Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Des énergies renouvelables pour la Tour Eiffel

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Le premier étage du plus célèbre monument français, la Tour Eiffel, est actuellement en chantier pour une troisième rénovation depuis son édification  pour l’Exposition Universelle de 1889. Visitée chaque année par plus de 7 millions de personnes, elle effectue ainsi régulièrement un « relooking », mais cette fois, il ne s’agit pas exclusivement de la décoration : elle va être dotée d’installations utilisant des énergies propres.

Le premier étage, situé à 57 mètres au-dessus du niveau du sol, va ainsi pouvoir participer à une amélioration des performances énergétiques de l’édifice. En effet, la SETE (Société d’Exploitation de la Tour Eiffel) cherche à la fois à améliorer l’accueil (la dernière transformation date de 30 ans) et à réduire les importants besoins en énergie de la tour, tout en lui permettant de produire une partie de l’énergie dont elle a besoin.

renovation tour eiffel et energies renouvelables

La SETE joue pour cela sur plusieurs tableaux : outre l’éclairage qui sera remplacé à 95 % par les leds, moins énergivores que les lampes en place, un système de récupération d’eau de pluie pour les toilettes et de nouveaux pavillons au vitrage incliné pour réduire les apports thermiques en été (et donc la climatisation), le réaménagement prévoit tout un système de production d’énergie, à la fois éolien, solaire et hydraulique.

Ainsi quatre panneaux solaires thermiques, représentant une surface totale de 10 m², installés sur le toit d’un des nouveaux bâtiments, assureront le chauffage d’environ la moitié de l’eau sanitaire utilisée à cet étage. Quatre petites éoliennes à axe vertical, disposées sous le premier étage de l’édifice, de façon à être invisibles de l’extérieur, produiront environ  8 000 kWh par an. De plus, une mini-centrale hydroélectrique fonctionnant grâce aux eaux usées générera quant à elle en moyenne 4 000 kWh chaque année. Enfin les pavillons nouvellement édifiés seront chauffés et refroidis par des pompes à chaleur.

Cela ne suffira pas à couvrir tous les besoins en énergie de la Tour Eiffel, mais une économie de 30 % devrait être au rendez-vous à l’issue de ces travaux, entamés au mois de mai et qui devraient durer jusqu’à la fin 2013. Le réaménagement total du premier étage devrait coûter environ 25 millions d’euros, mais il s’agit d’un des monuments payants les plus fréquentés au monde, et d’un symbole, puisque la SETE qui finance cette transformation s’inspire des objectifs du plan climat de Paris.

Sources : Zegreenweb, Connaissance des Energies

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “Des énergies renouvelables pour la Tour Eiffel”

  1. D’un coté 10 m2, c’est ridicule. De l’autre la moitié de l’ECS de l’étage assurée grâce à cela, c’est un témoignage éloquent d’à quel point le solaire thermique est plus efficace que le photovoltaïque, et devrait être la priorité beaucoup plus que celui-ci.

    25 millions d’euro, ce n’est pas un problème de coût dans l’absolu, il faut le rapporter à la quantité d’énergie produit. Le système va produire 12 MWh par an, un MWh coûte 121 euro en prix client final, a un tarif de rachat par EDF de 82 euro si c’est de l’éolien, coûte 42 euro dans le cadre de l’ARENH.

    Il vaut donc mieux éviter de mettre en parallèle les 25 millions d’investissements au total et les environ 1000 euro d’électricité par an produits. J’espère que les éoliennes et la mini-centrale hydroélectrique représentent une toute petite part de ces 25 millions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.