Blog d’Eco CO2 

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

CEE : la prolongation de la 4ème période demandée

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

lettre de prolongation des CEELa 4ème période des Certificats d’Économie d’Énergie (CEE) a débuté il y a un an. Mais,  C’est pourquoi des fédérations d’obligés (dont les énergéticiens) et des associations de consommateurs s’unissent pour demander dans une lettre ouverte au Ministre de le Transition Écologique la prolongation d’un an de cette période.

Un dispositif qui pèse sur la facture des consommateurs

Des évolutions ont déjà permis d’apporter des améliorations au dispositif des CEE. Cependant il faut encore en consolider les bases, ce qui demande du temps, d’autant qu’il est appelé à durer. « Dans ce contexte, et afin de garantir le succès de la période en cours les associations de consommateurs et fédérations professionnelles signataires de ce courrier souhaitent souligner une nouvelle fois le poids de ce dispositif sur le pouvoir d’achat des ménages et proposer un prolongement de la 4e période pour assurer l’atteinte des objectifs de la période et donc de la politique énergétique française » affirment les signataires.

En effet, le coût de ce dispositif fait partie intégrante de la facture des consommateurs, bien souvent sans qu’ils en aient conscience. Or l’obligation des fournisseurs a doublé. Décision prise par le gouvernement sans tenir « compte des inquiétudes ou des recommandations alors formulées par les fournisseurs d’énergie et les associations de consommateurs« .

Une production de CEE insuffisante

Cependant, en 2018, la production de CEE a atteint seulement 60 % du rythme nécessaire pour remplir l’objectif fixé. En conséquence, on constate un doublement du prix des CEE entre 2017 et 2018. « Aujourd’hui, le coût du dispositif représente entre 3% et 4% des dépenses énergétiques des Français (électricité, gaz, carburants compris), soit entre 100 et 150euros par ménage et par an toutes énergies confondues. »

Environ 9 ménages sur 10 ne connaissent pas, ou peu, ce dispositif. Et certains consommateurs, comme les précaires et les locataires, n’en bénéficient pas pleinement. Certes, selon les cosignataires de la lettre, des améliorations comme l’arrêté « Coup de Pouce Isolation et Chauffage » vise à faciliter l’atteinte de l’objectif. Mais cela ne suffit pas à limiter l’impact des CEE dans la facture des consommateurs.

C’est pourquoi les cosignataires « demandent que, au travers de ce projet de loi, la 4epériode soit prolongée d’au moins un an à iso-obligation afin d’assouplir le dispositif en élargissant la palette des actions et en renforçant leur déploiement auprès des ménages modestes. Cette prolongation permettra de détendre un dispositif en pleine surchauffe, de diminuer son poids dans la facture des consommateurs  finals  tout  en  bénéficiant  davantage  aux  ménages les  plus modeste set enfin de travailler sur l’exploration de nouveaux gisements« .

Source : UFE

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.