Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

De nouvelles taxes pour les transports aériens

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Eco-contribution des transports aériensLes transports aériens vont devoir supporter de nouvelles taxes à compter de 2020, sous forme d’éco-contribution versée sur les billets d’avion. Les sommes récoltées serviront essentiellement à financer les infrastructures, et notamment celles pour les déplacements au quotidien et « à répondre au défi climatique ».

Une éco-contribution sur les billets d’avion

Les compagnies aériennes devront verser une éco-contribution sur tous les billets d’avion au départ de la France. Elle se montera à 1,5 € en classe économique à 9 € en classe affaire pour les vols intra-Union Européenne (UE), et à 3 € en classe économique à 18 € en classe affaire pour les vols hors de l’UE.

Cette éco-contribution concerne tous les vols décollant de France et non ceux y atterrissant, les vols vers la Corse et l’Outre-mer en sont dispensés, de même que les liaisons d’aménagement du territoire et les correspondances. « On a bien entendu le message des Français », a expliqué la ministre des Transports, Mme Borne, sur LCI : « Ce qu’ils souhaitent, c’est que les modes les plus polluants soient mis à contribution pour financer, notamment, du transport ferroviaire. (…) Nos voisins européens mettent des dispositifs de ce type. (…) Il était important de donner un signal ».

La mise en place d’une taxe sur le kérosène, un moment envisagée, a été renvoyée à l’échelle européenne. Le produit de ces contributions des transports aériens, qui devrait se monter à 180 M€, sera affecté à l’Agence de financement des infrastructures de France (AFITF) pour alimenter l’enveloppe de 13,4 milliards d’euros affectée sur la période 2018-2022 au développement des infrastructures, essentiellement pour les « déplacements du quotidien« .

Les transports aériens réagissent

Les transports aériens, attaqués de toute part dans les dernières semaines, avec le mouvement « flygskam » en Europe du Nord et les menaces sur les vols intérieurs en France, ont mal accueilli cette annonce. Ils réagissent en évoquant une décision extrêmement pénalisante, voire « incompréhensible ».

Ainsi, a déclaré Air France dans un communiqué, « La décision du gouvernement est d’autant plus incompréhensible que cette nouvelle taxe sur le transport aérien devrait financer des modes de transport concurrents dont le transport routier et non la transition énergétique dans le domaine aérien. Une telle transition aurait pu être favorisée par le soutien à la mise en place de filières biocarburants durables ou d’innovations de rupture ».

« Le gouvernement vient d’annoncer brutalement et sans concertation aucune la levée d’une nouvelle taxe sur les compagnies aériennes – déjà asphyxiées par les taxes – au profit notamment du ferroviaire, qui est déjà très largement subventionné », a dénoncé de son côté le Scara (Syndicat des compagnies aériennes autonomes).

Pour l’Association internationale du transport aérien (Iata), « cette taxe est malavisée ». Elle « portera (…) préjudice aux 100 milliards d’euros que l’aviation génère pour l’économie française, et 500.000 nouveaux emplois sont menacés par le manque de compétitivité de l’aviation française. »

Sources : AFP, Air France, AEF Info

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les derniers articles

Abonnez-nous au blog !

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.