Blog d’Eco CO2 

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Chauffer les personnes plutôt que les lieux ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

chauffer les gens plutôt que les lieuxNos ancêtres ne cherchaient pas à tout prix à chauffer les lieux pendant les longs hivers bien froids, mais bien plutôt à chauffer les personnes. Pourquoi ne pas revenir à cette pratique, suggère Kris de Decker dans une série d’articles sur Low Tech Magazine, relayé par un article du Monde.

En effet, plutôt que de chauffer des pièces entières, les gens utilisaient des systèmes qui, par rayonnement, tempéraient la partie de la pièce où ils se tenaient, ou encore des bouillottes ou des poêles à pied pour réchauffer les parties du corps les plus sensibles au froid. Avec la technologie moderne, ces modes de chauffage peuvent être rendus bien plus efficaces. « Utiliser des technologies qui reposent sur la conduction ou le rayonnement plutôt que la convection nécessiterait peut-être d’être redécouvert, explique-t-il en passant en revue une grande variété de systèmes de chauffages imaginés par nos ancêtres. En faisant se rencontrer les systèmes de chauffage les plus modernes et des pratiques plus anciennes, peut-on imaginer de nouveaux systèmes de chauffage ? » cite Le Monde.

Kris de Decker propose d’abord de développer des systèmes de chauffage localisés à chaleur radiante (21° à 23°), en les combinant à un chauffage de fond à convection (16°). Des études le confortent d’ailleurs dans cette idée : ainsi les utilisateurs de chaises de bureau chauffées se sentent à l’aise alors que la température ambiante de la pièce est à 18°, et encore les trois quarts lorsqu’elle tombe à 16°. Un système qui permettrai d’économiser entre 30 et 40 % d’énergie, si toutefois le nombre de personnes à chauffer n’est pas trop important, l’espace pas trop grand et son amplitude d’utilisation pas trop élevée : mieux vaut donc le réserver aux lieux chauffés par intermittence.

Cependant le chauffage local peut permettre à chacun de trouver sa température idéale, alors qu’un chauffage ambiant rendrait un travailleur sur deux malheureux, soit qu’il ait trop chaud, soit trop froid. Mais les éléments chauffants peuvent aussi être incorporés aux meubles et hors bureau : ainsi une couverture de table chauffante imaginée pour les intérieurs japonais.

Autre solution : le port de vêtements isolants. Les systèmes de chauffage ambiants actuels ayant considérablement augmenté notre niveau de confort dans les maisons, il n’est pas rare de voir des gens regarder la télévision en tee-shirt en plein hiver. Or, si les vêtements ne produisent pas de chauffage, ils peuvent empêcher la chaleur de notre corps de s’échapper. Il existe une unité de mesure (« clo » pour « clothing level » ou log en Europe) qui permet de calculer les vêtements que nous devons porter en fonction de la température extérieure. Une autre méthode consiste à mesurer l’épaisseur de la couche de vêtements (en centimètres), mais elle ne prend pas en compte les progrès réalisés en matière de textile.

De plus, la « chaleur » d’un vêtement se définit aussi par sa capacité isolante, d’autant plus élevée avec les sous-vêtements longs et près du corps, que de Decker encourage à porter. D’autant plus avec les textiles thermiques modernes, dont la valeur représente le double de celle des sous-vêtements longs traditionnels. Tout cela, sans compter bien entendu l’activité : « Une des raisons les plus évidentes pour lesquelles nos ancêtres pouvaient supporter des températures inférieures était qu’ils étaient plus actifs physiquement que beaucoup d’entre nous. »

Enfin, Kris de Decker s’intéresse enfin aux systèmes de chauffage des vêtements : en effet, les petites batteries lithium-ion et les fibres de carbone permettent maintenant de chauffer toute une gamme de vêtements, notamment ceux destinés aux mains et aux pieds, toujours plus sensibles au froid. « En utilisant des vêtements chauffés électriquement, nous pourrions être plus à l’aise à des températures intérieures encore plus basses qu’avec l’usage de vêtements isolants » rappelle-t-il. Bref, au total, pas mal de choses à envisager, voire à inventer pour éviter de chauffer la planète entière !

Source : Le Monde

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.