Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Chasseurs de CO2

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

chasseur de CO2

La NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) a demandé à des centaines de volontaires à travers le monde de se transformer en chasseurs de CO2.

Leur mission est simple : partout dans le monde, de l’Asie à l’Afrique ou à l’Amérique, ils doivent remplir de gros flocons d’air ambiant et les déposer au Consulat des Etats-Unis le plus proche. Ils sont alors expédiés, via la valise diplomatique, dans le Colorado, où la NOAA se charge de les analyser. Ce programme a été baptisé Carbon Tracker (chasseur de carbone).

Les chercheurs ont ainsi entrepris depuis quelques années de mesurer les quantités réelles de dioxyde de carbone et de méthane émises dans l’atmosphère. Ils visent à distinguer les émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropique de celles de source naturelle.

Ils complètent ainsi les relevés émanant de stations fixes : il en existe actuellement 200 dans le monde, dont 40 en Europe où le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA2) espère en disposer d’une centaine supplémentaire prochainement dans le cadre du projet européen Icos. Les chercheurs comptent ainsi pouvoir confronter leurs mesures à celles des gouvernements, évaluées sur des calculs à partir de données sur les quantités de pétrole ou de gaz consommées, la taille des cheptels et la surface des forêts entre autres.

Des relevés effectués par des satellites donnent une autre méthode de mesures. Le premier, japonais, lancé il y a peu, commence à donner quelques résultats. Les Américains, quant à eux, envisagent de lancer le leur en 2013.

En France, le Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement (LSCE)  se charge aussi de mesures et d’analyses similaires. D’autre part, deux missions pilotées par le Centre National d’Etudes Spatiales sont en cours, l’une pour la mesure du CO2, l’autre en collaboration avec l’Allemagne pour la mesure du CH4 (méthane).

Source : Le Figaro

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.