Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Des données climatiques pour l’industrie de l’énergie

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Le secteur de l’énergie est impacté par la météorologie et le climat. Le projet Clim4Energy, coordonné par la CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives), fournit des données climatiques ciblées sur les problématiques du secteur de l’énergie, mises à la disposition des industriels pour les aider à définir leurs stratégies d’investissement et d’exploitation.

Clim4Energy, un démonstrateur du programme “Copernicus Climate Change Service”

Le projet Clim4Energy est un démonstrateur de service du programme européen “Copernicus Climate Change Service”. Il a débuté en janvier 2016 et s’est terminé en février 2018, Il associe plusieurs organismes de recherche et centres météorologiques : le CEA, le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique), Météo France, ainsi que onze industriels du secteur de l’énergie parmi lesquels RTE (Réseau de Transport d’Electricité) et EDF.

Bien maîtriser les données météorologiques et climatiques permet d’estimer à court, moyen et long terme la disposition des ressources en énergies renouvelables : à court terme pour optimiser la gestion de la production et de des opérations de maintenance, à plus long terme pour mieux dimensionner les infrastructures et faire face à des événements météorologiques extrêmes.

Clim4Energy

Fournir des indicateurs à différentes échelles de temps

L’objectif de Clim4Energy consiste à démontrer la faisabilité d’un service climatique au bénéfice de l’industrie énergétique en faisant travailler ensemble, à l’échelle européenne, plusieurs équipes. Le projet a démontré la possibilité de fournir des indicateurs de variabilité météorologique et de changement climatique pour 3 échelles de temps :

  • Les données historiques permettent de bien comprendre l’origine des variations de demande et de production électrique, et de «rejouer» des situations critiques.
  • A l’horizon de quelques mois, les prévisions saisonnières permettent de planifier les périodes les plus favorables pour la maintenance ou l’implantation des équipements.
  • Sur quelques dizaines d’années, un industriel ou un opérateur public peut bénéficier de projections climatiques qui lui permettent de planifier, sur les plans techniques et financier, de futures implantations.

Des données disponibles et téléchargeables

Les données combinées dans le cadre du projet Clim4Energy sont disponibles sur le site http://c4e-visu.ipsl.upmc.fr. Des indicateurs variés pour l’éolien, le photovoltaïque ou l’hydroélectricité sont téléchargeables et visualisables sur une carte d’Europe.

Pluies verglaçantes sur lignes électriquesLes services météorologiques permettent de prévoir les ressources d’énergies renouvelables pour la saison à venir. Les indicateurs d’aide à la décision permettent à RTE par exemple d’équilibrer l’offre et la demande énergétique : ils ont été élaborés à partir d’études de cas : les vagues de froid de 2012 et 1985, qui ont conduit à une situation critique pour le réseau électrique. Autre exemple : pour l’exploitant du réseau électrique finlandais, Fingrid, il aidera les opérateurs à identifier les infrastructures critiques en raison des phénomènes de pluies verglaçantes qui endommagent les lignes électriques à haute tension.

Ces données vont contribuer à esquisser les contours d’un véritable service opérationnel, à l’échelle de l’Europe, au bénéfice de la compétitivité de l’industrie de l’énergie et d’autres secteurs impactés par le changement climatique” souligne Robert Vautard, chercheur au CNRS et coordinateur scientifique de Clim4Energy. “Elles vont aussi contribuer à aider les pouvoirs publics et les entreprises à définir l’évolution du mix énergétique et les besoins en infrastructures associées.”

Le colloque de restitution des résultats deClim4Energy a lieu les 5 et 6 mars, au ministère de la Transition écologique et solidaire à Paris.

Source : CNRS

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.