Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Crise climatique : une grande majorité de Français prêts à des changements importants

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Deux tiers des Français considèrent que notre modèle économique n’est pas compatible avec la lutte contre la crise climatique et trois quarts voient dans la sobriété une solution. Ce sont les résultats d’une étude de Parlons Climat qui brosse le portrait de l’opinion française sur la question environnementale et climatique.

Parlons climat : crise climatique

Une grande majorité s’inquiète de la crise climatique

Ce travail de recherche mené avec l’institut Kantar Public montre une société préoccupée par la crise climatique et qui affiche une réelle volonté de changement. Pour comprendre les différences d’opinions, les leviers de mobilisation, de démobilisation et d’opposition, Parlons Climat s’appuie sur la psychologie sociale et la méthodologie développée par le laboratoire d’idées Destin Commun.

Selon l’étude, loin des idées reçues, une écrasante majorité des Français (85 %) s’inquiète du changement climatique et de la dégradation de l’environnement. Même si ce n’est pas leur préoccupation première (cela passe après le pouvoir d’achat, les tensions internationales et la santé), l’environnement fait régulièrement partie du trio de tête de leurs priorités.

Majoritairement convaincue que notre système économique est incompatible avec la lutte contre le changement climatique, une large partie d’entre eux estime que la sobriété est un avenir souhaitable, mais ne fait pas confiance dans les responsables politiques pour conduire les changements qui s’imposent. Mais à côté des motivations pour lutter contre la crise climatique, restent des freins bien réels.

Des motivations, mais aussi des freins

Ni l’âge, ni le lieu de vie, ni la catégorie socioprofessionnelle ou le genre n’ont d’incidence déterminante sur le classement du climat parmi les priorités. « De tous les facteurs socio-démographiques classiques examinés, c’est l’autopositionnement politique (gauche/droite) qui influe le plus sur les opinions et comportements relatifs au climat », estime l’étude.

Parlons climat dégage clairement deux motivations à agir en 2022 : l’envie de protéger ses enfants et celle de préserver la beauté des paysages et sites naturels. Mais il existe parallèlement des leviers de démobilisation : le manque d’information sur les actions à mener pour le climat au quotidien, le manque d’argent ou de temps, ainsi des exigences inconciliables dans leurs choix du quotidien.

Des contestations restent aussi possibles sur des politiques climatiques. Ainsi, 20 % des interrogés estiment déjà faire le maximum, 25 % ne veulent rien sacrifier au nom de la crise climatique, et 20 % continuent de penser que le changement climatique est un phénomène naturel comme il en a toujours existé.

7 portraits-robots

Parlons Climat établit sept portraits-robots différents selon la lecture des priorités pour la France par famille de valeurs.

  • D’abord les « Militants Désabusés », pour qui l’environnement et le climat sont la 1ère priorité pour la France et dont 86 % affirment que notre modèle économique n’est pas compatible avec le changement climatique, mais 16 % affirment que la nature est une ressource à exploiter par l’être humain. Ils défendent un changement de système radical et s’identifient aux valeurs de gauche.
  • Pour les « Stabilisateurs », l’environnement et le climat sont la 3ème priorité pour la France. 79 % affirment que notre modèle économique n’est pas compatible avec la crise climatique, mais 32 % affirment que la nature est une ressource à exploiter par l’être humain. Ils croient que nous pouvons tous agir et apporter notre pierre à la société. Propriétaire de leur maison, ils se savent plus favorisés.
  • Les « Libéraux Optimistes » estiment que l’environnement et le climat sont la 4ème priorité pour la France. 58 % affirment que notre modèle économique n’est pas compatible avec le changement climatique. Mais 52 % considèrent que la nature est une ressource à exploiter par l’être humain. Optimistes face à toutes les épreuves et entrepreneurs dans l’âme, ils ont confiance dans le gouvernement et les institutions.
  • Pour les « Attentistes », l’environnement et le climat sont bien la 4ème priorité pour la France. 52 % affirment que notre modèle économique n’est pas compatible avec le changement climatique. Mais 42 % affirment que la nature est une ressource à exploiter par l’être humain. Désengagés vis-à-vis des enjeux collectifs, ils se mobilisent donc moins. Ils n’ont pas de valeur forte qui les structure. Ils sont plus jeunes que la moyenne des Français.
  • Les « Les Laissés pour compte » pensent que l’environnement et le climat sont la 6ème priorité pour la France. 77 % affirment que notre modèle économique n’est pas compatible avec le changement climatique. 34 % affirment que la nature est une ressource à exploiter par l’être humain. Ils ont le sentiment de faire partie des invisibles. Ce sont plutôt des femmes et le clivage gauche/droite ne fait pas forcément sens pour eux.
  • Enfin pour les « Identitaires », l’environnement et le climat sont la 7ème priorité pour la France. Ils affirment à 68 % que notre modèle économique n’est pas compatible avec le changement climatique et 49 % affirment que la nature est une ressource à exploiter par l’être humain. Plutôt plus âgés que la moyenne, ce sont plutôt des hommes qui se défient des migrants et des élites. Ils sont engagés au niveau local et national et expriment leurs idées.

Source : Parlons Climat

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.