Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Des sapeurs pompiers formés aux risques électriques et photovoltaïques

La forte progression du nombre d’installations photovoltaïques en France a mis à jour des risques spécifiques nouveaux auxquels les sapeurs pompiers peuvent un jour ou l’autre se trouver confrontés. En effet, en cas d’incendie, la dégradation des câbles électriques peut générer des risques électriques potentiels pour les intervenants de secours. Dans le but de les familiariser aux interventions sur ce type d’équipement, Transénergie, bureau d’études spécialisé dans la performance énergétique et les énergies renouvelables, a élaboré et propose des sessions de formation qui ont déjà réuni plus de 50 sapeurs pompiers.

feu photovoltaiqueD’une durée de 2 jours, ces formations, conçues en partenariat avec les SDIS (Services Départementaux d’Incendie et Secours) du Lot et Garonne, du Rhône et des Yvelines, comportent plusieurs objectifs : connaitre et identifier les dangers du courant électrique et ses modes de prévention ; comprendre le fonctionnement d’une installation photovoltaïque ; en identifier les risques électriques ;  les prévenir lors d’interventions sur des sites équipés de photovoltaïque. Trois sessions de formation sont d’ores et déjà programmées pour les derniers mois de l’année 2014 : les 25 et 26 septembre, les 20 et 21 novembre, et les 15 et 16 décembre.

Le programme aborde les généralités sur l’électricité et ses dangers potentiels (les accidents d’origine électrique ; les effets du courant électrique ; les tensions de contact en courant continu et courant alternatif ; les conséquences du passage du courant dans le corps humain ; la prévention des risques électriques ; les différentes sources de production électrique ), les applications photovoltaïques (cellules, modules, principes de fonctionnement des différents générateurs photovoltaïques), l’identification des risques électriques sur un générateur photovoltaïque (en mode normal et en mode dégradé) et les aspects réglementaires et normatifs. Elle comporte aussi des travaux pratiques.

Cette formation est sanctionnée par une attestation de stage et, en cas de réussite aux tests d’évaluation des acquis (sous forme de QCM) en fin de session, d’un certificat de réussite.

Source : Transénergie

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.