Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Déploiement de Linky : le Conseil de Paris n’est pas d’accord

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Conseil de Paris refuse LinkySur une proposition du groupe Europe Ecologie-Les Verts, le Conseil de Paris du 18 octobre a adopté un voeu visant à rejeter la décision « unilatérale » du ministre de l’énergie de généralisation des compteurs Linky en l’état et demandant un réexamen de son cahier des charges avant tout déploiement, afin d’assurer la prise en compte d’éléments indispensables à l’intérêt des usagers.

Le texte rappelle que la Ville de Paris est propriétaire de l’ensemble du réseau de distribution d’électricité sur son territoire, y compris les compteurs électriques, et que ERDF en a la gestion par concession. Il regrette donc « l’absence totale de concertation » des collectivités propriétaires avant la décision de généralisation du déploiement, d’autant qu’un avenant signé il y a 2 ans avec ERDF précisait justement que la Ville serait consultée. Il note d’autre part que l’expérimentation menée à Lyon et en Touraine a soulevé nombre de critiques.

Mais c’est principalement le manque d’intérêt du compteur Linky pour les usagers, en l’état actuel des choses qui retient l’attention du groupe :

En l’état, les services gratuits proposés avec ces compteurs ne permettent pas d’assurer la maîtrise de la demande d’énergie, remettant ainsi en question les potentialités des « smart grids » (réseaux intelligents) pourtant à l’origine même du changement de matériel.

En effet, le texte souligne qu’un accès total, gratuit et instantané aux données concernant leur consommation d’électricité est nécessaire aux usagers pour « qu’ils puissent pleinement maîtriser leurs consommations », et ce alors même que le Plan Climat de la Ville de Paris prévoit une baisse des consommations énergétiques de 25 % d’ici 2020.

D’autre part, les impératifs de préservation de la vie privée et de liberté du citoyen pourraient avoir à souffrir de l’utilisation des données collectées sur leurs habitudes de consommation « à d’autres fins que les nécessités liées à la concession d’électricité ». ERDF s’était engagé par courrier, à l’occasion de l’avenant signé en 2009, à déployer un réseau de compteurs :

qui tiendraient compte de la nécessaire « finesse du pas de temps pour les courbes de charge » et qui permette « d’offrir aux parisiens (…) de nouvelles et nombreuses fonctionnalités en matière de maitrise de l’énergie électrique »; ajoutant que « les modalités de ce déploiement et de ce suivi feront l’objet d’échanges avec les services de la Ville lors de la préparation du premier programme quadriennal d’investissement, dans le cadre des dispositions prévues par le projet d’avenant ».

Le Conseil de Paris demande donc que le cahier des charges pour « réellement prendre en compte l’intérêt des usagers, la confidentialité des données et la capacité de maîtrise de l’énergie ».  Une décision qui risque d’encourager d’autres villes à se lancer dans une « fronde » contre la décision du gouvernement de déployer ces compteurs en l’état, alors que même l’ADEME et le médiateur de l’énergie, nous l’avons vu dans ces pages, s’étaient déclarés pour un système d’afficheur déporté livré systématiquement avec le compteur, qui pourrait seul permettre au consommateur de maîtriser sa consommation énergétique.

Source : Blog de Denis Beaupin (Europe Ecologie-Les Verts), Débats du Conseil de Paris du 18 octobre

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.