Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Changement climatique : la BEI sonde Européens, Américains et Chinois

Le Banque Européenne d’Investissements (BEI) a lancé sa seconde enquête sur la perception du changement climatique et ses effets sur la vie des citoyens. Menée en partenariat BVA, cette enquête a pour objectif d’alimenter le débat général sur les avis et les attentes des citoyens de l’Union européenne, des États-Unis et de la Chine en matière d’action en faveur du climat.

Le changement climatique considéré comme une menaceLa migration environnementale considérée comme réalité

Les résultats révèlent qu’en Europe la migration environnementale est perçue comme une réalité forte. En effet, 82 % des personnes interrogées pensent que le changement climatique obligera les gens à quitter leur pays pour échapper à des conditions climatiques extrêmes. Cette migration environnementale concerne même 24 % des Européens, qui prévoient de s’installer dans un autre pays en raison du changement climatique.

Il s’agit principalement des jeunes (15-29 ans). Mais la disparité est grande selon le pays dans lequel on réside. Ainsi 33 % des jeunes Autrichiens envisagent de déménager à l’étranger, mais cette idée trotte dans la tête de 51 % des jeunes Espagnols. Il existe d’ailleurs une différence de taille entre Européens du Nord et du Sud. Au Nord, le changement climatique représente la plus grande menace, alors qu’au Sud, c’est le chômage qui apparaît comme le principal problème.changement climatique et effets sur la vie quotidienne

Un impact réel sur la vie quotidienne

Mais les Européens (82 %) pensent que le changement climatique a un impact important sur leur vie quotidienne, une impression plus marquée au Sud cependant (90 % environ), qu’au Nord (dans les 60 %). En Chine, cette perception de l’impact du changement climatique sur la vie quotidienne atteint les 98 %, contre 76 % aux Etats-Unis.

Les Chinois se montrent globalement plus optimistes sur la réversibilité du phénomène : 80 % y croient. Les Etats-Unis sont les plus sceptiques (54 %) et les Européens se placent au milieu (59 %). Ils croient à 72 % que les actions individuelles peuvent avoir un impact sur la lutte contre le changement climatique. C’est moins vrai pour les Européens (69 %) et encore moins pour les Américains (65 %).

Le changement climatique vu comme une menace

Pourtant avec un impact, selon eux, plus marqué sur leur vie quotidienne, les Chinois (73 %) pensent que la crise climatique représente le plus grand danger. Ce n’est vrai que pour 47 % des Européens, les autres menaces importants étant l’accès aux soins (39 %) et le chômage (39 %). Les Américains classent d’abord l’accès aux soins (45 %), puis le changement climatique (39 %).

Pour 40 % des Français, il est trop tard pour inverser le changement climatique. Ils se révèlent parmi les plus sceptiques d’Europe à l’égard du potentiel de lutte contre ce phénomène. Si 53 % considèrent le crise climatique comme réversible, c’est toujours 6 points de moins que la moyenne européenne.

Source : BEI

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.