Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

De moins en moins de routes éclairées en Ile de France

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Route éclairéeLes lumières continuent à s’éteindre la nuit, le long des routes d’Ile de France : nous en avions déjà parlé l’année dernière (voir notre article du 12/06/10), mais cette mesure vient de faire de nouveaux adeptes. Tout ceci, biens entendu, avant tout dans un but d’économies d’énergie et d’allègement des factures, mais aussi pour une sécurité accrue des usagers, qui concentrent plus leur attention sur la route lorsque celle-ci est plongée dans le noir. C’est donc au tour du Conseil Général des Yvelines d’éteindre, à titre expérimental dans un premier temps, les lampadaires éclairant certaines portions de départementales.

Actuellement, 7 200 lampadaires illuminent 120 km de routes départementales et dévorent 7 735 747 kWh par an, émettant au passage environ 600 tonnes de CO2. L’objectif du Conseil Général consiste à réduire dans un premier temps la consommation à 800 000 kWh pour une économie totale de 120 000 €, tant en électricité bien sûr, qu’en maintenance. Bien qu’aucune étude actuelle ne vienne corroborer, ni infirmer, l’impact de l’éclairage public sur le nombre et la gravité des accidents de la route, l’autre but consiste donc à améliorer la sécurité des automobilistes. Jusqu’à présent, on a en effet observé que dans le Val d’Oise, le nombre d’accidents a baissé de 30 % sur l’A15 depuis qu’elle n’est pas éclairée.

Pour cette première expérimentation, le Conseil Général a choisi des portions de routes sans carrefour à feux tricolores et sans piétons. Il propose de plus des mesures pour augmenter le confort de conduite des usagers : panneaux et plots réfléchissant et marquage au sol renforcé. Les automobilistes, empruntant nuitamment les départementales 11, 203 et 983 entre autres, vont donc devoir s’adapter. Mais que les autres se rassurent : cette mesure ne demande par la suite qu’à se généraliser si tout se passe bien, pour un confort accru des finances du département. Mais elle contribue aussi à diminuer, à petite échelle mais cela se répand, la pollution lumineuse de la région la nuit.

Source : Le Parisien

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.