Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Des éoliennes en bois plutôt qu’en acier ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Une société allemande, TimberTower, vient de lancer un concept d’éoliennes à mât de bois, et la toute première, d’une hauteur de 100 mètres, montée en octobre à Hanovre permet l’alimentation en électricité d’un millier de foyers. Son concept s’appuie sur les avantages manifestes du bois sur l’acier : moindre coût de construction, logistique plus simple et moindre impact environnemental.

eolienne en boisEn effet, la construction des éoliennes actuelles nécessite des quantités d’acier toujours plus importantes : il y aurait même aujourd’hui plus d’acier utilisé dans l’industrie éolienne que dans l’industrie navale. Or, selon Holger Griebel, directeur de TimberTower, la filière éolienne méconnaît totalement le bois : « C’est un secteur qui ne sait rien sur le bois, si ce n’est qu’il brûle, qu’il moisit et qu’il ne supporte pas de charges » . L’entreprise a donc décidé d’allier l’expérience de l’énergie éolienne à ses connaissances sur les constructions modernes en bois.

Elle utilise pour les éléments porteurs du lamellé-collé, provenant d’un bois écocertifié bien entendu.  Les éléments sont livrés et assemblés sur place et TimberTower garantit à ces pylônes une durée de vie d’au moins vingt ans : « La surface du bois sera protégée des intempéries par une couche de bois protectrice sous forme de textile de construction. Sa durabilité a été prouvée par de multiples essais. » Si le prototype construit a une hauteur de 100 m, le bois pourrait tout aussi bien remplacer l’acier sur des hauteurs plus importantes, et même être utilisé, selon les responsables de TimberTower pour la construction d’éoliennes offshore.

Les problèmes de transport sont grandement simplifiés par le fait que le pylône arrive en pièces détachées, qui sont ensuite assemblées et collées sur place : inutile donc de prévoir des convois exceptionnels. Cela entraîne selon l’entreprise entre 20 % et 30 % d’économies sur le transport et le montage, et des délais plus courts : alors qu’il faut attendre environ un an la livraison d’un mât en acier, « nous sommes en mesure de livrer sous trois mois. Le temps de montage est de 2 à 3 jours » , précise TimberTower. De plus, le tout est facilement recyclable. La turbine du prototype mis en service en octobre a une puissance de 1,5 mégawatt.

Sources : Agrion, L’Expansion, SCA, TimberTower

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.