Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Conjoncture énergétique : forte baisse de la production nucléaire

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Le Commissariat général au Développement Durable vient de publier la conjoncture  énergétique d’août 2012 et note que la production d’énergie primaire a fléchi pour le quatrième mois consécutif. La raison en est une forte baisse de la production nucléaire (- 9,7 %). Ceci entraîne par contre une progression des centrales thermiques pour la production d’électricité, et particulièrement une progression de l’utilisation du charbon.

En août 2012, la production totale d’électricité s’est élevée à 35,7 TWh, en baisse de 6,1 % par rapport au mois d’août 2011. En cause : la production nucléaire qui « chute de 9,7 % par rapport à août 2011 et atteint un niveau comparable à celui d’août 2009″ . Le rapport ajoute qu’en effet, « pour le quatrième mois consécutif, le coefficient de disponibilité des centrales nucléaires se situe à un niveau particulièrement bas (67,4 %). La part du nucléaire dans la production totale d’électricité passe, en un an, de 82 % à 79 %. »

Du côté des énergies renouvelables, la production hydraulique a également connu une baisse au cours de ce mois (-6,9 % à 3,6 TWh), mais elle suivait 4 mois de hausse. Sa part reste néanmoins stable dans la production finale (10 %). La production éolienne est par contre toujours orientée à la hausse, pour le cinquième mois consécutif, gagnant même 31 % entre août 2011 et août 2012, soit 2,4 % de la production totale d’électricité.

Les baisses de production des centrales nucléaires entraînent une nette progression du charbon dans la production d’électricité. Ainsi, précise le Commissariat au Développement Durable, « la consommation de charbon vapeur pour la production d’électricité (474 milliers de tonnes – kt -) est particulièrement élevée pour un mois d’août. Il faut remonter à 2004 pour trouver un niveau supérieur en août. Cette importante sollicitation des centrales au charbon s’explique par la moindre disponibilité des centrales nucléaires, par un déficit pluviométrique qui a réduit la production hydraulique et par une plus faible utilisation des centrales à cycle combiné au gaz en raison d’une meilleure compétitivité prix. »

La consommation de charbon croît tout aussi sensiblement sur un an (+ 29 %), du fait de la demande des centrales électriques, fortement sollicitées pour compenser la baisse dans les filières nucléaire et hydraulique.

NB. Nous rappelons à nos chers lecteurs, qu’ils ont à disposition un outil très pratique, CO2live, pour se faire une idée plus personnelle au delà des chiffres et des commentaires repris ci-dessus. Il reprend l’historique depuis fin 2006 des moyens productions d’électricité en France. Si vous ne connaissez cet outil, développé par Eco CO2, c’est le moment de le découvrir !

CO2live le mix énergétique du kWh français en 2011

Source : Commissariat Général au Développement Durable, CO2live

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.