental peu facile à analyser. Toutefois, des débuts de réponse peuvent être apportés aux différentes questions qui se posent en termes d’impact environnemental, d’efficacité et de durabilité.

En ce qui concerne les piles jetables, deux technologies coexistent : les piles salines (zinc-charbon) moins performantes ou alcalines (zinc-manganèse), et dont l’une équivaut à 5 piles salines. Les piles classiques ont cependant deux inconvénients majeurs : leur impact environnemental est d’autant plus important qu’elles sont composées de produits polluants et leur vie ne dure pas longtemps.

D’autre part, en considérant leur cycle de vie, leur impact environnemental s’élève à 30 fois celui d’une pile rechargeable. En équivalent, là où une pile rechargeable équivaut 19 kg de pétrole, une pile rechargeable n’équivaut qu’à 1 kg. Uniross, leader européen des batteries rechargeables donne ainsi un autre de grandeur de ce que les piles non-rechargeables représentent :

Remplacer toutes les piles jetables par des rechargeables, ça permettrait d’économiser l’énergie d’une ville de 100000 habitants.

Les bonnes pratiques consistent ici à éviter les piles non-rechargeables, et donc faire porter son choix sur des appareils qui acceptent des piles rechargeables. D’autre part, lorsqu’une pile ne fonctionne plus, ça ne veut pas dire obligatoirement qu’elle doit être jetée : en effet l’appareil dans lequel elle est insérée demande peut-être une puissance importante qu’elle ne peut plus assurer, mais on peut prolonger sa durée de vie en l’utilisant dans un appareil qui demande moins de puissance : une télécommande par exemple. Enfin de nouveaux chargeurs existent et permettent de recharger jusqu’à 15 fois les piles non- rechargeables.

Un dernier point important à propos des piles : en fin de vie, un tiers seulement est recyclé, un tiers reste stocké chez le consommateur (dans le but d’une collection de piles vides sans doute ?) et tiers atterrit dans les ordures ménagères. 30 000 tonnes sont ainsi jetées par an ! Il existe maintenant dans la plupart des libre-service des points de collecte de piles ; alors une bonne action simple pour l’environnement : les y déposer.

En ce qui concerne les accumulateurs rechargeables et batteries, là aussi on en trouve plusieurs types : au plomb (batteries de voitures), nickel-cadmium (piles rechargeables classiques), nickel-métal hydrure (qui se déchargent moins rapidement que les précédentes) et lithium-ion (téléphone mobile, ordinateur portable), dont la capacité est bien plus importante pour un moindre poids.

Pour tous ces systèmes, il faut aussi se méfier de l’impact environnemental : ainsi le cadmium est un métal très polluant, le lithium-ion a une empreinte écologique moins importante. Autre critère : on trouve différentes sortes de batteries : batteries sous forme de pile, batteries amovibles spécifiques à un appareil ou batteries scellées. Or plus on utilisera longtemps la batterie, moins son impact sera grand.

Les bonnes pratiques ici consistent à privilégier les batteries amovibles plutôt que scellées. Des accumulateurs rechargeables pourront même permettre l’utilisation sur plusieurs appareils. D’aitre part, les analyses des différents cycles de vie montrent qu’il vaut mieux utiliser lorsque c’est possible des batteries lithium-ion ou nickel-métal hydrure.

Selon une étude réalisée par Bio-Intelligence Service, pour 1 kWh d’énergie produite, les accumulateurs ont :

23 fois moins d’impact potentiel sur les ressources naturelles non renouvelables, 28 fois moins d’impact potentiel sur le réchauffement climatique, 30 fois moins d’impact potentiel sur la pollution de l’air (pollution à l’ozone), 9 fois moins d’impact potentiel sur l’acidification de l’air, et 12 fois moins d’impact potentiel sur la pollution de l’eau.

Sources : Green It, Novethic, GinjFo