Blog d’Eco CO2 

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Crédit d’impôt rénovation énergétique :  » une très coûteuse inefficacité » selon l’UFC Que Choisir

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

le CITE et les autres aides pour la transition énergétiqueL’UFC Que Choisir publie une étude montrant l’inefficacité des aides actuelles à la rénovation énergétique. Pour inciter les ménages à l’amélioration thermique de leur logement, le crédit d’impôt (CITE – crédit d’impôt transition énergétique – anciennement CIDD) paraît à l’association de consommateurs un choix « bien peu adéquat » et qui plus est fort dispendieux, vu son inefficacité, alors que cette rénovation énergétique représente une urgence pour plus de 23 millions de logements.

Il s’agit à la fois d’un enjeu environnemental (ces 23 millions de logements affichent de très mauvaises performances énergétiques) et économique (la facture d’énergie s’élève en moyenne à 1 697 € par logement). Mais le crédit d’impôt qui existe depuis 2005 a déjà coûté à la collectivité 15,6 milliards d’euros, pour un résultat que l’UFC Que Choisir juge « calamiteux. »

D’une part, ce crédit, chiffres à l’appui, n’a pas d’effet d’entraînement, puisque les aides accordées ne sont pas à l’origine de dépenses supplémentaires des ménages pour la rénovation thermique. De plus, la concomitance, à la hausse comme à la baisse, du crédit d’impôt et du prix moyen des travaux interpelle puisqu’on ne peut pas constater en parallèle une variation de l’ampleur des travaux réalisés.

D’autre part, le crédit d’impôt ne permet pas d’orienter les dépenses des ménages vers les travaux le plus pertinents, ni vers les produits les plus performants. Ciblant uniquement les équipements, il n’a pas d’impact sur la performance énergétique globale des logements : un tiers seulement des dépenses consacrées à l’isolation, alors que cette dernière représente 75 % des pertes thermiques du logement. Autre constatation : en 2014, 45 % des fenêtres installées seulement avaient une performance thermique satisfaisante (Uw inférieur à 1,4, soit le seuil d’éligibilité au CITE) et seuls 8 % des consommateurs allaient au-delà des performances minimales pour obtenir le CITE.

Pour lever les freins à la rénovation énergétique, face à ce crédit d’impôt qui a fait « la preuve de sa coûteuse inefficacité » , l’UFC Que Choisir demande aux parlementaires, dans le cadre du projet de loi de finances 2016 :

  • A instaurer un crédit d’impôt progressif (en taux et en niveau), basé sur la performance thermique atteinte après travaux et non plus sur les équipements installés,
  • A créer une complémentarité entre l’Eco-prêt et le CITE afin que tous les consommateurs qui réalisent une rénovation énergétique lourde de leur logement puissent cumuler le CITE et l’Eco-prêt, là encore en fonction de la performance atteinte.

Source : UFC Que Choisir

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.