Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Des hirondelles pour se débarrasser des moustiques

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Pour lutter contre la prolifération de moustiques, une municipalité du Haut-Rhin, Saint-Louis, a eu une idée originale et facilement reproductible : embaucher des hirondelles, en leur fournissant le gîte. Pour le couvert, elles n’ont aucun mal à se le procurer, puisqu’elles raffolent d’insectes en tout genre… dont les moustiques. Elles peuvent en avaler jusqu’à 3 000 par jour.

Deux sortes de nids installés à Saint-Louis

La lutte contre les moustiques, activité de tous les étés

L’été revient, et avec lui notre lutte incessante contre les moustiques et depuis quelques années, particulièrement les moustiques-tigres. Chacun y va de son remède, qui naturel, qui plus chimique. Et sans beaucoup d’efficacité, il faut bien le dire. Les premiers sont surtout constitués de plantations de plantes aromatiques (citronnelle, basilic, géranium…), censées repousser ces infatigables gourmands (ou plutôt gourmandes, dans le cas des moustiques, car seules les dames moustiques ont besoin de sang).

Cela n’a certes rien de désagréable, au contraire, mais il faut bien reconnaître que les effets sont très, et même très, très limités sur leur cible. Quant aux seconds, à défaut de nous protéger efficacement de ces insectes goulus, ils polluent sérieusement et peuvent avoir des effets indésirables sur la santé humaine ou animale.

En bref, les hirondelles semblent dans ces conditions avoir tout des avantages des premiers (et en plus, elles annoncent le printemps, c’est bien connu), et rien des défauts des seconds. « Son agilité au vol aérien et sa vue perçante en font un oiseau terriblement efficace pour la chasse des insectes. En effet, strictement insectivore, elle consomme de préférence des diptères (notamment des moustiques), des hémiptères, des lépidoptères, des coléoptères ou des hyménoptères », précise la Ligue de protection des oiseaux (LPO). Et une seule peut en manger 3 000 par jour ! Et c’est le pari qu’a fait la commune de Saint-Louis, en leur offrant des hôtels, dans le cadre d’un partenariat avec cette dernière.

6 hôtels d’hirondelles installés dans la ville

Les trois premiers ont été installés dès 2017. « Ces gîtes ont été fabriqués par les services techniques de la Ville. L’action avait été menée en partenariat avec René Geymann, membre de la LPO et spécialiste des hirondelles. Chaque hôtel, doté d’une structure en bois et métal, est composé de 48 nids conçus par ce dernier », précise le site de Saint-Louis. Installés dans des lieux choisis pour les nids préexistants observés et effectivement occupés, ils ont rapidement trouvé preneurs. Et les locataires y reviennent d’année en année.

Depuis, les hôtels posés dans la ville se sont encore perfectionnés : les trois nouveaux se présentent sous forme d’un mât, surmonté d’une structure permettant d’abriter jusqu’à 60 nids. « Ils sont fabriqués par notre centre technique municipal sur la base de plans fournis par la LPO », souligne un élu, « de véritables hôtels 4 étoiles pour les hirondelles ».

Et l’intérêt de cette initiative est double, explique la municipalité. En plus de lutter contre les invités indésirables de nos nuits, « Cette action en faveur de la biodiversité permet de protéger l’hirondelle, passereau très fervent des insectes et notamment des moustiques. Cet oiseau migrateur manque en effet d’habitat et de nourriture de qualité dans nos villes ».

Sources : FranceTVinfo, Ville de Saint-Louis, LPO

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.