Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Décarbonation : votre mini guide pour y voir clair

Décarbonation : les fondamentaux et des conseils pour décarboner son entreprise.

Décarbonation, bilan carbone, énergie décarbonée ou encore neutralité carbone… Si ces mots sont encore nébuleux, vous êtes au bon endroit !

Au programme :

🕑 Temps de lecture : 10 minutes

Définition

Que veut dire décarboner ?

La décarbonation désigne les mesures et les techniques qui permettent de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), tel que le dioxyde de carbone.  

C’est principalement la combustion des énergies fossiles (dites énergies carbonées car composées de molécules contenant des atomes de carbone) qui est principalement en cause dans le rejet des émissions de GES. Les énergies fossiles sont :  

    • Le charbon 
    • Le gaz  
    • Le pétrole  

Ainsi, fermer des centrales à charbon ou limiter l’utilisation des voitures thermiques sont des actions de décarbonation. 

Par ailleurs, il est possible que vous entendiez aussi parler de “décarbonisation”. Décarbonisation ou décarbonation… quelle différence ?

Ce sont deux termes pour désigner la même chose. Il est toutefois plus commun de parler de décarbonation. En effet, dans le cadre de la stratégie nationale bas carbone de la France, ce sont bien des feuilles de route dites de décarbonation qui ont été établies pour les secteurs les plus émetteurs.  

4 leviers pour décarboner

Pour atteindre l’objectif de neutralité carbone, l’Etat et les acteurs économiques doivent miser sur 4 leviers :  

    • La sobriété énergétique ; 
    • L’efficacité énergétique ;  
    • Les énergies renouvelables ;  
    • Les puits de carbone.  

Les deux premiers leviers ont un même objectif : optimiser notre consommation (électrique, de carburant, etc.). Toutefois, les moyens diffèrent. En effet, l’efficacité consiste à développer et utiliser des systèmes plus économes en énergie, là où la sobriété mise sur un changement de comportement.  

De plus, les énergies renouvelables émettent beaucoup moins de gaz à effet de serre que les énergies fossiles (cf. partie suivante sur le contexte). 

Enfin, les puits de carbone désignent les systèmes (naturels ou technologiques) ayant la capacité d’accumuler du carbone. Parmi les écosystèmes considérés comme des puits de carbone, on trouve les océans, les sols ou encore les forêts. Préserver voire restaurer ces puits de carbone est nécessaire. Comme le précise l’ADEME dans son rapport Transition(s) 2050 

“À l’échelle du globe et sur la période 2009-2018, les écosystèmes, notamment les forêts et les océans, ont séquestré près de 60 % des émissions de CO2 liées à la combustion des ressources énergétiques fossiles.”  

Autrement dit, les seuls puits de carbone naturels ne suffisent pas à stocker tout le carbone émis par les activités humaines. Quant aux puits de carbone technologiques (que l’on appelle Carbon Capture and Storage ou CCS), ils nécessitent pour être efficaces, d’être associées à des installations industrielles de grandes tailles telles que les cimenteries ou les centrales thermiques.  

Ainsi, miser seulement sur des solutions technologiques est un pari dangereux. Chaque levier est important. Et c’est la raison pour laquelle les auteurs des rapports du GIEC mettent en avant également la sobriété énergétique (changement de comportement) pour atteindre l’objectif de neutralité carbone. 

Mais à l’échelle d’une organisation, quel(s) levier(s) prioriser ? Par quoi commencer ? Pour le savoir, faites d’abord un état des lieux de l’empreinte carbone de votre organisation. 

Autrement dit, que vous travailliez au sein d’une entreprise ou d’une collectivité, la première étape est de faire un bilan carbone.  

Mais avant de passer au comment, expliquons rapidement le pourquoi : pour quelles raisons la décarbonation de tous les acteurs économiques est nécessaire.

Pourquoi la décarbonation ?

Contexte

Depuis la révolution industrielle, notre dépendance aux énergies fossiles n’a fait que s’intensifier

En effet, la courbe de la consommation mondiale depuis 1850, toute source d’énergie confondue, est exponentielle !

Décarbonation : consommation mondiale d'énergie primaire
The Conversation, Production de Victor Court, enseignant–chercheur en économie, à partir des données de Etemad & Luciani (1991) numérisées par The Shift Project (2019), Smil (2016), et British Petroleum (2020), CC BY-NC-ND

Notre addiction énergétique, en particulièrement aux énergies fossiles est la principale cause du rejet massif de gaz à effet de serre, intensifiant le dérèglement climatique. 

Objectifs de décarbonation

En 2015, les Etats se réunissent lors de l’Accord de Paris et s’engagent à réduire massivement ces émissions d’ici 2050.  

S’en suit une déclinaison des objectifs à l’échelle européenne (Fit for 55). Son corollaire français est la stratégie nationale bas carbone (SNBC). L’objectif est d’arriver à un équilibre entre les émissions de GES rejetées et absorbées par les puits naturels de carbone : c’est le principe de la neutralité carbone. 

A court terme, l’objectif intermédiaire imposé par la stratégie française est une réduction de 40% de nos émissions d’ici 2030. 

Et par grand secteur d’activité ?  

    • Bâtiments : -49% en 2030 par rapport à 2015 
    • Transport : -28% 
    • Agriculture : -19% 
    • Energie : -33% 
    • Industrie : -35% 

Zoom sur les énergies carbonées

Le message des auteurs des rapports scientifiques du GIEC est clair et net : nous devons sortir de notre dépendance aux énergies fossiles, et utiliser les sources d’énergies décarbonées. 

Le GIEC est le groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat. Ce groupe réunit des scientifiques du monde entier qui ont pour responsabilité d’évaluer l’ampleur du changement climatique, ainsi que ses causes et conséquences.  

Pourquoi les énergies fossiles sont dans le viseur ? Car elles émettent énormément de gaz à effet de serre, en comparaison des autres sources d’énergie (nucléaire, énergies renouvelables).  

Pour le savoir, l’outil Electricity Map est intéressant. Il permet de comparer le mix électrique des pays européens sur les mois ou années passées, ainsi que les émissions de carbone par source d’énergie.  

Voyons ce qu’il en est pour la France.  

En 2023, l’électricité était majoritairement produite par le nucléaire, et dans une moindre mesure par les énergies renouvelables et le gaz :

Consommation totale d'électricité en France en 2023

Comparons maintenant le “poids carbone” des différentes sources d’énergie : 

émissions totales de carbone en France en 2023

L’image est parlante : si le gaz représente à peine 6% de l’électricité produite en France en 2023, il est responsable de près de 66% des émissions de GES liées à la production d’électricité !  

Un autre outil intéressant est celui du Réseau de Transport d’Electricité de France (RTE) : vous pouvez suivre en temps réel la production d’électricité française par source d’énergie. C’est un bon moyen de constater, notamment, l’utilisation plus importante des énergies fossiles lors des pics de consommation (par exemple en hiver avec l’utilisation massive du chauffage).   

Toutefois, ceux qui se font l’avocat du diable pourront rétorquer que notre électricité étant peu carbonée (car dominée par le nucléaire), il n’y a pas de problème…  

Oui, mais on ne consomme pas que de l’électricité en France. En effet, elle ne représente qu’un quart de l’énergie finale consommée. La majeure partie de notre énergie est d’origine fossile : 40% de pétrole (transports), 20% de gaz (industrie, bâtiments).

Comment décarboner son entreprise ?

Les feuilles de route “décarbonation”

Dans le cadre de la loi climat et résilience, les premières feuilles de route sectorielles ont été établie en 2021 (industrie, bâtiments…). 

Ces feuilles de route sont le résultat d’un travail collaboratif entre le Gouvernement ainsi que les représentants des filières et des collectivités. Ces plans d’action présentent entre autres les leviers de décarbonation ainsi que les besoins en compétences et emplois pour les déployer.  

Un secteur en particulier vous intéresse ? Nous vous conseillons cet article, de l’association Citepa qui a le mérite de faire des liens vers chaque feuille de route.  

Chez Eco CO2, nos consultants accompagnent spécifiquement les entreprises du secteur tertiaire dont le poids carbone est loin d’être négligeable.  

Zoom sur le secteur tertiaire

En 2021, le secteur tertiaire représente 16% de la consommation d’énergie française. En outre, 46% de l’énergie consommée est d’origine fossile.  

Décarbonation : pourquoi le secteur tertiaire doit réduire ses émissions

Pour atteindre les objectifs concernant le secteur tertiaire, la SNCB s’appuie sur 4 grandes orientations :  

    • Guider l’évolution du mix énergétique sur la phase d’usage des bâtiments vers une consommation énergétique totalement décarbonée. 
    • Inciter à une rénovation afin d’atteindre à l’horizon 2050 un parc de bâtiments sobres en énergie et faiblement émetteurs de gaz à effet de serre. 
    • Accroître les niveaux de performance énergie et carbone sur les bâtiments neufs dans les futures réglementations environnementales. 
    • Viser une meilleure efficacité énergétique des équipements et une sobriété des usages. 

4 étapes pour décarboner son entreprise

Voici les 4 étapes pour décarboner une entreprise, quel que soit son secteur d’activité :  

    • Faire un état des lieux via un bilan carbone. 
    • Construire une stratégie climat. 
    • Sensibiliser et mobiliser les équipes. 
    • Mesurer et communiquer sur les résultats. 

Etape #1 : faire un bilan carbone

On améliore ce qu’on mesure. Un bilan carbone permet de quantifier les émissions de votre entreprise. C’est à ce jour la méthode la plus complète (en comparaison d’un bilan GES réglementaire). Ainsi, nous vous recommandons de réaliser un bilan carbone si c’est votre premier état des lieux.  

Une fois cette vision d’ensemble, vous identifierez les principaux postes d’émissions de GES afin de construire une stratégie de décarbonation pertinente.  

💡 Ressource : votre guide pour tout savoir sur le bilan carbone (enjeux, méthodes, aides financières…). 

Etape #2 : construire une stratégie climat

Aussi appelée stratégie de décarbonation, votre stratégie climat est le plan d’action pour réduire l’empreinte carbone de votre entreprise. Cela est possible via des actions pour diminuer les émissions GES et adapter l’organisation aux impacts du changements climatique.  

En outre, la stratégie climat s’appuie sur des méthodologies et des initiatives rigoureuses (SBTi, ACT…). Cela permet de bâtir une stratégie solide afin de rendre plus résiliente votre organisation face aux risques climatiques (aléas et risques de transition). 

🤝 Bon à savoir : nos experts et expertes sont en mesure de vous accompagner pour faire un bilan carbone et définir une stratégie climat. 

Etape #3 : sensibiliser et mobiliser

Réduire son empreinte carbone nécessite d’impliquer les équipes. Première étape indispensable : la sensibilisation ! Objectif ? Faire prendre conscience des enjeux climatiques, et présenter le projet de décarbonation.  

Pour la partie sensibilisation, vous pouvez entre autres proposer une fresque du climat ou encore notre jeu Wattline pour interpeller vos collaborateurs sur leurs habitudes de consommation d’énergie au travail. 

Au-delà des actions de sensibilisation, le must est d’impliquer vos équipes dans la construction du plan d’action. En effet, cela maximise vos chances que les solutions fassent consensus et qu’elles soient ainsi mises en place.  

💡 Ressource : votre livre blanc sur les 3 leviers pour mobiliser votre équipe. Un contenu inspiré des connaissances en sciences humaines et sociales !

Etape #4 : mesurer et communiquer

Pour faire le suivi de vos actions, prenez le temps de définir voire de coconstruire vos indicateurs lors de la phase stratégique (étape 2).  

Suivre le résultat de vos actions permet : 

    • D’affiner votre plan d’action au fil de l’eau ;  
    • De communiquer en interne et à l’externe.  

La communication en interne est un ingrédient magique de la mobilisation des équipes.

Communiquez sur les réussites collectives mais aussi individuelles. A propos des réussites individuelles, ne sous-estimez pas le pouvoir de la norme sociale ! En effet, constater que certains collaborateurs sont déjà dans l’action peut être un puissant levier de motivation. Toutefois, veuillez à créer un cadre d’échanges bienveillant, non culpabilisant.  

🪛 Outil : pour comprendre et agir sur votre consommation d’énergie, il y a notre solution Udwi. C’est un coach virtuel qui aide à impliquer votre équipe et communiquer sur vos résultats.