Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

De nouvelles mesures pour Linky : les normes largement respectées

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Linky dans les normesDe nouveaux rebondissements dans les « affaires Linky » ? Non, juste une confirmation : le compteur communicant non seulement respectent bien les normes en vigueur en matière de champs électromagnétiques, mais se place très en-deçà. Ce sont les conclusions d’une nouvelle étude indépendante, diligentée par le Maire de Blagnac, un des maires ayant signé un arrêté dans sa commune pour empêcher Enedis d’y déployer ces nouveaux compteurs.

Des mesures bien en-deçà des limites pour Linky

La campagne de mesures a donc été confiée au laboratoire Exem, spécialisé dans le contrôle des champs magnétiques, et financée par la mairie. Cette dernière précise que l’étude a permis d’évaluer le niveau d’exposition à proximité des compteurs sur plusieurs sites différents (logements et équipements publics). Et la conclusion est sans appel… et sans surprise : « l’ensemble des valeurs mesurées reste en dessous des valeurs réglementaires« .

En effet, pour le champ magnétique, la valeur mesurée la plus haute se situe à 0,10 μT (micro tesla), alors que la limite de la valeur réglementaire admise est à 6,25 μT. Pour le champ électriques, la valeur la plus haute monte à 1,21 V/m (volt par mètre), pour une valeur réglementaire maximale de 87 V/m.

« Pour l’ensemble des sites mesurés, les niveaux des champs obtenus sont inférieurs aux valeurs limites de 87 V/m et 6,25 μT. La conformité du niveau d’exposition au champ électromagnétique dans la bande 9 kHz – 100 kHz vis-à-vis du décret n° 2002-775 du 3 mai 2002 est donc déclarée » reconnaissent les services de la mairie.

Et la technologie CPL ?

De plus, la Ville voulait aussi savoir si la technologie CPL utilisée par le compteur intelligent, conduisait à une augmentation significative du niveau de champ électromagnétique ambiant. Hypothèse là aussi démentie par la campagne de mesures effectuée par le laboratoire. « Cette conclusion est renforcée par le fait que :

  • ces valeurs sont relevées à seulement 20cm du compteur et que champ électrique et magnétique décroissent très rapidement lorsqu’on s’éloigne.
  • ces valeurs correspondent au champ maximal enregistré et non pas à une moyenne. »

Encore quelques mesures ?

La Mairie n’a cependant pas encore désarmé et elle souhaite aller plus loin « ultérieurement » avec deux nouveaux objectifs. Il lui manque encore deux éléments :

  • Comparer aux valeurs ci-avant les niveaux de champs électromagnétiques de la technologie CPL utilisée par le compteur Linky lorsque le concentrateur, situé dans le transformateur du quartier, interroge le compteur.
  • Connaître les niveaux de champs électromagnétiques émis par le concentrateur, situé dans le transformateur du quartier, lorsque celui-ci transmet les données par le réseau de téléphonie mobile.

Apparemment, si on peut reprocher à Enedis beaucoup d’erreurs dans le déploiement des compteurs intelligents, et particulièrement l’information en amont et la communication, ce n’est certainement pas la peine d’essayer de l’attaquer sous l’angle du risque que cette technologie pourrait faire courir à la santé humaine.

Sources : Les Numériques, Ville de Blagnac

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.