Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Cultiver et protéger autrement : la feuille de route

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Cultiver et protéger autrementL’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique) a remis au Ministère de la Recherche son rapport intitulé Cultiver et protéger autrement. Il définit les lignes de recherches directrices du programme de recherche du même titre, annoncé en juillet 2018.  Il propose une feuille de route afin que la communauté scientifique élabore de nouvelles pratiques alternatives à l’utilisation des produits phytosanitaires.

Les actions scientifiques

La réduction de l’utilisation des pesticides répond à une demande sociétale forte. Cependant il faut 10 à 15 ans pour que des projets de recherches aient un impact en termes d’innovations ou de changements de pratiques. Il faut donc dès maintenant préparer la période 2030-2040, aussi bien en déployant des recherches fondamentales qu’en élaborant des outils structurants. Leurs résultats construiront les solutions de demain pour réduire fortement, voire se passer des pesticides et produits phytosanitaires dangereux.

Le premier axe du rapport Cultiver et protéger autrement consiste à approfondir et mobiliser les connaissances scientifiques sur les plantes cultivées (interactions avec le sol, adventices, agresseurs comme les insectes, les champignons ou les virus). Cela permettra d’utiliser les services de la biodiversité pour stimuler les mécanismes de défense naturels au niveau de la plante ou de la parcelle, pour protéger ces cultures.

La création d’outils structurants

Le but en est de trouver une alternative aux produits phytosanitaires les plus dangereux, en mobilisant les leviers de l’agroécologie, du biocontrôle et de la prophylaxie pour une agriculture performante et durable. Le rapport Cultiver et protéger autrement préconise de plus la mise en place en place d’outils structurants. Par exemple de coupler capteurs biologiques et intelligence artificielle pour suivre en temps réel l’apparition et le développement de bioagresseurs.

D’autre part, des infrastructures de référence, à créer ou à développer, doivent permettre d’accompagner les exploitants agricoles vers des pratiques agricoles sans pesticides. Elles pourront caractériser au mieux l’exposition des travailleurs agricoles et des populations. Elles contribueront aussi à garantir l’innocuité des substances des substances amenées à se substituer aux produits phytosanitaires les plus préoccupants.

Un appel à projets pour « Cultiver et protéger autrement »

Le Ministère de la Recherche va donc travailler avec l’INRA afin de définir un appel à projets dans ce sens, qui sera lancé en juin de cette année. Le programme « Cultiver et protéger autrement » sera doté 30 millions d’euros provenant du 3e Programme d’investissement d’avenir. L’INRA assurera le pilotage scientifique de ce programme, en interaction avec l’ensemble de la communauté scientifique française.

Source : INRA

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les derniers articles

Abonnez-nous au blog !

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.