Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Comprendre la facture d’électricité en France

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Facture d'électricitéL’Observatoire de l’Industrie Electrique (OIE) a récemment publié une note de conjoncture où il revient sur l’évolution de la facture d’électricité en France et sur les composantes qui la structurent. On y découvre que le prix de l’électricité fait partie dans notre pays des plus bas d’Europe et que ce sont les taxes, plus que la fourniture qui le tire vers le haut. La fiscalité de l’électricité fera l’objet d’un second article.

Facture d’électricité : où en est-on ?

Alors que les dépenses énergétiques liées au logement et aux déplacements représentent plus de 8 % du budget des ménages, l’OIE souligne que le prix de l’électricité a augmenté moins vite que l’inflation depuis 1990, selon les données de l’INSEE. Et s’il augmente régulièrement depuis les années 2000, la raison doit en être cherchée dans la croissance de la fiscalité.

L’électricité française est en effet une des moins chère d’Europe. Son prix est inférieur de 20 % à la moyenne européenne. « En optant dès les années 1970 pour un mix électrique reposant fortement sur les technologies nucléaires exploitées dans un parc standardisé et hydroélectrique, la France a produit son électricité à un coût relativement faible et stable. (…) Derrière cette évolution globale du prix de  l’électricité  se  cachent  cependant des réalités différentes, qui ont trait à la structure même de la facture d’électricité » note l’Observatoire.Electricité et inflation

Les composantes de la facture d’électricité

La structure de la facture d’électricité se compose de trois parties : la fourniture (y compris l’abonnement), les réseaux (l’acheminement) et la fiscalité.

La première correspond aux coûts liés à la production, ainsi qu’à ceux de la commercialisation (facturation, service clients, etc.). Le coût d’acheminement se retrouve dans le TURPE (Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Electricité) et est destiné à couvrir les coûts des réseaux de transport et de distribution.

Enfin s’ajoutent à ces deux premières strates, l’ensemble des taxes associées à l’électricité, TVA et CSPE (Contribution au Service Public de l’Electricité) en tête. Entre 2012 et 2016, « alors que le coût de la fourniture  d’électricité augmentait de 2 % et que celui d’acheminement de l’énergie progressait de 5 % en 4 ans, la fiscalité connaissait une croissance de plus de 40 %. »

Les parts réseaux et fiscalité ne varient pas en fonction des fournisseurs : ils ne peuvent jouer dans leurs offres commerciales que sur la part fourniture d’électricité. C’est pourquoi les économies réalisées sur la facture d’électricité sont largement inférieures au pourcentage annoncé dans les offres publicitaires.

La fourniture d’électricité

Les prix de gros de l’électricité diminuent fortement : de 60 €/MWh en 2011 à 35 €/MWh en 2017, en raison de l’installation de nouveaux moyens de production en France et en Europe (énergies renouvelables) et de la stabilité de la demande électrique.

Mais les besoins d’investissements restent importants pour le déploiement des énergies renouvelables et l’évolution du parc nucléaire, ainsi que pour les éventuels besoins de capacités thermiques à flamme pour assurer la sécurité d’approvisionnement.

L’acheminement

Le TURPE doit couvrir les coûts associés aux infrastructures des réseaux. Elaboré par la  Commission de Régulation de l’Energie (CRE), il  permet  aux  différents gestionnaires de réseaux de couvrir les charges engagées pour l’exploitation, le développement et l’entretien des réseaux.

Le TURPE représentait environ 30 % de la facture d’électricité d’un ménage en 2017. Les réseaux doivent de plus relever le défi de l’intégration de la production décentralisée et l’adaptation aux nouveaux usages de l’électricité et au développement des modes de consommation.

« On observe que pour que la facture du consommateur d’électricité reste maîtrisée,  il  sera nécessaire d’optimiser les investissements dans l’ensemble du système électrique, de la production aux réseaux d’électricité » explique l’OIE.

Source : OIE

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.