Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Chargeurs sans fil : un gros gaspillage d’électricité

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

chargeurs sans fil pour smartphoneLes smartphones rechargeables sans fil rencontrent un réel succès. Mais côté efficacité énergétique, les chargeurs sans fil ne sont pas au point. Une étude menée par iFixit et OneZero précise même qu’ils peuvent pratiquement doubler la part de la facture d’électricité dédiée à la recharge du téléphone ! Sur l’ensemble des smartphones testés (et des chargeurs), la surconsommation représente en moyenne 47 % de plus, mais la fourchette va de 39 % à 80 % selon le chargeur et le téléphone.

Des chargeurs sans fil plus confortables, mais plus gloutons !

Certes, il est plus confortable de poser simplement un smartphone sur un pavé que de faire l’effort de le brancher. Et le chargeur peut même être intégré dans un meuble. D’ailleurs certaines marques de téléphone envisageraient même d’abandonner complètement la charge via un câble, selon OneZero. Mais dans l’état actuel de cette technologie, l’adoption généralisée de cette technologie pourrait entraîner, toujours selon l’étude, la construction de dizaines de nouvelles centrales électriques dans le monde.

Les chargeurs sans fil gaspillent beaucoup plus d’énergie que les chargeurs traditionnels (en chaleur notamment). Et pour peu que le téléphone soit mal aligné, ils deviennent encore moins efficaces. Or le problème est courant. Charger un téléphone de 0 à 100 % à l’aide d’un câble nécessite en moyenne 14,26 wattheures (Wh). La même opération en utilisant un chargeur sans fil consomme, toujours en moyenne, 21,01 Wh. Soit un peu plus de 47 % juste pour le confort de ne pas avoir un câble à brancher !

La façon dont le téléphone est positionné affecte considérablement l’efficacité de la charge. Or, sur certains chargeurs plats, il se révèle fort difficile de les aligner correctement. Et les tests ont montré que parfois, la différence de position entre un téléphone mal aligné et qui se charge peu (voire pas du tout, ce qui est plus ennuyeux) et un téléphone en charge peut se mesurer en millimètres. C’est ainsi que l’on peut arriver à une consommation de 25,62 Wh pour une charge, soit 80 % de plus qu’une charge moyenne avec câble.

Une consommation qui continue une fois le téléphone chargé

chargeurs sans filDe plus, les chargeurs sans fil restent branchés et consomment indépendamment environ 0,25 Wh. Autrement dit, sur 24 heures, 6 Wh, ou encore 2190 Wh en 1 an. Un ménage avec plusieurs chargeurs sans fil laissés branchés dans la maison peut ainsi gaspiller la même quantité d’énergie en une journée qu’il en faudrait pour recharger un téléphone. Si cela ne représente pas une hausse de consommation importante au niveau personnel, à grande échelle en revanche, cela peut devenir un problème environnemental.

Ainsi, si chaque utilisateur de smartphone de la planète passait au chargement sans fil, « Nous avons établi qu’à 100% d’efficacité de la prise murale à la batterie, il faudrait environ 73 centrales au charbon en fonctionnement pendant une journée pour recharger complètement les 3,5 milliards de batteries des smartphones », déclare Arthur Shi, rédacteur technique d’iFixit. Mais « Si l’efficacité de la charge sans fil n’était que de 50%, il faudrait doubler les 73 centrales électriques afin de charger toutes les batteries », ajoute-t-il.

L’étude reconnaît que ce ne sont que des calculs approximatifs, mais il n’en reste pas moins vrai que, dans l’état actuel des choses, si tout le monde passait à la recharge sans fil, cela aurait un impact mesurable sur la consommation d’électricité. Certes cette technologie devrait s’améliorer avec le temps. Mais dans l’immédiat les fabricants ne font qu’indiquer de manière vague l’efficacité énergétique et ne font aucune mention de l’impact de l’utilisation de chargeurs sans fil, selon l’étude.

Sources : OneZero, GreenIt

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les derniers articles

Abonnez-nous au blog !

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.