Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

De l’hydrogène vert produit grâce à des éoliennes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Une start-up de Loire-Atlantique, Lhyfe, s’apprête à produire de l’hydrogène vert directement à partir de l’électricité produite par un parc éolien et de l’eau des canaux et polders de la région (Vendée) où elle installe son usine. Car là réside l’originalité du projet : chaque électrolyseur sera directement relié à une éolienne.

production d'hydrogène vert

Hydrogène vert et hydrogène gris

L’électrolyse est un procédé qui permet de casser les molécules d’eau (H2O) pour obtenir de l’hydrogène (H2) et de l’oxygène (O2). Mais pour cela, il faut de l’énergie. L’originalité de l’entreprise est de ne pas faire appel à l’électricité du réseau, mais directement à celle produite par les éoliennes. C’est donc un procédé sans émission de CO2 : une énergie verte pour un hydrogène vert.

En comparaison, lorsque l’hydrogène est produit à l’aide d’hydrocarbures, la production émet plus de 10 kg de CO2 par kilo fabriqué. Ainsi la production d’hydrogène « gris » en France (environ 900 000 tonnes par an) génère 11,5 millions de tonnes de CO2 (3 % des émissions nationales) selon les données du Plan de déploiement de l’hydrogène, lancé en 2018 par Nicolas Hulot.

C’est à Bouin en Vendée que la start-up est en train d’installer sa première usine de production. Elle compte commencer sa production d’hydrogène vert dès 2021, à partir d’un premier électrolyseur raccordé directement à une éolienne. Cette production devrait être dans un premier temps de 300 kg d’hydrogène vert par jour, de quoi alimenter 15 à 20 véhicules lourds ou encore 700 voitures. Puis deux nouveaux électrolyseurs reliés eux aussi à deux aérogénérateurs verront le jour en 2023. Ce qui portera la production totale à 900 kg par jour.

Une petite production… pour l’instant

Même si cette production reste minime en regard des besoins que représenterait le développement des voitures à hydrogène, la société compte pouvoir approvisionner rapidement plusieurs flottes. L’hydrogène vert produit sera distribué par deux stations-services (l’une au Mans, l’autre à La Roche sur Yon). Il sera destiné à des flottes captives (c’est-à-dire des véhicules qui reviennent à leur point de départ) : bus, camions d’entretien des routes, bennes à ordures, véhicules de pompiers, etc.

Mais l’objectif à plus long terme de Lhyfe est de transposer le modèle d’usine terrestre en mer, où le vent souffle plus régulièrement et plus fort, et l’alimenter par des éoliennes offshore. Des premiers appels d’offres en ce sens ont été lancés en Allemagne, qui prépare un plan pour la production de 20 % d’hydrogène vert d’ici 2030. D’autres suivront au Danemark et en Ecosse notamment. L’entreprise veut être prête.

Sources : Sciences et avenir n°878 (Avril 2020), Lhyfe

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les derniers articles

Abonnez-nous au blog !

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “De l’hydrogène vert produit grâce à des éoliennes”

  1. Quand est-il du rendement global du projet Hydrogène (electrolyse, compression, transport, rendement PAC) par rapport au modele voiture electrique (renouvelable, transport, batterie), je doute du coté écologique du système.
    Modèle economique, j’ai aussi mes doutes…
    L’électrolyse à haute température serait une meilleur voie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.