Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Concentrations de gaz à effet de serre : de nouveaux records atteints

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) publie chaque année le Bulletin sur les gaz à effet de serre. Elle constate encore une fois que les concentrations de gaz à effet de serre (GES) ont atteint des taux records l’an dernier et que la tendance à l’augmentation se poursuit pour 2021. Quelques jours avant l’ouverture de la COP26 (Conférences des Parties sur les changements climatiques) à Glasgow, elle a alerté sur la hausse des concentrations de gaz à effet de serre qui compromet la réalisation des objectifs de température fixés par l’Accord de Paris.

Concentrations de gaz à effet de serre

413,2 ppm de CO2

Parmi ces concentrations de gaz à effet de serre, les plus importantes, celles de CO2, se sont établies à 413,2 parties par million (ppm) en 2020, soit 149 % du niveau préindustriel. Le méthane (CH4) et le protoxyde d’azote (N2O) ne sont pas en reste, avec respectivement 262 % et 123 % des niveaux de 1750. « Le ralentissement de l’économie imposé par la COVID-19 n’a pas eu d’incidence perceptible sur le niveau et la progression des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, malgré un recul temporaire des nouvelles émissions », constate l’OMM.

Les concentrations de GES piègent la chaleur dans l’atmosphère. La température mondiale continuera donc d’augmenter tant que les émissions se poursuivront. « Étant donné la durée de vie du CO2, le réchauffement déjà observé persistera pendant plusieurs décennies, même si les émissions nettes étaient ramenées à zéro rapidement », rappelle l’OMM.

Des puits de carbone moins efficaces

À peu près la moitié du CO2 émis par les activités humaines aujourd’hui demeure dans l’atmosphère. Le reste est absorbé par les océans et les écosystèmes terrestres. Mais ces derniers risquent d’être moins efficaces à l’avenir dans leur fonction de « puits de carbone ». Les changements climatiques actuels et leurs rétroactions, telles la multiplication des sécheresses et l’augmentation parallèle du nombre et de l’intensité des incendies, pourraient réduire l’absorption de CO2 par les écosystèmes terrestres.

Or une variation de l’efficacité des puits de carbone aurait une incidence majeure sur la possibilité de réaliser les objectifs de l’Accord de Paris signé en 2015. Cela exigerait de plus d’ajuster le calendrier et/ou l’ampleur des engagements relatifs à la réduction des émissions. Selon le Bulletin, le forçage radiatif causé par les concentrations de gaz à effet de serre persistants, qui réchauffe le système climatique, s’est accru de 47 % entre 1990 et 2020. Le CO2 y a contribué à hauteur de 80 % environ.

« La quantité de CO2 dans l’atmosphère a franchi la barre de 400 parties par million en 2015. À peine cinq ans plus tard, nous dépassions 410 ppm. Il ne s’agit pas juste d’une formule chimique et de chiffres sur un graphique. Cela a des répercussions massives sur notre vie quotidienne et notre bien-être, sur l’état de la planète et sur l’avenir de nos enfants et petits-enfants », explique le Secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas.

Méthane et protoxyde d’azote en hausse dans les concentrations de gaz à effet de serre

En ce qui concerne les autres concentrations de GES, le méthane (CH4) contribue à hauteur d’environ 16 % au réchauffement induit par les gaz à effet de serre persistants. Environ 40 % des rejets atmosphériques de méthane sont d’origine naturelle (zones humides, termites, etc.) et environ 60 % d’origine humaine (élevage de ruminants, riziculture, exploitation des combustibles fossiles, décharges, combustion de biomasse, etc.).

Le protoxyde d’azote est à l’origine de 7 % environ du forçage radiatif, les rejets sont à 40 % d’origine humaine. Mais les émissions mondiales de N2O d’origine humaine, principalement imputables à l’apport d’azote aux terres cultivées, ont augmenté de 30 % ces quatre dernières décennies.

Source : OMM

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.