Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Comment se débarrasser d’une lampe fluocompacte brisée ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Même si une seule lampe fluocompacte brisée ne libère que de très faibles quantités de mercure, métal particulièrement toxique, autant cependant éviter de l’inhaler et se débarrasser des morceaux en prenant un minimum de précautions.

En effet, bien que l’Office fédéral de la Santé suisse souligne qu’un risque n’existe que lorsque la quantité de mercure évaporé et inhalé est importante, le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche ou Empa (en allemand Eidgenössische Materialprüfungs- und Forschungsanstalt, d’où l’acronyme Empa) rappelle toutefois quelques conseils élémentaires aux maladroits qui laisseraient échapper une de ces ampoules :

  • aspirateur interditOuvrir les fenêtres – bien aérer la pièce pendant 15 minutes ;
  • Ramasser soigneusement les débris, récolter les plus petits fragments avec un ruban adhésif ;
  • Ne JAMAIS utiliser un aspirateur car cela répartirait dans l’air les vapeurs et les particules de mercure ;
  • Mettre les débris, le ruban adhésif et les torchons utilisés dans un bocal de verre fermant hermétiquement et apporter le tout à la déchetterie.

Au vu des connaissances actuelles, les lampes fluocompactes ne présentent aucun danger. Un réel danger existerait par contre si plusieurs tubes fluorescents, renfermant jusqu’à 15 milligrammes chacun de mercure, se brisaient simultanément dans un local de petit volume. En effet, précise l’Empa, « un empoisonnement au mercure provoque des dommages du système nerveux central. Les symptômes sont des tremblements, une excitabilité, des modifications du comportement et des troubles de la mémoire à court terme. En cas de forte intoxication, des crampes et des paralysies peuvent apparaître. »

Il n’est pas bon non plus de retrouver ce mercure dans la nature. Rappelons donc qu’en France, il existe à l’entrée des commerces qui vendent des lampes fluocompactes (ou autres) des boîtes en carton, déposées par Recylum, à l’usage des consommateurs qui ne les cassent pas afin de les collecter en fin de vie et de les retraiter.

Source : Empa

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.